22/12/2009

20/12/09: La TV israélienne confirme le vol d’organes des Palestiniens ...

La TV israélienne confirme le vol d’organes des Palestiniens 
Publié le dimanche 20 décembre 2009 à 15:58 arabnews.ca -
La télévision israélienne
a confirmé la véracité de l’article paru sur le journal suédois « Aftonbladet », sur le vol d’organes des Palestiniens tués à l’issue d’accrochages avec l’armée israélienne, pour les greffer sur les corps des soldats israéliens blessés.

Des organes comme la cornée, les muscles, et la peau du dos ont été prélevés sur des Palestiniens sans l’accord de leurs familles.

Bien que des médecins légistes israéliens aient récusé le trafic d’organes, une vidéo tournée par Ehud Hass, responsable de médecine légale, dévoilée après dix ans, montre la manière selon laquelle les organes ont été prélevés sur des corps des Palestiniens et ce qui se passait dans les salles obscures d’autopsie.
Depuis les années 80 jusqu’en 2000, où Hass était responsable audit institut et supervisait alors toutes les opérations, des organes étaient prélevés sur des Palestiniens pour qu’ils soient greffés sur les corps des malades israéliens.

Selon la loi israélienne, il est interdit de prélever des organes sur des morts sans l’accord de leurs familles, mais les médecins légistes israéliens autopsiaient les corps et prélevaient des organes, de leur propre chef sans en informer les familles. (…). Les plaintes des familles ont commencé, selon la télévision israélienne, dans les années 90. Mais Hass, qui ne pensait pas que la vidéo qu’il a filmée allait tomber entre les mains de la presse avant sa mort, a toujours nié le vol d’organes.
Le ministère de la santé israélienne a affirmé, en réaction à cette vidéo, que tout ce qui a été fait, l’était conformément à la loi.

13:59 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, usa, presse, guerre, television, romain, israel, occupation, silence, medias, gaza, palestine occupee, imprialisme, colonialiste |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

27/09/2009

26/09/09: Agression de Gaza : « un nom sur chaque balle »...

Agression de Gaza : « un nom sur chaque balle »

Gideon Levy, éditorialiste et membre de la direction du quotidien Haaretz, que Le Monde a surnommé "une épine dans le flanc d´Israël", est l´honneur du journalisme israélien. Il a signé dans l´édition électronique d´Haaretz du 17 septembre dernier un texte poignant, traduit en français par Info-Palestine sous le titre d´Eviter la honte à La Haye. Nous le publions à notre tour, en le dédiant à ceux des nombreux juifs de notre pays si aveugles dans leur défense inconditionnelle de l´Etat hébreu. Aux dirigeants du Crif, aux Bernard-Henri Lévy, Alexandre Adler ou autre André Glucksmann, ainsi qu´à nos gouvernants complices, nous proposons de méditer la proposition suivante : les Justes d´aujourd´hui sont aux côtés du peuple palestinien opprimé.

Il y a un nom sur chaque balle, et un responsable pour chaque crime. Le voile de teflon dont Israël s´était recouvert depuis l´opération "Plomb durci" a été arraché une fois pour toute, et maintenant il va lui falloir affronter les questions difficiles. Il est maintenant superflu de demander si des crimes de guerre ont été commis à Gaza, car la réponse nette et qui fait autorité a déjà été donnée. Aussi la question qui doit être posée maintenant est : qui est responsable ? Des crimes de guerre ont été commis à Gaza, il s´ensuit qu´il y a des criminels de guerre en liberté parmi nous. Ils doivent en être tenus responsables et punis. Telle est la conclusion rigoureuse qu´il faut tirer du rapport concis des Nations unies.

Depuis presque un an, Israël essaie de soutenir que le sang versé à Gaza n´était que de l´eau. Un rapport suit un autre rapport, avec les mêmes résultats effroyables : un siège, du phosphore blanc, le mal fait à des civils innocents, une infrastructure anéantie ; des crimes de guerre, dans tous les rapports sans exception. Après la publication du rapport le plus important et le plus accusateur de tous, celui établi par la Commission conduite par le juge Richard Goldstone, les tentatives d´Israël aujourd´hui pour le discréditer sont ridicules, et les fanfaronnades creuses des porte-paroles d´Israël sont pathétiques. (...)

Nul ne peut douter des compétences juridiques de Goldstone, comme juriste de niveau international avec une réputation irréprochable. L´homme qui a découvert la vérité sur le Rwanda et la Yougoslavie a agi de même pour Gaza. L´ancien procureur en chef du Tribunal pénal international de La Haye n´est pas seulement une autorité juridique, il est aussi une autorité morale ; par conséquent, les reproches portés contre lui ne tiennent pas la route. A la place, on ferait mieux de regarder de plus près l´accusé, et il est temps. Ces responsables, ce sont d´abord et avant tout Ehud Olmert*, Ehud Barak et Gabi Ashkenazi. Jusqu´alors et de façon incroyable, aucun d´entre eux n´a payé le moindre prix pour ses méfaits.

"Plomb durci" a été une agression sans retenue, où une population civile totalement démunie de protection n´a montré quasiment aucun signe de résistance pendant l´opération. Cette agression aurait dû soulever un tollé immédiat en Israël. Elle fut un Sabra et Chatila, perpétré cette fois par nous-mêmes. Mais s´il y eut une tempête de protestations dans le pays après Sabra et Chatila, après "Plomb durci", on a décerné des citations.

Il aurait dû suffire de regarder la disparité effroyable dans les victimes - 100 Palestiniens tués pour chaque Israélien - pour secouer la société israélienne tout entière. Il n´y avait nul besoin d´attendre Goldstone pour comprendre que quelque chose d´épouvantable s´était produit entre le David palestinien et le Goliath israélien. Mais les Israéliens ont préféré regarder ailleurs, ou se tenir avec leurs enfants sur les collines autour de Gaza et applaudir à chaque bombe qui faisait son carnage.

Sous couvert de médias engagés, d´analystes et spécialistes criminellement partiaux - qui tous ont empêché les informations de paraître - avec un lavage de cerveau d´une opinion publique sans vigilance, Israël s´est comporté comme si rien n´était arrivé. Goldstone a mis un terme à cela et pour cela, nous devons le remercier. Après, son travail est fini, des mesures concrètes évidentes vont être abordées.

Il aurait mieux valu pour Israël d´avoir eu le courage de changer de cap pendant qu´il était encore temps, et sans attendre Goldstone, d´enquêter véritablement sur la question et non pas ordonner ces investigations grotesques des Forces de défense d´Israël. Il faut faire payer le prix à Olmert et Tzipi Livni de leur décision scandaleuse de ne pas coopérer avec Goldstone, même si à ce point, ça ne sert à rien. Maintenant que le rapport est mis sur la voie du Tribunal pénal international et que des mandats d´arrêt peuvent être délivrés, tout ce qui reste à faire c´est de mettre en place immédiatement une commission d´enquête afin d´éviter la honte à La Haye.

Peut-être que la prochaine fois que nous nous lancerons dans une nouvelle guerre, vaine et misérable, nous prendrons en compte non seulement le nombre de victimes que nous sommes susceptibles d´assumer, mais aussi les dommages politiques lourds que provoquent de telles guerres.

A la veille du Nouvel An juif, Israël devient, et c´est justifié, un pays rejeté et détesté. Nous ne devons pas l´oublier une seule minute."

10:47 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, usa, presse, sionisme, palestine, television, romain, racisme, colonialisme, europe, fascisme, imperialisme, euro-dictature, israel, occupation, silence, medias |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

18/02/2009

18/02/2009: Ivres de guerre et de haine ...

Ivres de guerre et de haine
© Courrier international 2009

<
http://www.courrierint.com/evenement/BD/planche01.asp>

Ivres de guerre et de haine

Une journaliste russe est allée à la rencontre de ses ex-compatriotes, des Juifs de Russie installés depuis moins de dix ans sur le territoire israélien. Au moment où leur représentant, Avigdor Lieberman, s'impose comme la troisième force politique du pays, elle témoigne, effarée, de la dérive morale de cette communauté.

La petite ville israélienne de Sderot est un vrai trou perdu de province, "au bout du monde à gauche", comme disent ses habitants. Si cette bourgade a fait la une des médias du monde entier, c'est à cause des roquettes artisanales Qassam qui s'y abattaient régulièrement [lancées à partir de la bande de Gaza] et de la "colline de la honte", hauteur qui offre une vue dégagée sur la bande de Gaza et d'où des centaines d'Israéliens sont venus se délecter du spectacle des trois semaines [27 décembre 2008-17 janvier 2009] d'offensive contre les Palestiniens.

"Mes compatriotes sont devenus fous, constate Nomika Zion, une habitante de Sderot, avec un tremblement dans la voix. Toute la ville est pavoisée.. Il y a des drapeaux partout. Des groupes de soutien distribuent des fleurs dans les rues, les gens klaxonnent pour saluer chaque nouvelle tonne de bombes larguée sur nos voisins, les habitants de la bande de Gaza. Cette euphorie démente, cette ivresse de la guerre, cette soif de vengeance et de pouvoir me terrifient. Ces gens ont oublié la maxime juive selon laquelle il ne faut pas se réjouir lorsque son ennemi est à terre." Nomika Zion, une femme belle et passionnée, est une véritable enfant d'Israël, née dans un kibboutz au sein d'une famille de militants politiques, dans l'atmosphère idéaliste où l'on inculquait aux enfants que les droits civiques étaient ce qu'on ne pouvait retirer aux autres sans se déshonorer. Dans son kibboutz, elle a créé un groupe nommé Une autre voix de Sderot et publié un article sur Internet affirmant, entre autres, que "le bain de sang qui a eu lieu à Gaza ne s'est pas fait en mon nom, ni au nom de ma sécurité". Cet article a fait de Nomika et ses amis des parias dans la ville, où, désormais considérés comme des traîtres, ils se font cracher dessus et insulter.

"Nous, les Juifs, avons un complexe de victimes permanentes. Nous sommes persuadés que nous seuls pouvons être victimes, et nous avons perdu la capacité de compatir aux malheurs des autres. La différence entre moi, qui vis dans la peur qu'une roquette me tue, et les habitants de Gaza, c'est que je suis libre, alors qu'ils sont enfermés. Il est impossible de sortir de Gaza ou d'y entrer. Gaza est la plus grande prison du monde !" Je hoche la tête en silence. Qu'est-ce que Gaza ? Une étroite bande de terre bordée par la mer et entourée de barbelés, où s'entassent 1,5 million de personnes. Un camp de concentration surréaliste où sont parqués des Palestiniens, et créé, ironie du sort, par des Juifs dont les grands-parents ont eux-mêmes péri dans des camps de concentration. Ceux qui naissent à Gaza n'ont pas de passeport, ni de pays, ni de nationalité, ni le droit de se déplacer.

J'ai célébré l'Ancien Nouvel An [orthodoxe russe, le 13 janvier] en plein coeur de Jérusalem, en compagnie d'Israéliens d'origine russe. Ces gentils intellectuels aux manières policées plaisantaient aimablement et fredonnaient des chansons soviétiques, en s'accompagnant à la guitare. Soudain, l'ambiance a changé : il venait d'être question de Gaza. "Faut tous les buter !" , "On doit les écraser !". Ils avaient laissé tomber le masque. J'ai tenté un "Mais enfin, ce sont des êtres humains ! Est-ce qu'il n'y a que le sang juif qui compte pour vous, comme pour les héros du film Munich ? - Absolument ! m'a rétorqué Haïm, de Lvov. Pour moi et pour l'Etat d'Israël, seul compte le sang versé par les Juifs !" La présence du mari d'une de mes amies juives conférait à la scène une ironie amère. Cet homme est un Arabe chrétien palestinien répondant au beau prénom biblique de Noé. Il existe des couples improbables de ce genre ! Toutes ces impitoyables Olia de Voronej et Iacha d'Odessa, arrivés en Israël il y a une dizaine d'années, ont immédiatement obtenu la nationalité israélienne, une aide financière et un travail. Noé, qui est né et a grandi à Jérusalem, dont les racines familiales plongent profondément en Terre sainte, n'est PAS, pour sa part, citoyen israélien, n'a PAS le droit de vote et ne peut PAS se présenter à la moindre élection. C'est une personne de second ordre, privée de nationalité et sans cesse humiliée dans sa propre patrie. Pour lui, cette bande d'ex-Soviétiques bruyants, criards et arrogants, ce million et demi de russophones, est une troupe d'occupants qui lui dénie tout droit, à lui, maître légitime des lieux (pour avoir une idée plus précise de l'ampleur de cette occupation, il suffit de savoir qu'en 1917, les Arabes constituaient 93 % de la population de la Palestine, et que les Juifs n'étaient que 7 %).

"L'adhésion sans réserve des Israéliens à ce carnage dans la bande de Gaza est le résultat de nombreuses années de lavage de cerveau, considère Aliona, de Moscou, l'épouse de Noé. L'adversaire est déshumanisé. Dans les médias locaux, les Arabes sont présentés comme des bêtes sauvages à exterminer, et non des êtres humains. L'Etat a besoin d'un ennemi extérieur, sans quoi il se désagrège. Tous ces Juifs qui sont venus s'installer en Israël, porteurs de différentes cultures et traditions, sont soudés par un unique sentiment : `Nous sommes une forteresse assiégée, nous sommes contre le reste du monde'." Mais les Juifs ne veulent rien savoir. Quand on leur explique comment les colons s'emparent par la force de terres palestiniennes en Cisjordanie, ils vous regardent d'un air absent et affirment que ce sont des mensonges. Le monde entier diffuse des images d'enfants de Gaza brûlés par les bombes au phosphore et on entend en réponse : "Vous êtes de vils antisémites". Israël n'a jamais manqué de gens capables de tout expliquer et de tout justifier. La "pensée talmudique" est l'art de retourner une situation du tout au tout et de réussir à tirer avantage des arguments de l'adversaire.

Pour le rabbin Abraham Schmulevitch (né Nikita Demine à Saint-Pétersbourg), "l'humanité doit toutes ses grandes valeurs aux Juifs. C'est à travers nous que Dieu a révélé aux goys les vérités suprêmes. Tout le monde sait que les Juifs sont le peuple élu, mais élu pour quoi ? Pour fixer les normes idéales à l'ensemble de l'humanité." Ce rabbin est un personnage extrêmement charismatique, et je me laisse vite prendre à la magie de son éloquence. "Hypersioniste", tel qu'il se définit lui-même, il dirige le mouvement Pour notre pays ! et me brosse un tableau grandiose du futur empire juif, destiné à s'étendre du Nil à l'Euphrate. "Nous prendrons un morceau de l'Egypte, le Liban, la Syrie, une partie de l'Irak et un petit bout du Koweït, car telle est la terre que Dieu a donnée au peuple juif", détaille-t-il en me montrant une carte de cet empire à venir. "Nous libérerons notre terre par le fouet, et nous laisserons aux peuples
qui y vivent le choix de mourir ou de se soumettre à nos règles. Lorsqu'Israël aura pris le contrôle du Proche-Orient, il le nettoiera comme l'avait fait Alexandre le Grand, en exterminant les rebelles et en incluant les peuples conquis dans le système impérial."

Daria Aslamova
Komsomolskaïa Pravda

http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=94597

© Courrier international 2009 | ISSN de la publication électronique : 1768-3076

22:22 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, actualite, courcelles, usa, palestine, romain, colonialisme, resistance, imperialisme, israel, occupation, gaza, nazisme, faccisme |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

08/02/2009

08/02/2009: Gerry Adams et 300 personnalités irlandaises appellent au boycott d'Israël...

 

Gerry Adams et 300 personnalités irlandaises appellent au boycott d'Israël
Irish Times  
 
Les Irlandais lancent un appel au boycott d¹Israël : une pleine page dans le "Irish Times" et demandent de relayer dans le monde... Les lecteurs de l¹Irish Times du 31 janvier ont pu voir, en page 5, un "appel irlandais pour une justice en Palestine" lancé par environ 300 signataires, dont des députés, des sénateurs, des leaders politiques (dont Gerry Adams), des dirigeants de syndicats, des professeurs, des musiciens connus, des célébrités culturelles...
 
31 janvier

Source: CAPJPO-EuroPalestine


Cet appel ne figure pas sur la version internet de l¹I.T. mais l¹édition du samedi est celle qui est la plus lue en Irlande. Il est d¹ailleurs demandé, au bas de la page, de relayer le plus possible cet appel dans le monde, et de faire en sorte qu¹il soit reproduit avec la mention "paru dans le Irish Times le 31 janvier 2009".

En voici le texte :

"Les bombardements sur Gaza ont tué plus de 1300 Palestiniens, dont un tiers d¹enfants. Des milliers d¹autres ont été blessés, certains s¹étant réfugiés dans des bâtiments de l¹ONU.

Cet assaut est survenu après un an de blocus économique organisé par Israël. Le blocus, interdit par les lois humanitaires internationales, a détruit l¹ économie de la bande de Gaza et condamné sa population à la pauvreté. Selon un rapport de la Banque Mondiale, "98% de l¹activité industrielle est à l¹ arrêt". Les dernières attaques d¹Israël sur Gaza ont été le plus récent volet de l¹oppression du peuple palestinien par Israël, et sa volonté de s¹ approprier leur terre.

Israël n¹a jamais déclaré ses frontières. Au contraire, il s¹est continuellement étendu aux dépenss des Palestiniens. En 48, Israël s¹était déjà emparé de 78% de la Palestine, beaucoup plus que ce que l¹Assemblée Générale de l¹ONU avait octroyé à l¹état juif en 47. Au mépris de toutes les lois internationales, Israël a expulsé plus de sept cent mille Palestiniens de leurs maisons. Ces réfugiés et leurs descendants, qui maintenant approchent du million, sont dispersés un peu partout dans la région. Ils ont le droit au retour, d¹après la juridiction internationale. Ce droit a été confirmé plusieurs fois à l¹ONU, à commencer par la résolution 194 en 1948.

En 1967, Israël a occupé les 22% qu¹il restait de la Palestine : la Cisjordanie et Gaza. Ne respectant aucunement l¹article 49 de la Convention de Genève, Israël a construit et continue de le faire, des colonies d¹ occupation sur ces territoires occupés. Aujourd¹hui, on peut trouver environ 500 000 colons israéliens vivant dans les colonies de Cisjordanie (Jerusalem-Est inclus), et leur nombre croît quotidiennement au fur et à mesure qu¹Israël étend ses programmes d¹implantations.

Israël a résisté à la pression de la Communauté Internationale en continuant à ne pas respecter les lois internationales :

Non à la demande internationale d¹arrêter les implantations et de détruire celles déjà construites (Résolutions 446, 452 et 465 du Conseil de Sécurité),

refus de rendre ses annexions illégales à Jérusalem Est (Résol. 252, 267, 271, 298, 476, 478).

Depuis septembre 2000, plus de 5 mille Palestiniens, dont mille mineurs, ont été tués par l¹armée israélienne.

Onze mille Palestiniens, parmi eux des mineurs, sont internés dans des prisons israéliennes. Des centaines sans même avoir été jugés. De plus, Israël ne respecte pas, ici non plus, la loi internationale en les emprisonnant en dehors des territoires occupés, compliquant ainsi la vie de leurs familles, en rendant les visites quasi-impossibles.

Chaque année, des centaines de maisons palestiniennes sont détruites. La population palestinienne de Cisjordanie et de Gaza vit emprisonnée derrière des murs, des barrières de défense et des checkpoints, qui les empêchent d¹avoir accès aux commerces, aux écoles, à leur travail, aux hopitaux et aux lieux de culte. Ils sont soumis aux restrictions de toutes sortes et à des rituels d¹humiliation quotidiens par les soldats de l¹armée d¹occupation et les gardes des check-points.

Invasion, occupation, privation de leur terre est la réalité à laquelle doivent faire face les Palestiniens depuis de nombreuses années, de façon quotidienne, pendant que leur pays est déchiqueté sans remords.

Sans un arrêt de ces agressions d¹Israël, et si des droits démocratiques ne sont pas reconnus au peuple palestinien, il n¹y aura ni justice ni paix au Moyen Orient. Il doit être mis fin à l¹occupation vieille de 40 ans de la Cisjordanie et de Gaza par Israël.

L¹occupation peut se terminer si une pression politique et économique est exercée sur Israël par la communauté internationale. C¹est d¹ailleurs ce que réclament les Palestiniens : que la communauté internationale intervienne.

Nous, signataires, lançons l¹appel suivant :

- que le gouvernement irlandais cesse ses achats de produits et de services militaires à Israël et appelle publiquement à un embargo militaire contre Israël

- que le gouvernement irlandais demande publiquement que l¹accord Euro-Med qui permet à Israël d¹avoir un accès privilétié au marché de l¹Union Européenne soit suspendu tant qu¹Israël ne respectera pas la Loi Internationale.

- que le gouvernement irlandais s¹oppose à toute nouvelle proposition de relations entre l¹U.E. et Israël,

- que le peuple irlandais boycotte les marchandises et services israéliens tant qu¹Israël ne respectera pas la loi internationale. (tiré d'Investig'action)

20:18 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, actualite, courcelles, presse, guerre, sionisme, palestine, romain, belgique, racisme, colonialisme, fascisme, imperialisme, israel, occupation, silence, gaza, nazisme |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

18/01/2009

18/01/2009: Israël, agent de la contre-révolution mondiale...

 

From: alterinfonet.org Agence de presse associative
Sent: Sunday, January 18, 2009 7:24 PM
Subject: Israël, agent de la contre-révolution mondiale


En confirmant à Gaza, de la plus sinistre manière, que l’Etat sioniste n’a jamais eu qu’une politique : éliminer toute présence palestinienne de la terre de Palestine, il révèle au monde entier sa réalité d’Etat guerrier, raciste et réactionnaire. Les souffrances qu’il inflige au peuple palestinien expriment l’horrible réalité de cet Etat (fondé par l’ONU et qui insulte l’ONU en permanence) Par Comaguer > comaguer@orange.fr
Israël, agent de la contre-révolution mondiale
Etat guerrier

En guerre permanente, Israël - 6 millions d’habitants soit 1 millième de la population mondiale - est un important acteur de l’économie mondiale des armes : 6° importateur et 12° exportateur. Encore ces chiffres sont-ils sujets à caution dans la mesure où l’extrême imbrication du complexe militaro-industriel étasunien et de son petit frère israélien (imbrication voulue et organisée par le pouvoir étasunien) peut brouiller les chiffres.

Par exemple : General Dynamics, un des grands producteurs d’armes US, est propriété à 25 % d’ELBIT, second producteur d’armes israélien. Faut-il imputer 25 % des ventes d’armes du premier à l’Etat du second ? Armes de destruction massive : Israël possède autant d’armes nucléaires que l’Inde et le Pakistan réunis. Israël dispose d’armes chimiques et bactériologiques (ADM bi/multi-usage, photo ci-dessus), Israël consacre 9% de son PIB à la guerre : un des chiffres les plus élevés du monde.

Etat réactionnaire à activité mondiale

En guerre depuis 60 ans contre les Palestiniens et contre les Etats voisins qui, à un moment ou à un autre, ont essayé de les soutenir, Israël a développé des techniques et des industries de guerre qu’il vend dans le monde entier. Cette activité permanente et constitutive de l’Etat sioniste prend diverses formes :

- vente de matériel de guerre ou de surveillance policière ou d’espionnage
- formation de personnel pour la lutte antiguérilla
- encadrement de milices paramilitaires dans des pays où le régime en place est menacé par des révoltes populaires.

Quelques exemples parmi de nombreux autres :

- Colombie : le savoir faire sioniste a été mis au service du narco-président Uribe pour l’aider à détruire la guérilla des FARC.

- Géorgie : les conseillers militaires israéliens ont préparé l’armée géorgienne à l’attaque de l’Ossétie du sud et de l’Abkhazie et ont installé sur le sol géorgien des bases de missiles pouvant atteindre l’Iran.

- Azerbaïdjan : entraînement des officiers en Israël.

- Inde : Israël est le second fournisseur d’armes de l’Inde et des groupes hindous fondamentalistes sont formés par des agents israéliens pour organiser des actions terroristes meurtrières contre la population musulmane.

- Pakistan : l’opération actuelle de déstabilisation du pays a pour objectif final la destruction de l’armement nucléaire pakistanais que les sionistes ont baptisé : « la bombe atomique islamique » et les services secrets israéliens y jouent un rôle très actif.

- Sri-lanka : des conseillers israéliens aident le gouvernement de Colombo dans sa lutte d’extermination des rebelles tamouls.

- Soudan : les conseillers israéliens ont formé les rébellions du Sud du pays pour les aider à faire tomber le régime de Khartoum qui a toujours soutenu les Palestiniens.

- Etats-Unis : la surveillance du mur de 3500 kms séparant les USA du Mexique est assurée par du matériel israélien.

Il arrive souvent qu’Israël fasse en coulisse la sale besogne d’armer des contre-révolutionnaires quand les USA veulent « garder les mains propres ». On se souvient que dans l'opération secrète de l'IranGate, des intermédiaires israéliens fournirent des armes US à l’Iran pour éviter que l’Irak ne gagne la guerre et qu'avec l'argent de la vente ces mêmes intermédiaires, à la demande des Etats-Unis, livrèrent des armes aux contre-révolutionnaires nicaraguayens.

Ce commerce de la mort est d’autant plus florissant, ces outils et ces techniques s’exportent d’autant mieux qu’elles ont été expérimentées sur des cibles palestiniennes vivantes.

Seule la défaite de l’Etat sioniste peut mettre un terme à ce commerce sanglant.

L’État sioniste n’est pas seulement le bourreau du peuple palestinien, il est aussi un rouage important de la contre-révolution mondiale orchestrée par les USA.

La lutte acharnée du peuple palestinien contre l’Etat sioniste, qu’elle commence à faire vaciller, est un point clé de la lutte mondiale contre la catastrophe capitaliste en cours.

Comité comprendre et agir contre la guerre, Marseille

Source :
Comaguer
http://ism-france.org/news/article.php?id

body {background:#FFF;}

Alter Info l'Information Alternative

20:51 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, actualite, usa, presse, guerre, sionisme, palestine, television, romain, belgique, colonialisme, fascisme, solidarite, imperialisme, euro-dictature, israel, occupation, silence, paix, information, nazisme, cxourcelles, gaa |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

13/01/2009

13/01/2009: Des médecins évoquent l'usage "d'un nouveau type d'arme" à Gaza ...

Monstrueux !! Après les bombes à l'uranium appauvrit... ils se servent des gazouis pour expérimenter leurs bombes au phosphore blanc... Il y'a eu plusieurs dénonciations comme par Human Rights Watch. Information évidemment démentie par le gouvernement israélien alors que les faits sont là. 
 
Des médecins évoquent l'usage "d'un nouveau type d'arme" à Gaza
 
Des blessés d'un type nouveau – adultes et enfants dont les jambes ne sont plus que des trognons brûlés et sanguinolents – ont été montrés ces derniers jours par les télévisions arabes émettant de Gaza. Dimanche 11 janvier, ce sont deux médecins norvégiens, seuls occidentaux présents dans l'hôpital de la ville, qui en ont témoigné.

Les docteurs Mads Gilbert et Erik Fosse, qui interviennent dans la région depuis une vingtaine d'années avec l'organisation non gouvernementale (ONG) norvégienne Norwac, ont pu sortir du territoire la veille, avec quinze blessés graves, par la frontière avec l'Egypte. Non sans ultimes obstacles : "Il y a trois jours, notre convoi, pourtant mené par le Comité international de la Croix-Rouge, a dû rebrousser chemin avant d'arriver à Khan Younès, où des chars ont tiré pour nous stopper", ont-ils dit aux journalistes présents à Al-Arish.

Deux jours plus tard, le convoi est passé, mais les médecins, et l'ambassadeur de Norvège venu les accueillir, furent bloqués toute la nuit "pour des raisons bureaucratiques" à l'intérieur du terminal frontalier égyptien de Rafah, entrouvert pour des missions sanitaires seulement. Cette nuit-là, des vitres et un plafond du terminal furent cassés par le souffle d'une des bombes lâchées à proximité.

"A 2 MÈTRES, LE CORPS EST COUPÉ EN DEUX; À 8 MÈTRES, LES JAMBES SONT COUPÉES, BRÛLÉES"

"A l'hôpital Al-Chifa, de Gaza, nous n'avons pas vu de brûlures au phosphore, ni de blessés par bombes à sous-munitions. Mais nous avons vu des victimes de ce que nous avons toutes les raisons de penser être le nouveau type d'armes, expérimenté par les militaires américains, connu sous l'acronyme DIME – pour Dense Inert Metal Explosive", ont déclaré les médecins.

Petites boules de carbone contenant un alliage de tungstène, cobalt, nickel ou fer, elles ont un énorme pouvoir d'explosion, mais qui se dissipe à 10 mètres. "A 2 mètres, le corps est coupé en deux; à 8 mètres, les jambes sont coupées, brûlées comme par des milliers de piqûres d'aiguilles. Nous n'avons pas vu les corps disséqués, mais nous avons vu beaucoup d'amputés. Il y a eu des cas semblables au Liban sud en 2006 et nous en avons vu à Gaza la même année, durant l'opération israélienne Pluie d'été. Des expériences sur des rats ont montré que ces particules qui restent dans le corps sont cancérigènes", ont-ils expliqué.

Un médecin palestinien interrogé, dimanche, par Al-Jazira, a parlé de son impuissance dans ces cas : "Ils n'ont aucune trace de métal dans le corps, mais des hémorragies internes étranges. Une matière brûle leurs vaisseaux et provoque la mort, nous ne pouvons rien faire." Selon la première équipe de médecins arabes autorisée à entrer dans le territoire, arrivée vendredi par le sud à l'hôpital de Khan Younès, celui-ci a accueilli "des dizaines" de cas de ce type.

Les médecins norvégiens, eux, se sont trouvés obligés, ont-ils dit, de témoigner de ce qu'ils ont vu, en l'absence à Gaza de tout autre représentant du "monde occidental" – médecin ou journaliste : "Se peut-il que cette guerre soit le laboratoire des fabricants de mort ? Se peut-il qu'au XXIe siècle on puisse enfermer 1,5 million de personnes et en faire tout ce qu'on veut en les appelant terroristes ?"

Arrivés au quatrième jour de la guerre à l'hôpital Al-Chifa qu'ils ont connu avant et après le blocus, ils ont trouvé un bâtiment et de l'équipement "au bout du rouleau", un personnel déjà épuisé, des mourants partout. Le matériel qu'ils avaient préparé est resté bloqué au passage d'Erez.

"Quand cinquante blessés arrivent d'un coup aux urgences, le meilleur hôpital d'Oslo serait à la peine, racontent-ils. Ici, les bombes pouvaient tomber dix par minutes. Des vitres de l'hôpital ont été soufflées par la destruction de la mosquée voisine. Lors de certaines alertes, le personnel doit se réfugier dans les corridors. Leur courage est incroyable. Ils peuvent dormir deux à trois heures par jour. La plupart ont des victimes parmi leurs proches, ils entendent à la radio interne la litanie des nouveaux lieux attaqués, parfois là où se trouve leur famille, mais doivent rester travailler… Le matin de notre départ, en arrivant aux urgences, j ai demandé comment s'était passé la nuit. Une infirmière a souri. Et puis a fondu en larmes."

A ce moment de son récit, la voix du docteur Gilbert vacille. "Vous voyez, se reprend-il en souriant calmement, moi aussi…"


Sophie Shihab
 
 

Human Rights Watch dénonce l'usage de bombes au phosphore

 

L'organisation humanitaire Human Rights Watch (HRW) a accusé Israël, samedi 10 janvier, d'utiliser des bombes au phosphore blanc lors de son offensive dans la bande de Gaza. Ce type de munitions est utilisé pour créer un nuage dissimulant les opérations militaires ou alors illuminer des zones de combat. Il n'est pas formellement interdit par la législation internationale mais ce produit chimique a "un important effet incendiaire secondaire qui peut infliger de graves brûlures", indique HRW. Il s'enflamme au contact de l'oxygène et provoque immédiatement des incendies. Le protocole III de la convention de 1980 sur les armes conventionnelles interdit son utilisation contre les populations civiles ou contre les soldats installés en milieu urbain.

 
 
Source : lemonde.fr
 
Il peut en effet provoquer des brûlures de la peau, et des lésions au foie, aux reins et aux poumons. Plusieurs sources médicales dans la bande de Gaza ainsi que des témoins ont indiqué que des blessés étaient couverts de brûlures. Le docteur Youssef Abou Rich de l'hôpital Nasser, à Khan Younès, a notamment assuré que ces brûlures ne pouvaient provenir que de bombes au phosphore.
 
Plusieurs victimes citées par l'agence Associated Press racontent comment "la fumée blanche venue du ciel a fait se décoller la peau sur le visage et les membres". Un témoin joint par téléphone dans la ville de Gaza affirme que ces munitions ont été utilisées dès le début de l'opération terrestre et qu'il a vu des incendies se déclarer après "l'explosion de gerbes de fumée blanche".
 
HRW a observé, depuis la frontière avec la bande de Gaza, qu'au-dessus du camp de Jabaliya, au nord de l'enclave, les déflagrations d'obus ressemblaient très vraisemblablement à des obus au phosphore. Le porte-parole de l'armée, le major Avital Leibovitch, a assuré que "l'armée n'utilisait que des armes en conformité avec les normes internationales".
 
Après le bombardement d'une école des Nations unies par l'armée israélienne, le 6 janvier, qui a causé la mort de plus de quarante Palestiniens, principalement des civils, HRW avait déjà demandé une commission d'enquête "sérieuse et indépendante".

"MARQUER LES CIBLES"
 

Le quotidien britannique Times a publié, jeudi, des photos de stocks de munitions à la frontière de la bande de Gaza. Des obus de fabrication américaine portaient la mention M825A1. Or, selon un expert militaire de la revue militaire spécialisée Jane's, cette identification correspond à des bombes au phosphore.
 
Le journal londonien a indiqué que selon un porte-parole de l'armée israélienne, les M825A1 "sont utilisés pour marquer les cibles. Il n'y a pas de charge explosive ni de phosphore à l'intérieur". Des images diffusées par plusieurs chaînes de télévision présentes dans la bande de Gaza ne laissent pourtant guère de doute sur le fait que des blessés ont été grièvement brûlés à Khan Younès par une substance chimique. Quelques-uns ont pu être interrogés.
 
Tsahal avait reconnu avoir utilisé des bombes au phosphore lors de la seconde guerre du Liban au cours de l'été 2006. Les mêmes bombes que les Américains ont lancé en Irak, lors de la bataille de Fallouja, en novembre 2004, contre les forces rebelles qui avaient pris le contrôle de cette ville sunnite à l'ouest de Bagdad.
 
Michel Bôle-Richard

12/01/2009

10/01/2009: Interview :: Le journaliste Michel Collon sur les événements de Gaza...

----- Original Message -----
From: Jean Pestiau
To: WPB
Sent: Saturday, January 10, 2009 2:40 PM
Subject: Interview :: Le journaliste Michel Collon sur les événements de Gaza

 

Solidaire, le 9 janvier 2009

http://www.ptb.be/fr/hebdomadaire/article/article/interview-le-journaliste-michel-collon-sur-les-evenements-de-gaza.html

Interview :: Le journaliste Michel Collon sur les événements de Gaza

Sommes-nous réellement informés sur Gaza ? L’offensive israélienne sur Gaza vise-t-elle à démettre le Hamas ? Michel Collon, spécialiste des conflits, répond aux questions « provocantes » de Solidaire.

Julien Versteegh

 

La crise économique et les soucis quotidiens occupent les esprits et Gaza passe peut-être en second plan dans le quotidien des travailleurs. Pourquoi ?
    Michel Collon.
Coluche disait « On ne peut pas dire la vérité à la télé, il y a trop de gens qui regardent ». La question à poser à la population belge est : pensez-vous être bien informés ? Croyez-vous que dans une région comme le Moyen-Orient avec toute la richesse du pétrole, on va vous dire la vérité ?

Avant de travailler sur l’international et les guerres, j’ai fait du reportage social en Belgique pendant 15 ans. Dans chaque secteur en lutte les travailleurs me disaient : les médias n’informent pas bien l’opinion.

Les médias et l’école cachent soigneusement comment Israël s’est imposé. Imaginez ceci… Vous Belges, vivant et travaillant ici depuis des générations, tout d’un coup, des gens débarquent : « Nos ancêtres vivaient ici il y a deux mille ans, notre Dieu a dit que cette Terre nous appartient, allez ouste, dehors ! » Vous devez quitter votre maison, vos champs, vos richesses et aller vivre dans des tentes. D’abord, les envahisseurs prennent Bruxelles, Anvers, le Hainaut. Un peu plus tard Liège et la Flandre occidentale. Ils bloquent toutes les routes avec un grand mur. Et finalement, vous vous retrouvez tous parqués autour d’Ostende et au fond des Ardennes. Dans des conditions de vie misérables. En plus, on vous traite de menteurs, de violents, de terroristes. Eh bien, remplacez Ostende par Gaza, et les Ardennes, par la Cisjordanie, vous avez exactement ce qu’a fait Israël !

A propos de désinformation, les Belges ont quand même eu un fameux avertissement, non ? La RTBF a réussi à faire croire que la Belgique avait disparu en une soirée. Alors, prudence, non ? Dans les années 80, au Nicaragua, un gouvernement de gauche voulait éliminer la pauvreté et résister aux États-Unis. Ils ont été attaqués par des terroristes financés par la CIA, on a bloqué lers ports et les médias les ont diabolisés. Ils ont été renversés et le pays est retourné à la misère. Un prêtre nicaraguayen, alors ministre de la culture, disait : « Quand je vois ce que les médias racontent sur mon pays que je connais bien, je me dis que je ne dois rien croire de ce qu’ils racontent sur les pays que je ne connais pas ».     

Le grand problème, des Belges, des Français, des Européens sur le conflit israélo-palestinien c’est qu’ils sont désinformés. Avec quelques rares exceptions, la télé se met du côté d’Israël.

Quand même le Hamas a commencé et il prend la population palestinienne en otage, non ?

    Michel Collon.
Non. A propos des roquettes tirées sur des villes israéliennes, on ne nous dit pas que des Palestiniens (Hamas, Fatah et individus) tirent des roquettes sur des villes dont on a chassé leurs parents. Ils y habitaient avant ! Pourquoi le cache-t-on ?

Mais surtout : le Hamas a respecté la trêve pendant des mois. Or, cette trêve avait plusieurs conditions. Israël devait lever le blocus qui étranglait Gaza, il ne l’a pas fait. Il ne devait plus commettre d’agressions militaires, il en a commis. L’Égypte devait ouvrir ses frontières, cela n’a pas été fait. En réalité, c’est Israël qui n’a pas respecté la trêve.

Le Hamas, c’est quand même des fondamentalistes. Des progressistes peuvent-ils les soutenir ?

    Michel Collon.
D’abord, pendant des décennies, quand le Hamas n’existait pas encore, Israël a tout fait pour détruire le Fatah d’Arafat et les mouvements palestiniens de gauche. Ensuite, comme le Hebzollah au Liban, le Hamas semble d’accord de respecter le mode de vie de l’ensemble des populations à Gaza.

Les gens ont voté Hamas, s’estimant trahis par les précédents dirigeants palestiniens. Si vous interrogez des Palestiniens de gauche et laïcs, ils ont voté pour le Hamas parce c’est le parti qui résiste. Il est faux de dire que le Hamas prend les Palestiniens en otage, ce sont tous les Palestiniens qui refusent et refuseront toujours la colonisation, même si demain le Hamas était totalement détruit.

Enfin, on nous dit ensuite de façon un peu raciste que ces gens sont des musulmans et qu’ils sont des fanatiques… Qu’on m’explique alors pourquoi les USA organisent des coups d’Etat pour renverser Chavez, un fervent chrétien ! Ou Evo Morales, un Indien. Au Venezuela, avant Chavez, 80 années de richesse pétrolière ont produit 80 % de pauvres. L’argent partait dans les poches d’Exxon. Chavez, Evo, les Irakiens ou les Palestiniens : rien à voir avec la religion, tout à voir avec pillage des ressources de ces pays.

Mais en Palestine, il y a peu de ressources naturelles…

    Michel Collon.
Le Moyen-Orient forme un ensemble. Les Arabes se voient comme une seule nation. Ce sont les colonisateurs qui ont divisé la région pour mieux la contrôler. Les Britanniques, puis les États-Unis ont veillé à mettre le pétrole aux mains des rois, des riches saoudiens et autres marionnettes pendant que le reste du monde arabe se débat dans la pauvreté et le sous-développement. Israël est surarmé par Washington pour être le gendarme du Moyen-Orient. De plus, il veut construire un pipe-line qui en fera le distributeur du pétrole irakien sur la Méditerranée.

Israël prétend qu’il n’y a personne en face pour négocier et que la paix est impossible.

    Michel Collon.
La paix est possible au Moyen-Orient. Il faut créer un seul État garantissant tous les droits à tous : juifs, musulmans, chrétiens ou athées. Un État ne peut pas être fondé sur une religion privilégiée, excluant ou rabaissant les autres. Un seul État, un homme une voix, et le droit au retour pour ceux qui ont été chassés.

Beaucoup de Palestiniens et d’Israéliens pensent qu’il faudra une solution transitoire avec deux États. A eux de trancher. Sans doute qu’avec toute la haine qui a été semée, il faudra une ou deux générations pour arriver à une coexistence harmonieuse. Mais je maintiens qu’Israël est l’État le plus raciste au monde, pratiquant le nettoyage ethnique contre les Arabes. Pour arriver à une solution il faut mettre fin à ce racisme. Un État comportant plusieurs cultures, n’est pas un appauvrissement, mais un enrichissement.

Je pense qu’avec ces provocations et ces destructions terribles, Israël ne veut pas la paix. Il refuse de négocier en sachant que cela risque de provoquer des attentats. Il aura ainsi un prétexte pour justifier ses nouvelles déportations et annexions.

Le ministre belge des affaires étrangères Karel De Gucht et ses collègues européens semblent prendre une position neutre dans l’histoire…

    Michel Collon.
De Gucht n’est absolument pas neutre, et l’U.E. non plus. Elle vient de voter pour Israël un statut de quasi-membre de l’Union européenne alors qu’Israël viole toutes les résolutions de l’ONU et le droit international depuis des dizaines d’années ! Elle a qualifié de ‘terroriste’ le gouvernement Hamas élu démocratiquement, ce qui a donné le feu vert à l’agression. Quand la ministre des Affaires étrangères israélienne dit qu’Israël défend les valeurs de la communauté internationnale devant Sarkozy, celui-ci applaudit. Quand on voit comment Sarkozy, Merkel, De Gucht et compagnie ont soutenu Israël tout le temps, je dis que ce sont eux qui bombardent en notre nom. Va-t-on continuer à le tolérer ?

C’est surtout la population belge d’origine immigrée qui se mobilise actuellement. Pourquoi y a-t-il encore tellement d’indifférence et de passivité des travailleurs « belgo-belges » ?

    Michel Collon.
Ils sont maintenus dans l’ignorance. Mais la guerre en Palestine fait partie d’une guerre globale Nord Sud qu’on mène en notre nom. On ne peut comprendre le monde d’aujourd’hui si on ne comprend pas pourquoi la richesse est au Nord et la pauvreté au Sud.

Les grosses sociétés européennes ont volé l’or et l’argent de l’Amérique latine, les minerais, le caoutchouc et les esclaves de l’Afrique (avec notre Léopold II coupant les mains quand on refusait de travailler pour lui), et le pétrole du Moyen-Orient. Aujourd’hui, le tiers monde reste pauvre car les multinationales s’y installent en payant les travailleurs une misère, en interdisant les syndicats, en corrompant les dirigeants politiques et la police. Donc, toute la richesse du sud continue de partir vers le nord. Ceci place les travailleurs belges devant un choix moral : se ranger du côté des volés ou des voleurs ? Réclamer justice ou faire l’autruche en espérant profiter un peu du vol ?

Nous devrions témoigner de plus de curiosité et d’ouverture. En Belgique, nous avons la chance d’avoir des immigrés, y compris des travailleurs sans-papiers. Il faut parler avec eux, les écouter. On peut en apprendre beaucoup ! Les Arabes vous expliqueront ce qu’a fait l’Europe au Moyen-Orient depuis des siècles. Les Noirs vous expliqueront ce qu’elle a fait au Congo. Les Latinos pourquoi il y a encore 44 % de pauvres alors que l’Amérique latine est très riche.

Je compare la situation actuelle au Titanic. Avec les très riches en première classe, les classes moyennes et les travailleurs qui sont dans la troisième classe sans beaucoup de confort mais ils sont dans le bateau. Seulement le Titanic fonce vers le désastre car le capitaine et surtout les armateurs gagnent gros. Sur le dos de ceux qui rament, les esclaves du Sud.

Les travailleurs belges veulent-ils rester dans le Titanic, fondé sur l’appauvrissement du tiers-monde et qui, après la crise financière, s’en prépare d’autres, peut-être plus graves encore ? Car le nombre de pauvres n’a pas cessé d’augmenter dans le monde depuis 20 ans. Veut-on couler avec le Titanic ou choisir une autre façon de naviguer basée sur des rapports justes entre le Nord et le Sud ?

En Europe, ce choix est faussé par une info comme Coluche la dénonçait.

Que faire alors ?
    Michel Collon.
Depuis quelques années, je travaille avec l’équipe Investig’Action, et mon site www.michelcollon.info pour décoder l’info, donner la parole aux exclus de l’info officielle, montrer les images cachées, apprendre à repérer les médiamensonges.

Beaucoup de gens m’écrivent, dégoûtés par la presse et découragés, car on ne les écoute pas. Il faut une stratégie collective pour que les gens puissent tester l’info et devenir actifs. L’info est un droit qui se conquiert et ne tombe pas du ciel. Comme tous les autres droits.

Ca nécessite une démarche active. Par exemple, si un responsable syndical a encore un doute sur qui est l’agresseur et le colonisateur entre Israël et les Palestiniens, qu’il organise donc pour tous ses affiliés un débat avec les deux parties, qu’il s’informe sur Internet, auprès des syndicalistes palestiniens et auprès de ceux que la télé exclut de ses débats  !

Pour conquérir le droit à une information de qualité, complète et non manipulée par des intérêts, nous avons besoin d’un mouvement citoyen pour l’information, à la base. « Nous sommes tous des journalistes ! »

Michel Collon était l’invité de l’émission de France 3, "Ce soir ou jamais" consacrée à l’avenir des conflits au Moyen-Orient. Retrouvez son intervention sur le site de Dailymotion (www.dailymotion.com)

05/01/2009

04/01/2009: HAMAS, FATAH, QUELQUES CONTRE-VÉRITÉS ...

 

 

----- Original Message -----
Sent: Sunday, January 04, 2009 7:24 PM
Subject: Fw: HAMAS, FATAH, QUELQUES CONTRE-VÉ RITÉS ; Sderot : colonie sioniste

 

HAMAS, FATAH, QUELQUES CONTRE-VÉRITÉS


Par Michel Warschawski, écrivain israélien.
vendredi 2 janvier 2009, par : Rédaction Enfants de (la) Palestine (http://www.enfantsdepalestine.org)

Analyse du traitement de Gaza par les médias, avec Michel Warschawski. Warschawski écrit plusieurs ouvrages, dont Sur la frontière (Stock, 2002) et Programmer le désastre, la politique israélienne à l'oeuvre. Ce dernier livre, paru aux éditions La Fabrique en février 2008, commence par un démontage en règle des mystifications sur le Proche-Orient, fabriquées et / ou entretenues par les médias internationaux.
 
Un des titres ou phrases fréquemment rencontrés : « Après que le Hamas s'est emparé du pouvoir à Gaza... »
 
Vrai ? Faux ? C'est faux, dit l'auteur. Et il explique. « C'est dans des élections, dont le monde entier a salué le caractère transparent et démocratique, que le Hamas a gagné les voix de la grande majorité de la population palestinienne. Non seulement il ne s'est pas "emparé" du pouvoir, mais il a immédiatement accepté de former un gouvernement d'union nationale, dans lequel les vaincus - le Fatah et ses supporters - étaient surreprésentés ».
 
Une autre assertion médiatique à méditer : « Le Hamas a déclaré la sécession de Gaza et a rompu tout lien avec la Cisjordanie ».
 
C'est faux là aussi ? Faux, dit l'auteur : « C'est Mahmoud Abbas qui, sous la protection de l'armée israélienne, et après un coup d'Etat avorté dans la bande de Gaza et la fuite de ses troupes en Egypte, a retiré son administration. En rompant tout lien avec la bande de Gaza, il acceptait que celle-ci soit considérée par Israël et la communauté internationale comme une "entité hostile" (sic), à savoir une zone où vivent plus d'un million de femmes, hommes, enfants et vieillards, dont les droits les plus élémentaires, à commencer par le droit à l'alimentation et aux soins médicaux, sont niés ».
 
Mais il y a des tas de terroristes au Hamas ? D'après quelques grands journaux, oui : « On ne peut reconnaître le gouvernement Hamas, car il est responsable dʼattentats terroristes... »
 
Faux, archifaux ? Warschawski enfonce le clou : « Depuis quatre ans, le Hamas respecte scrupuleusement une trêve unilatérale, et les (rares) attentats ainsi que les roquettes tirées du nord de la bande de Gaza sont surtout le fait... des brigades Al-Aqsa, liées au Fatah » (pp. 11-12).
 
Pour Michel Warschawski, la plupart des grands médias, en déformant des faits, et en en inventant d'autres, prennent parti dans le conflit, contre les Palestiniens. Tache facilitée, nous dit-il, par les fréquents petits coups de pouce du Président de l'Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, au gouvernement israélien. Alors que Warschawski écrivait son livre, « le chef des miliciens du Fatah » s'est réjouit, devant des journalistes israéliens, que tous les livres - y compris les exemplaires du Coran - d'une institution culturelle liée au Hamas aient été détruits par l'armée israélienne. Et, affirme l'auteur, très récemment, Abbas a « franchi une limite ». En appelant Israël à « renforcer l'isolement » de la bande de Gaza, il a préféré la compromission au compromis.
 
Finalement, pour Warschawski, ce sont les deux populations, palestinienne et israélienne, qui coincent Israël dans la mise en oeuvre complète de sa politique. Les Israéliens aussi, car ils ont « perdu l'esprit de sacrifice et refusent de payer le prix d'une politique qu'ils ne soutiennent que dans la mesure où elle est gratuite. Dès lors qu'on lui soumet une facture et que la normalité de son existence est remise en question, ne serait-ce que pour quelques semaines, la population de l'Etat juif rejette les aventures militaires » (pp. 33 - 34).

 

 

__._,_
 
.

__,_._,___
 

23/11/2008

15/11/2008: Agression sioniste à domicile...

Sent: Saturday, November 15, 2008 4:09 PM
Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] Basta : un des agresseurs de G. Skandrani, jugé le 18 11
Agression sioniste à domicile

Le 25 octobre 2006, Ginette Hess Skandrani, présidente de l'AZLS, était victime d'une grave agression à son domicile dont elle porte encore aujourd'hui les séquelles. Une longue enquête avait permis l'identification des 4 agresseurs, dont deux se sont enfuis en Israël, d'où ils ne peuvent être extradés, puisqu'ils disposent, en plus de leur passeport français, d'un passeport israélien.
L'un des deux autres agresseurs, mineur au moment des faits, sera jugé par le Tribunal pour enfants de Paris le mardi 18 Novembre à 9 heures.. 25è chambre -escalier Y , rez- de- chaussée, Palais de justice, 4 Bd du Palais, métro Cité.
Venez nombreux !
Nous republions à cette occasion la lettre ouverte signée par 200 personens et associations, à laquelle aucune réponse n'a été donnée à ce jour.

Lettre ouverte
Au Premier ministre et au ministre de l’Intérieur
Au CRIF, à la LICRA, au MRAP, à la LDH, à SOS-Racisme
À l’AFPS, au CAPJPO, à l’UJFP et au MSRPP

Questions de principe, questions pratiques, questions vitales

5 novembre 2006
Ginette Hess Skandrani est une femme de 67 ans. Elle est, par tempérament et par conviction, non-violente. Elle ne dispose, pour se protéger, ni d’armes ni de gardes du corps ni d’escorte policière.
Elle est une militante engagée dans le combat anticolonialiste depuis cinquante ans. Depuis quarante ans, elle défend le droit naturel du peuple palestinien à la souveraineté et à la vie. Elle est partisane de la seule solution qui semble logique à la situation coloniale de la Palestine : la création d’un seul État pour tous les habitants de la Terre sainte, sur la base du principe universel : « Une personne, une voix ».
Elle est victime depuis de longues années d’une campagne de dénigrement et de diffamation émanant de diverses composantes, de « droite » comme de « gauche », de la nébuleuse des partisans de l’État d’Israël comme « État juif ». Cette campagne a été ponctuée par des agressions physiques, des menaces de mort verbales, écrites, téléphoniques ou électroniques, des piratages informatiques, des mises sur écoute téléphonique « sauvage », des cambriolages et des « filatures ».
Mercredi 25 octobre, la campagne a atteint un nouveau palier : un commando de quatre hommes l’a agressée à son domicile parisien, dans une action préméditée et concertée. Pendant que deux membres du commando s’acharnaient sur elle, au risque de la tuer ou de la rendre irrémédiablement invalide, deux autres membres faisaient le guet au pied de l’immeuble.
Ces hommes n’ont pas agi de leur propre initiative : ils ont reçu des ordres, qu’ils ont exécutés en bons petits soldats. Ces hommes sont en effet des citoyens français et israéliens, soldats d’active ou de réserve de l’armée israélienne, agissant sur ordre. Les ordres viennent d’organisations qui, sous couvert de respectabilité et de représentativité, ne sont que des officines établies en France d’une puissance non seulement étrangère mais de surcroît hostile aux valeurs françaises et aux principes qui fondent notre république.
Cette grave atteinte au droit à la vie et à la sécurité d’une militante infatigable de la cause humaine nous amène à poser un certain nombre de questions à tous ceux qu’elle devrait interpeller. Nous précisons que nous nous exprimons à titre personnel, en tant qu’amis, frères, sœurs de Ginette Hess Skandrani. Certains d’entre nous ont été victimes des mêmes campagnes de dénigrement et de menaces qu’elle, du fait de leurs engagements.

Question au gouvernement :
Vous avez interdit il y a quelques mois la tribu Ka, une organisation de jeunes Noirs révolutionnaires, par un décret d’application de la loi de 1936 sur les ligues factieuses. Or, cette Tribu Ka, quelle que soit l’appréciation que l’on puisse porter sur ses idées et opinions, ne s’était rendue coupable d’aucun crime ou délit, d’aucun acte de violence ni contre des biens ni contre des personnes. Qu’attendez-vous pour dissoudre, en application du même décret, les deux organisations armées qui se sont rendues coupables d’une série de crimes et délits, dont la tentative de meurtre sur un commissaire de police, et dans les rangs desquelles il faut chercher les agresseurs de Ginette Hess Skandrani ? Attendez-vous donc qu’il y ait mort d’homme – ou de femme – pour interdire la Ligue de défense juive et le Bêtar-Tagar ?
Question au ministre de l’Intérieur :
Qu’envisagez-vous de faire pour assurer la protection et la liberté de déplacement des personnes visées par ces organisations subversives ? Estimez-vous que ces personnes doivent, faute de protection par la république, s’armer et prendre en charge leur propre défense ?
Question aux défenseurs des droits humains :
Vous avez pour l’instant observé un silence prudent sur l’agression dont a été victime Ginette Hess Skandrani. Cela veut-il dire que vous approuvez cette agression ? Dans ce cas, il faudra vous en expliquer publiquement.
Question aux défenseurs du « droit à l’existence d’Israël » :
Certains d’entre vous ont proféré, répété ou répandu des calomnies contre Ginette Hess Skandrani. Cela a contribué de manière déterminante au climat qui aboutit à l’agression du 25 octobre. Approuvez-vous cette agression ? Si oui, expliquez-nous pourquoi. Si non, faites-le savoir haut et fort.
Tout un chacun comprendra que la réponse à ces questions de la part de ceux que nous interpellons aujourd’hui sera déterminante pour empêcher la dérive violente et sectaire dans laquelle veulent nous entraîner les partisans du suprématisme d’un groupe sur l’ensemble de la société.
Les petites frappes qui ont exécuté l’ordre de tabasser Ginette Hess Skandrani ne sont que des robots programmés et manipulés pour faire mal. Nous n’avons pour eux que mépris et commisération et nous laissons à la justice et à la police le soin de les mettre hors d’état de nuire. Nous n’avons en effet aucune vocation à créer une milice de justiciers. Mais nous ne saurions tolérer le silence et l’inaction de tous ceux qui prétendent lutter pour la liberté, la démocratie et la justice. Car ce silence et cette inaction vaudraient complicité.

--
Envoyé par Basta ! يكفي dans Basta ! يكفي le 11/15/2008 03:41:
.

03/07/2008

03/07/2008: -------- Message original -------- Sujet: Echange de prisonniers: Israël reçoit une gifle retentissante ...

A-------- Message original --------
Sujet: Echange de prisonniers: Israël reçoit une gifle retentissante
Date: Thu, 3 Jul 2008 11:52:13 +0300
De: cirepal2005 <cirepal2005@yahoo.fr>

Echange de prisonniers entre l’Etat sioniste et le Hizbullah :

Israël reçoit une gifle retentissante

CIREPAL (Centre d’Information sur la résistance en Palestine)

3 juillet 2008

« Promesse sincère », la promesse de libération, faite par Sayyid Hassan Nasrullah, secrétaire général du Hizbullah, en juillet 2006, au plus ancien prisonnier arabe dans les geôles sionistes, Samir Qintar, est sur le point d’être honorée. Deux ans après la prise de deux soldats sionistes qui s’étaient aventurés jusqu’aux frontières entre la Palestine occupée et le Liban, en vue de les échanger avec Samir Qintar et les nobles dépouilles des martyrs, Israël a finalement admis le bien-fondé de la revendication de la résistance islamique au Liban : seules des négociations indirectes et un échange pouvaient ramener les soldats capturés à leurs familles et leur Etat.

Israël a tout essayé après cette capture : une guerre meurtrière de 33 jours contre le Liban et particulièrement le sud, des milliers de martyrs tombés et des blessés, des milliers de déplacés, la destruction des infrastructures libanaises, avec un appui occidental illimité et notamment américain, des pressions sur le gouvernement libanais illégitime par l’intermédiaire de ses alliés américains et européens, des menaces de guerre. Rien, rien n’a pu lui rendre ses deux soldats. Comme l’avait annoncé sayyid Hassan Nasrullah, seuls des négociations indirectes et l’échange peuvent les lui rendre. Deux ans après, Israël reçoit une gifle retentissante, une fois encore, donnée par le parti de la résistance, le Hizbullah !

Il est vrai que cette guerre était préparée, mais la capture des soldats l’a précipitée, Olmert voulant faire croire que son Etat est encore capable d’interdire quelque chose dans la région ! Ni lui, ni son Etat, ni même toutes les forces mondiales réunies ne peuvent obliger le Hizbullah à reculer quant à ce qu’il considère comme son droit le plus légitime : libérer les prisonniers et les dépouilles des martyrs, libérer les fermes de Shebaa et les hauteurs de Kfarshouba, assurer la souveraineté du sol libanais, résister à l’Etat colonial installé en Palestine.

Face à la fermeté du droit de la résistance, Israël a essayé de jouer ! Il a perdu, une fois encore. Ses dirigeants se sentent humiliés, sa presse est aux abois, sa population ballottée entre l’espoir d’en finir avec un cauchemar qui s’appelle résistance et l’arrogance raciste de ne pas admettre que des Arabes peuvent gagner des guerres, réussir des coups, lever la tête et imposer leur juste volonté.

La victoire de la résistance en 2006 se poursuit. C’est ce qu’a d’ailleurs annoncé le secrétaire général du Hizbullah, lors de la conférence de presse du 2 juillet, rappelant ce qu’il avait déjà annoncé : le temps des défaites arabes est passé, nous avons entamé la phase des victoires : victoire de la libération en 2000, victoire de la résistance en août 2006 avec le retour des déplacés et l’échec cuisant du plan américano-sioniste, victoire de la résistance dans la bande de Gaza, victoire actuelle avec le retour des prisonniers et des nobles dépouilles des martyrs tombés pour que vive la Palestine, victoire du droit arabe contre la spoliation israélienne, victoire de la dignité arabe qui sait récupérer ses martyrs.

Au cours de cette conférence de presse, sayyid Hassan Nasrullah a fourni quelques détails importants, pas tous (les autres seront fournis lors de l’accueil des prisonniers et des dépouilles des martyrs), pour ne pas gêner les dernières mesures avant le jour J.

Samir Qintar, le plus ancien prisonnier arabe (29 ans passé dans les geôles sionistes) sera libéré avec les quatre autres prisonniers de « la promesse sincère », faits prisonniers lors de la guerre de juillet 2006. Samir Qintar, héros de la résistance palestinienne et arabe, a été un des points les plus ardus dans les négociations, car Israël avait déjà manqué à sa promesse pour sa libération en 2004, les sionistes considérant qu’il a « les mains tâchées de sang », c’est-à-dire un résistant de premier rang.

Les nobles dépouilles des martyrs, libanais, palestiniens et arabes, environ 200 dépouilles, seront remises à leurs familles et leur peuple, tous ces martyrs ayant été tués lors des opérations de la résistance contre l’Etat sioniste ou enlevés par les sionistes, à partir du Liban. La noble dépouille de la résistante Dalal Moghrabi, partie en mars 78, avec ses camarades, dont le libanais Yahya Skaf, dans l’opération Kamal Adwan, sera enfin rendue à sa famille et son peuple. Concernant le héros Yahya Skaf, la lumière sera faite sur son sort : par l’analyse de l’ADN, sa famille sera en mesure de savoir si la dépouille que les sionistes vont rendre est effectivement celle de leur fils ou bien doit-il être considéré « disparu ».

Pour les diplomates iraniens, enlevés en 1982 par les Forces libanaises de Geagea et Bashir Gemayel, un rapport détaillé israélien fera la lumière sur leur sort : ont-ils été assassinés par les Forces libanaises ou livrés et ensuite assassinés par les sionistes ?

Concernant la libération de prisonniers palestiniens et arabes, les sionistes refusaient, pour des raisons diverses, de les inclure dans l’échange, mais il semble bien que plusieurs prisonniers palestiniens seront enfin libérés par cet échange. Les sionistes, d’après leur presse, craignent que le Hizbullah et notamment son scrétaire général, ne soient considérés dans le monde arabe et musulman, et surtout dans la Palestine, comme les véritables dirigeants de la résistance dans le monde arabe et musulman. Les sionistes ont voulu, dans les négociations, séparer entre les prisonniers de la liberté, et prenaient prétexte qu’ils étaient engagés dans des négociations avec la résistance palestinienne pour l’échange du soldat Shalit, d’une part et avec l’autorité palestinienne d’autre part, au sujet de la libération des prisonniers. Mais le Hizbullah a maintenu cependant ses revendications et c’est Israël qui est fouetté par la gifle retentissante !

Au moment où le Liban se prépare à recevoir ses héros et les dépouilles de ses martyrs, morts en héros, dans la joie et l’allégresse, mis à part quelques corbeaux libanais (Geagea en premier), c’est la « douleur » de la défaite qui plane sur le public israélien. Et cette « douleur » sera d’autant plus profonde que l’allégresse transportera le public au Liban, libanais, palestiniens et arabes, pendant des semaines, au cours de cet été 2008 que l’américain David Welsh voulait transformer en « été chaud », en été de sang et de larmes pour les résistants au Liban. Sayyid Nasrullah a minimisé la portée de leur « douleur », disant que les israéliens avaient l’habitude de considérer qu’ils sont toujours victimes, tout comme il a minimisé la menace britannique d’inclure « la branche armée » du Hizbullah au rang des « organisations terroristes », parce qu’elle aiderait les résistants en Irak et en Palestine. A ce propos, sayyid Nasrullah a dit que la mesure britannique n’avait aucune importance, mais le moment choisi pour l’annoncer avait pour but de mettre des bâtons dans les roues des négociations en cours pour l’échange : « que la Grande-Bretagne, pays de la déclaration Balfour, premier et principal Etat à avoir installé l’Etat sioniste » menace, quelle importance ? « Pour la résistance, c’est un honneur ! »

Quelle est la véritable signification de cet échange historique ?

- D’abord, que le Hizbullah n’a qu’une seule parole et que les Israéliens n’en ont aucune. Samir Qintar devait être libéré en 2004, avec les autres prisonniers libanais. Vouloir jouer avec son sort a valu à l’Etat sioniste des échecs répétés.

- Les pseudo-critères israéliens pour la libération des prisonniers se sont envolés : Samir Qintar sera libéré, en héros, malgré les critères posés par les sionistes, ce qui suscite déjà des divisions en leur sein, entre les « purs » et les « réalistes ». D’ailleurs, les sionistes étudient en ce moment le changement des critères : ce ne sont plus les « mains tâchées de sang » qui importeraient, mais « le potentiel des prisonniers à retourner à la lutte ».

- Pour la résistance palestinienne qui détient Shalit, cet échange va lui permettre d’être ferme dans ses revendications, ce que souligne la presse sioniste. D’ailleurs, c’est ce qu’a déclaré Abu Mujahid, porte-parole des comités populaires, affirmant que le prix de Shalit va augmenter, et que la voie est ouverte pour la capture des soldats sionistes en vue d’autres échanges, tant que des Palestiniens seront prisonniers.

- L’échange brise un verrou israélien qui s’est renforcé depuis 2001 : Israël considérait qu’il ne libèrerait jamais « un terroriste », terme qui a pris une signification plus générale depuis septembre 2001. Or, il est obligé de libérer les résistants palestiniens et arabes, parce qu’il ne peut plus rien faire d’autre, s’il veut apaiser sa population, qui vit les moments les plus critiques depuis le début de son histoire, en 1948.

- Pour la première fois, un Etat arabe (le Liban) parvient à clore le dossier de ses prisonniers et des nobles dépouilles de ses martyrs et de ses disparus, sans faire aucune concession à l’Etat sioniste, et sans être obligé de signer un quelconque traité.

- Les manifestations, les célébrations, la joie qui vont inonder le Liban, la Palestine et des pays arabes et musulmans, lors de cette libération et le recueillement et la dignité qui vont s’installer, lors de la mise en sépulture des 200 martyrs, dans les camps palestiniens et les villages du Liban, seront un déclencheur mille fois répété pour affirmer, haut et fort, fermement et solennellement, notre appartenance à cette résistance que nulle force au monde ne pourra briser, maintenant qu’elle a pris le chemin de la victoire sur l’ennemi spoliateur, Israël et ses alliés.

20:57 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, sionisme, palestine, romain, belgique, liban, israel, occupation |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

02/07/2008: AGENDA PALESTINE à LYON...

-------- Message original --------

Sujet: Agenda Palestine Juillet 2008
Date: Wed, 02 Jul 2008 22:08:37 +0200
De: palestine69 <palestine69@wanadoo.fr>


COLLECTIF 69 DE SOUTIEN AU PEUPLE PALESTINIEN
c/o Maison du Peuple, 147, av. du Gal Frère, 69008 LYON
Contact : 06 01 91 52 18 ; courriel : palestine69@wanadoo.fr  site internet : <http://collectif69palestine.free.fr>

                            1948-2008 : 60 ans de dépossession

                            AGENDA PALESTINE à LYON

JUILLET 2008

► Les vendredis 4, 11, 18, et 25 Juillet de 18h à 19h
Veille silencieuse de protestation contre l'occupation de la Palestine par Israël et pour exiger la Paix
Perron de l'Hôtel de Ville, Place des Terreaux, Lyon 1er (métro A - Hôtel de Ville)
Veilles organisées par les "Femmes en Noir"

► Lundi 7 Juillet à 19h
A Saint Etienne
Pièce de théâtre « C’est la Faute au Loup », par la troupe des enfants palestiniens d’« Al Rowwad ».
Réflexion au sujet de la présomption d'innocence, la pièce a été écrite par Abdelfattah Abu Srour à partir du Petit chaperon rouge et d'autres contes enfantins.
Lieu : Nouveau théâtre de Beaulieu, 28 boulevard de la Palle - Saint-Etienne
PAF : 10 euros (tarif réduit : 6 euros)
Renseignements : 04 77 46 31 66 ou 04 77 46 60 15
Organisée par l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) de St Etienne et la Société des Amis d’Al Rowwad

► Jeudi 10 Juillet à 21h
A Mornant - centre culturel
Pièce de théâtre « C’est la Faute au Loup », par la troupe des enfants palestiniens d’« Al Rowwad »
Organisée par Echange et Partage et la Société des Amis d’Al Rowwad

► Vendredi 11 Juillet à 20h30
A GIVORS - Théâtre du Vieux Givors (près de la médiathèque)
Pièce de théâtre « C’est la Faute au Loup », par la troupe des enfants palestiniens d’« Al Rowwad »
Organisée par la municipalité et la Société des Amis d’Al Rowwad

&&&&&&&&&&
Réunions
Collectif 69 Palestine
Réunion générale mensuelle :
► Mercredi 2 Juillet de 18h30 à 20h30

Bourse du Travail, 1er étage, Salle A, Place Guichard, Lyon 3e (métro B - Guichard)
Réunion suivante :
► Mercredi 3 Septembre de 18h30 à 20h30
Bourse du Travail, 1er étage, Salle A, Place Guichard, Lyon 3e (métro B - Guichard)

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

INFO-PALESTINE JUIN 2008
  Presse, Courriel, Déclarations…
1er Juin : Entre Février et mars 2008, les frappes aériennes israéliennes et l’incursion près de Jabalya ont fait 107 morts dont 55 civils parmi lesquels 27 enfants et 8 femmes.(UNICEF)
    -« Les chrétiens arabes rencontrés en Palestine nous ont dit leur souffrance. Prisonniers, comme les autres Palestiniens de territoires enclos par un mur infranchissable ou par des check-points vigilants, ils subissent la relégation, les contrôles permanents, et dans certains cas l’impossibilité de travailler et de nourrir leurs familles. Nous sommes convenus que chacun de nous peut être témoin et relais pour mobiliser l’opinion publique française, afin que ne passe pas sur ce conflit l’usure du temps. F. Soulage Pdt du Secours Catholique)
    -« Tous ceux qui désapprouvent la politique israélienne-même juifs- sont des antisémites » C’est la « pensée unique ! »(Marianne)
2 Juin : Putsch à Haaretz : il s’agit de faire taire les journalistes critiques à l’égard de l’Occupation.. (desertpeace.wordpress.com)
4 Juin : Washington critique les projets israéliens de colonisation.(884 logements à Har Homa) « Israël doit choisir entre la colonisation et la paix. (Saeb Erakat, négociateur palestinien)
5 Juin : Fils d’un survivant de l’Holocauste, Norman Finkelstein considère qu’Israël utilise la  Shoah pour justifier ses actions.. Israël poursuit sa politique du fait accompli ..Il a été expulsé d’Israël..(H. Lindell T.C)
6 Juin : Mahmoud Abbas appelle à un dialogue avec le Hamas pour mettre fin au schisme national.(Le Monde)
    -Le général Gadi Shamni déclare la guerre aux handicapés de Kalkiliya. Toutes les organisations d’aide aux handicapés sont déclarées illégales(Michaël Sfard, Haaretz)
    -Obama souhaite que Jérusalem soit la capitale « unifiée » d’Israël…Mahmoud Abbas réagit « Jérusalem-Est est occupée depuis 1967 et nous n’accepterons jamais un Etat sans Jérusalem. »
8 Juin : Les Palestiniens critiquent le projet de renforcement des liens entre UE et Israël. Salem Fayyad exhorte ses homologues européens «  à rejeter cette initiative jusqu’à ce qu’Israël se conforme aux lois internationales et aux droits de l’homme, y compris le gel de la colonisation    
-Depuis septembre 2000, Israël a totalement interdit aux résidents de Gaza d’aller étudier en Cisjordanie ou dans les institutions académiques israéliennes où ils avaient été acceptés. Le rabbin Melchior s’indigne  du fait que  « des juifs à qui on a souvent interdit d’étudier puissent faire la même chose à un autre peuple. »
9 Juin : Ecrivains et journalistes s’indignent  de la relaxe de Philippe Karsenty par la Cour d’Appel de Paris qui reconnaît pourtant que ses propos portaient « incontestablement atteinte à l’honneur et à la réputation de Charles Enderlin »  qui nous  montrait la mort de Mohammed al-Doura, 12 ans, tué par des tirs israéliens.(Pétition)
    -L’Algérie et d’autres pays arabes n’acceptent pas que l’UPM puisse servir de cadre de « normalisation » avec Israël.
10 Juin : Le rapport d’Amnesty 2008 rappelle que   la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés restait dramatique. L’armée a tué plus de 370 Palestiniens et détruit plus d’une centaine d’habitations….40 Palestiniens sont morts faute de n’avoir pu quitter Gaza pour être soignés,..l’expansion des colonies s’est poursuivie comme  la construction du mur de 700 kms en violation du droit international..9000 adultes et enfants Palestiniens sont incarcérés dans des prisons israéliennes(en violation du droit international) certains sans inculpation ni jugement,..Les tribunaux militaires » ne respectent pas les normes d’équité internationalement reconnues, tandis que l’impunité est le plus souvent la règle pour les attaques visant des Palestiniens.
11 Juin : Le Hamas est disposé à cesser ses tirs  en échange d’une levée du blocus et des incursions de Tsahal
    -Les Israéliens ont attendu trop longtemps la sécurité qu’ils désirent et les Palestiniens ont attendu trop longtemps, avec des humiliations quotidiennes, la dignité d’un Etat Palestinien.(Condolizza  Rice)
12 Juin :Israël demande sa participation à tous les niveaux, aux réunions de l’UE sur les questions de sécurité et de dialogue stratégique, aux délibérations du Conseil sur le Maghreb et la Mashrek comme sur les activités de l’UE au sein de l’ONU !!!(F. Wurtz Humanité Dimanche)
16 Juin : Au cours de la semaine du 5 au 11 juin, à Gaza, les FOI ont tué 11 Palestiniens dont 2 mineurs et une personne âgée. Elles en ont blessé 25 dont 9 mineurs et 5 femmes.(AFPS)
17 Juin : Condoleezza Rice dénonce la colonisation israélienne, Ses remontrances sont qualifiées « d’impertinentes » et d’  « effrontées »…(Le Monde)
18 Juin : « Droit international » ou « Fait accompli » deux approches antithétiques des négociateurs…(Le Monde).
21 Juin : Tony Blair juge encourageante la trêve entre Israël et le Hamas à Gaza .
24 Juin : Sarkozy qualifie Israël d’  « une des plus authentiques démocraties du monde ».
    -Il poursuit «  ..Il ne peut y avoir de paix sans un arrêt total et immédiat de la colonisation,sans la reconnaissance de Jérusalem comme capitale des deux Etats, sans une frontière négociée sur la base de la ligne de 1967… »(cette dernière affirmation existe dans le texte écrit, mais n’a pas été prononcée dans le discours)
26 Juin : « J’ai vu ce que pouvaient représenter les check-points, le mur et toutes les incompréhensions d’un côté et de l’autre. Il faut que cela cesse..On ne se protège pas par un mur, on se protège par un choix politique qui est celui de la Paix »Nicolas Sarkozy  (On se souvient que la délégation socialiste n’avait pas vu le mur !!!)

20:30 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, usa, sionisme, palestine, france, belgique, europe, solidarite, resistance, imperialisme, occupation, agendanromain |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

01/07/2008: Palestine Solidarité ...

 -------- Message original --------
Sujet: [misesajour] 1er juillet en Palestine occupee, au Moyen-Orient et en Amerique latine
Date: Tue, 1 Jul 2008 16:31:26 +0200
De: Jean-Pierre <jean-pierre@palestine-solidarite.org>
Répondre à :: misesajour@palestine-solidarite.org


 

Les mises à jour du site

du 1er juillet 2008

 

Il n'y aura pas de mise à jour du 12 au 27 juillet


Rubrique :

Originaux :




Amérique latine :

Iran :

Liban :

Sujet :

Le centre de la paix poursuit le camp de la paix pour enfants
« Désormais, les Etats-Unis ne sont plus une république »...

Silvia Cattori. Non, Monsieur Sarkozy, c'est la sécurité ...

Meir Zamir. La French Connection

Lettre ouverte d'Evo Morales, président de la Bolivie, à ...


Seymour Hersh. L'Administration Bush intensifie ses ...


Marie Nassif-Debs. Cinq raisons obligatoires pour la ...

Un peu de stats :
- 184 923 visiteurs en 2008.
-     8 387 entrées (pages ou images). Listes de diffusion :
Assawra : Inscription
Moyen Orient infos
: Inscription
Moyen Orient opinions
: Inscription
Roger Romain
: Inscription

Amicalement,

Jean-Pierre
( Inscription, désinscription de cette newsletter : webmaster )

20:22 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, usa, presse, palestine, television, romain, belgique, colonialisme, europe, democratie, solidarite, resistance, israel, occupation, silence, liberte, information, repression |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

29/04/2008

24/04/2008: Palestine Solidarité ...

-------- Message original --------

Sujet: [misesajour] 24 avril en Palestine occupee, au Moyen-Orient et en Amerique latine
Date: Thu, 24 Apr 2008 16:20:42 +0200
Répondre à :: misesajour@palestine-solidarite.org



Les mises à jour du site
Palestine Solidarité
du 24 avril 2008

 



Rubrique :

Actualité :

Originaux :

Analyses :



IRIN :

Sujet :

CPI. Hamas appelle à une révolte populaire le vendredi ...

J. Salingue. Rencontre avec les parents de Salah Hamouri


Alain Gresh. Al-Zawahiri sur le Hamas, l'Iran et d'autres ...
Uri Avnery. Le lion et la gazelle
René Naba : « Le monde arabe se trouve sous tutelle »

Israël-TPO: Inquiétudes du CICR après la suspension ...


Un peu de stats :
- 112 414 visiteurs en 2008.
- 7 751 entrées (pages ou images). Listes de diffusion :
Assawra : Inscription
Moyen Orient infos
: Inscription
Moyen Orient opinions
: Inscription
Roger Romain
: Inscription

Amicalement,

Jean-Pierre
( Inscription, désinscription de cette newsletter : webmaster )




--
Envoyé par romain dans Palestine occupée le 4/24/2008 08:08:00 PM

11:53 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : palestine, solidarite, sionisme, occupation, hamas, colonialisme, imperialisne, israel, usa, romain, actualite, histoire, courcelles, belgique, general, presse, medias, information, television, silence |  Facebook | |  Imprimer | | | | |