26/03/2010

15/03/10: Saïd et Khaled : des révolutionnaires palestiniennes...

Saïd et Khaled : des révolutionnaires palestiniennes


Sukant Chandan s’entretient avec les révolutionnaires palestiniennes Leila Khaled et Shireen Said, cette dernière étant de Gaza, pour la Journée internationale 2010 de la Femme.



Gaza, Shireen Said, du FPLP

L’oppression du peuple palestinien se poursuit, principalement à cause du soutien financier, diplomatique et militaire que l’Etat sioniste reçoit des USA, et aussi de sa connivence avec les Etats pro-occidentaux de la région. Après la chute du frère de l’Etat sioniste, perdu il y a longtemps - l’Etat de l’Afrique du Sud de l’apartheid -, le combat des Palestiniens reste peut-être le principal et le plus fort combat anti-impérialiste dans le monde. Il n’est pas surprenant, par conséquent, que les femmes palestiniennes soient un exemple essentiel du rôle que peuvent jouer les femmes dans le combat pour se libérer elles-mêmes, leurs familles, leurs communautés et leur nation, de l’impérialisme et du sionisme.


Leila Khaled a porté le combat palestinien à l’attention du monde avec deux détournements d’avions spectaculaires, en 1969 et en 1970, au cours desquels aucun de ses propres camarades ne fut tué, seul l’américain-nicaraguayen, Patrick Arghello, y a perdu la vie.
Kahled raconte le l’histoire du détournement dans son autobiographie, Mon peuple vivra (1973) où elle écrit :
« Patrick Arghello, 27 ans, père de trois enfants, citoyen nicaraguayen du monde, né à San Francisco, USA, fut déclaré mort. Qu’est-ce qui a poussé quelqu’un, à des milliers et des milliers de kilomètres de la Palestine, à entreprendre cette dangereuse mission ? Patrick était un communiste révolutionnaire. Son action héroïque fut un geste de solidarité internationale. Une flamme de vie qui s’est éteinte ; elle a éclairé le monde un moment ; elle a tracé la voie du retour pour la Palestine. Arguello vit, comme vit mon peuple, comme vit la révolution ! ».

Khaled reste l’une des femmes de la gauche anti-impérialiste la plus inspiratrice et la plus influente de l’après Deuxième Guerre mondiale.
Leila Khaled est toujours active aujourd’hui, à la direction de la révolution palestinienne, membre du comité central du Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP) et représentante du Conseil national palestinien
.

 

La venue du Hamas islamique dans la révolution palestinienne, dans le milieu des années 1990, a fait que beaucoup de gens ont associé le combat palestinien à l’islamisme du Hamas plutôt qu’au combat de Leila Khaled et d’autres révolutionnaires palestiniens et arabes, telle la combattante de la résistance communiste libanaise, Souha Bechara. Mais lors du récent rassemblement pour le 42è anniversaire du FPLP à Gaza, qui a attiré quelque 70 000 personnes, la gauche révolutionnaire palestinienne et aussi le rôle des femmes furent mis au devant de la scène quand une jeune femme, Shireen Said, du FPLP, s’est avancée sur l’estrade en saluant, en treillis militaire, laquelle en outre co-présidait le rassemblement du FPLP avec un autre camarade.

Lors d’un entretien avec l’auteur, Said a parlé un peu de ses origines, disant qu’elle était née en 1985 dans le camp de réfugiés de Jabalya, d’où les « enfants des pierres » ont déclanché la Première Intifada, « Mes souvenirs d’enfance, dit-elle, sont le plus souvent de la Première Intifada ». Au début de son adolescence, elle s’est impliquée dans l’un des mouvements étudiants liés au FPLP.


Said raconte encore sur elle-même, « J’ai préparé mon diplôme universitaire de Sport à l’université Al-Aqsa. J’ai travaillé au Front progressiste du travail étudiant avec beaucoup de camarades jusqu’à ce que j’obtienne le poste de secrétaire à l’Union des étudiants. J’étais la première jeune femme à Gaza à obtenir cette situation par des élections démocratiques à l’université. Après mon diplôme, j’ai travaillé dans les commissions de l’Union des Femmes palestiniennes qui participe au combat féministe progressiste pour la libération des femmes et les mettre sur un même pied d’égalité avec les hommes, dans tous les domaines de la réforme nationale et démocratique. Parallèlement à mon travail professionnel dans de nombreuses organisations non gouvernementales comme militante sur les problèmes de la jeunesse, je suis aujourd’hui membre du conseil de l’Union progressiste de la jeunesse palestinienne et je prépare ma maîtrise en Education à l’université d’Al-Azhar. »


Comme beaucoup de jeunes femmes dans le monde, Shireen Said est stimulée par l’exemple de Leila Khaled :
« Bien sûr, la camarade Leila Khaled, en tant que combattante nationale et internationale, inspire toutes les femmes qui veulent la liberté, la justice sociale et une patrie indépendante, prospère, pour elles-mêmes et pour les générations futures. »


Quand on demande à Khaled de réagir aux propos tenus par Said sur elle, elle répond à l’auteur :
« Je suis fière si on me voit comme un symbole de la résistance ; cela me donne plus de force pour la lutte. Voir une femme, où que ce soit, se battre pour une juste cause me donne de l’espoir et du courage pour mon peuple. Des femmes donnent leur vie pour la lutte, en Palestine et ailleurs. »


Leila Khaled est, pour de nombreuses jeunes Palestiniennes dont Said, un symbole d’engagement et de sacrifice pour la lutte de leur peuple :
« Mon histoire avec la camarade Leila a commencé à la maternelle, quand nous apprenions les chants nationaux sur l’Intifada, les martyrs et nos héros, comme Leila, Ghassan Kanfani et Wadi Haddad. En grandissant, mon intérêt et mon amour envers Leila a grandi en moi, je voulais tout savoir sur elle. Même si je n’avais pas eu la chance de la rencontrer, elle m’inspirait, et je me sentais fière d’elle. En tant que femme, elle a soutenu que nul ne saurait l’empêcher de participer avec les hommes, aux moments les plus difficiles du combat, la camarade Leila est un exemple pour moi, et pour beaucoup de femmes ».

 

Souha Bechara, combattante de la résistance communiste libanaise


Dans cette période historique que vivent les Palestiniens aujourd’hui, beaucoup de principes et pratiques de la gauche révolutionnaire palestinienne sont considérés par beaucoup dans cette société traditionnelle à majorité musulmane et arabe, comme venant de l’étranger ou importés inutilement d’idéaux et de standards occidentaux, ainsi la participation de Said au rassemblement du FPLP n’a pas été un choix facile :
« Alors que notre société reste conservatrice et traditionnelle, j’avais peur de me trouver face à une telle assistance, mais aussi parce c’était la première fois qu’une jeune femme palestinienne revêtait un treillis militaire à un tel rassemblement, et pourtant, j’ai tenu à en faire l’expérience. »


Said explique combien sa décision a été grandement motivée par le défi et la ténacité des foules dans Gaza, durant l’agression sioniste barbare au début de l’année dernière :
« Les massacres par les sionistes dans Gaza en janvier 2009 sont des souvenirs toujours vifs dans le cœur et l’esprit des gens, aussi, j’ai voulu proposer un message par lequel, malgré tous les morts, les destructions et le terrorisme de la guerre sioniste, nous affirmons que nos hommes et nos femmes se tiendront côte à côte dans la résistance, une résistance qui est notre seule voie vers la libération et la liberté. Lors du rassemblement lui-même, ça m’a fait plaisir que par moi, on ait pu transmettre ce message à des millions de personnes, grâce à la télévision et à Internet, à travers le monde. Ma famille aussi, a été très fière de moi. »

Khaled souligne l’importance de la défense des centaines de femmes palestiniennes qui sont emprisonnées :
« Je pense spécialement à ces femmes qui sont dans les prisons israéliennes, ces femmes sont la preuve des tortures et de l’oppression de l’occupation, elles sont en même temps des exemples de courage et de force. »


Quand on lui demande quel serait son message aux femmes du monde entier pour cette Journée internationale de la Femme, Said répond :
« D’abord, je voudrais adresser un bonjour à toutes les femmes qui se battent sous la bannière du combat contre le capitalisme et l’impérialisme, et leur dire que notre chemin est très long et difficile, et qu’il nécessite des stratégies bien élaborées. Nous ne devons pas oublier que le système capitaliste opprime et exploite les femmes et leur ôte leur dignité humaine. Aussi devons-nous adhérer à nos valeurs d’humanité et de politique progressiste, et rester unis et forts, dans la gauche révolutionnaire, unique moyen de parvenir à nos fins. C’est le seul chemin pour faire vivre la liberté, l’égalité et la justice sociale, pour nous, pour nos familles et nos enfants. »


A la fin, le message de Khaled se concentre sur les femmes de Palestine, surtout celles de Cisjordanie et de la bande de Gaza, dans leur rôle pour l’union des factions, spécialement Hamas et Fatah, un processus de réconciliation et d’union où le FPLP a joué un rôle central : « Dans ce moment politique, la question qui prévaut est d’unir notre peuple face au terrorisme de l’occupation, et la première base d’union doit être le combat contre l’occupation. Combattre l’occupation exige que les factions palestiniennes soient unies. Il est important de comprendre le rôle des masses palestiniennes dans la réalisation de cette union par leurs pressions, par des moyens démocratiques et civils, sur les factions palestiniennes, en se concentrant sur le Hamas et le Fatah. Les femmes palestiniennes sont lésées par ces divisons alors que beaucoup des familles sont divisées, et c’est pourquoi je suis catégorique, les femmes palestiniennes doivent reconnaître l’importance de l’unité dans le combat palestinien et leur rôle dans la réalisation de cette union. ».



Sukant Chandan est analyste politique, basé à Londres, et cinéaste.
Il tient le blog
, Sons of Malcom.
Il a rédigé cet article pour PalestineChronicle.com.
On peut le contacter à l’adresse :
sukant.chandan@gmail.com.

8 mars 2010 - The Palestine Chronicle - traduction : JPP
 
canemepchepasnicolas

15:09 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, actualite, courcelles, usa, presse, palestine, television, romain, colonialisme, fascisme, resistance, imperialisme, euro-dictature, liban, israel, silence, medias, information, nazisme |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

11/12/2009

08/11/2009: Israël en pleine déconfiture ...

From: baladi
Sent: Sunday, November 08, 2009 10:01 AM
To: Undisclosed-Recipient:;
Subject: Israël en pleine déconfiture

 

Israël en pleine déconfiture
 
8 novembre 2009
Rim al-Khatib
 
Au cours de cette semaine, l'Etat sioniste criminel a joué aux pirates en pleine Méditerranée : il capture un cargo chargé de marchandises venant d'Iran et destinées à la Syrie. Il lance une opération médiatique de grande envergure pour dénoncer ce qu'il prétend être "le trafic d'armes entre l'Iran et le Hezbollah". Dès son acte de piratage, d'ailleurs non dénoncé par le conseil de sécurité ni par les puissances occidentales en général, le Hezbollah et le régime syrien démentent : le Hezbollah dément que les marchandises lui sont destinées et le régime syrien annonce qu'il n'y a point d'armes, mais uniquement de la marchandise.
Après son coup, Israël crie victoire: il vient de mettre la main sur des armes.... qu'il expose dans le port d'Ashdod. Mais surprise: les médias ne lui prêtent aucune attention ! Le coup est tellement gros que personne, même les amis de cet Etat illégal, ne suit l'affaire. En plein vote de l'ONU sur le rapport Goldstone, les médias internationaux l'ont bien compris: Israël voulait détourner l'attention de ce qui se passe à l'ONU pour se mettre en avant, se faire victime encore une fois.
Mais il y a pire : les enquêtes de l'armée libanaise (le cargo libéré sans sa marchandise, mais avec tout son équipage, se trouve actuellement à Beirut) et des journalistes d'al-Manar ont montré que :
- le cargo, même si à l'origine venait d'Iran, a fait un long parcours avant d'être attaqué par les pirates isaéliens: il s'était arrêté en Egypte, puis à Chypre, puis en Italie, avant de se diriger vers la Syrie. Est-il normal qu'il transporte des armes à destination de la résistance et passe par l'Egypte ou par un port européen ? Une fois encore, les services secrets israéliens, qui faisaient parler d'eux avec brio dans les années 60 et 70, ont montré leur échec.
 
Il y a un triple échec dans ce dernier acte de piratage israélien :
 le premier échec est celui des services de renseignements qui ont raté les informations importantes sur ce cargo.
Il y a l'échec de l'opération médiatique qui a suivi : les médias ont suivi la discussion sur le rapport Goldstone et ont délaissé l'affaire du cargo. Même les journaux américains, quand ils en ont parlé, ont à peine rapporté la nouvelle, sans la confirmer.
Il y a l'échec politique : depuis plusieurs mois, Israël cherche à susciter la question des armes de la résistance, au Liban, pour empêcher la formation du gouvernement d'unité nationale. Que ce soit par le biais de l'ambassadrice américaine ou par celui de Ban Ki Mon, secrétaire général de l'ONU, L'Etat sioniste suscite affaire après affaire pour déstabiliser la situation libanaise. Mais lui et ses complices ont encore échoué, puisque le gouvernement libanais dirigé par Hariri sera bientôt annoncé, d'après les dernières nouvelles, avec deux ministres pour le Hezbollah et un communiqué ministériel qui ne remet pas en cause les armes de la résistance, au contraire.
Le plus intéressant dans l'affaire, c'est la réponse de Michel Aoun, l'allié du Hezbollah à cette tentative de déstabiliser la situation interne : "Des armes pour le Hezbollah ? Et alors ? Il faut bien se défendre ! Est-ce que Israël a occupé la Palestine avec des bonbons ?"
 
Sommes-nous en train d'assister, finalement, à la lente mais sûre chute de cette colonie de peuplement ? Pour la troisième fois, Israël reconnaît son échec médiatique: lors de la guerre meurtrière contre le Liban en 2006, lors de la guerre génocidaire contre Gaza début 2009 et dans cette affaire... Malgré toutes les photos montrées sur le port d'Ashdod, photos d'armes désuètes pour la plupart (la résistance a heureusement des armes beaucoup plus modernes), seuls les médias israéliens ont été trompés, si l'on veut exclure leur collaboration à cette mise en scène.
Sans crier victoire trop tôt, il est incontestable que l'Etat sioniste est en train de s'enliser dans sa propre boue.
 

14:58 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, politique, actualite, courcelles, usa, presse, palestine, television, romain, colonialisme, imperialisme, liban, israel, silence, syrie, medias, information, gaza |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

03/07/2008

03/07/2008: -------- Message original -------- Sujet: Echange de prisonniers: Israël reçoit une gifle retentissante ...

A-------- Message original --------
Sujet: Echange de prisonniers: Israël reçoit une gifle retentissante
Date: Thu, 3 Jul 2008 11:52:13 +0300
De: cirepal2005 <cirepal2005@yahoo.fr>

Echange de prisonniers entre l’Etat sioniste et le Hizbullah :

Israël reçoit une gifle retentissante

CIREPAL (Centre d’Information sur la résistance en Palestine)

3 juillet 2008

« Promesse sincère », la promesse de libération, faite par Sayyid Hassan Nasrullah, secrétaire général du Hizbullah, en juillet 2006, au plus ancien prisonnier arabe dans les geôles sionistes, Samir Qintar, est sur le point d’être honorée. Deux ans après la prise de deux soldats sionistes qui s’étaient aventurés jusqu’aux frontières entre la Palestine occupée et le Liban, en vue de les échanger avec Samir Qintar et les nobles dépouilles des martyrs, Israël a finalement admis le bien-fondé de la revendication de la résistance islamique au Liban : seules des négociations indirectes et un échange pouvaient ramener les soldats capturés à leurs familles et leur Etat.

Israël a tout essayé après cette capture : une guerre meurtrière de 33 jours contre le Liban et particulièrement le sud, des milliers de martyrs tombés et des blessés, des milliers de déplacés, la destruction des infrastructures libanaises, avec un appui occidental illimité et notamment américain, des pressions sur le gouvernement libanais illégitime par l’intermédiaire de ses alliés américains et européens, des menaces de guerre. Rien, rien n’a pu lui rendre ses deux soldats. Comme l’avait annoncé sayyid Hassan Nasrullah, seuls des négociations indirectes et l’échange peuvent les lui rendre. Deux ans après, Israël reçoit une gifle retentissante, une fois encore, donnée par le parti de la résistance, le Hizbullah !

Il est vrai que cette guerre était préparée, mais la capture des soldats l’a précipitée, Olmert voulant faire croire que son Etat est encore capable d’interdire quelque chose dans la région ! Ni lui, ni son Etat, ni même toutes les forces mondiales réunies ne peuvent obliger le Hizbullah à reculer quant à ce qu’il considère comme son droit le plus légitime : libérer les prisonniers et les dépouilles des martyrs, libérer les fermes de Shebaa et les hauteurs de Kfarshouba, assurer la souveraineté du sol libanais, résister à l’Etat colonial installé en Palestine.

Face à la fermeté du droit de la résistance, Israël a essayé de jouer ! Il a perdu, une fois encore. Ses dirigeants se sentent humiliés, sa presse est aux abois, sa population ballottée entre l’espoir d’en finir avec un cauchemar qui s’appelle résistance et l’arrogance raciste de ne pas admettre que des Arabes peuvent gagner des guerres, réussir des coups, lever la tête et imposer leur juste volonté.

La victoire de la résistance en 2006 se poursuit. C’est ce qu’a d’ailleurs annoncé le secrétaire général du Hizbullah, lors de la conférence de presse du 2 juillet, rappelant ce qu’il avait déjà annoncé : le temps des défaites arabes est passé, nous avons entamé la phase des victoires : victoire de la libération en 2000, victoire de la résistance en août 2006 avec le retour des déplacés et l’échec cuisant du plan américano-sioniste, victoire de la résistance dans la bande de Gaza, victoire actuelle avec le retour des prisonniers et des nobles dépouilles des martyrs tombés pour que vive la Palestine, victoire du droit arabe contre la spoliation israélienne, victoire de la dignité arabe qui sait récupérer ses martyrs.

Au cours de cette conférence de presse, sayyid Hassan Nasrullah a fourni quelques détails importants, pas tous (les autres seront fournis lors de l’accueil des prisonniers et des dépouilles des martyrs), pour ne pas gêner les dernières mesures avant le jour J.

Samir Qintar, le plus ancien prisonnier arabe (29 ans passé dans les geôles sionistes) sera libéré avec les quatre autres prisonniers de « la promesse sincère », faits prisonniers lors de la guerre de juillet 2006. Samir Qintar, héros de la résistance palestinienne et arabe, a été un des points les plus ardus dans les négociations, car Israël avait déjà manqué à sa promesse pour sa libération en 2004, les sionistes considérant qu’il a « les mains tâchées de sang », c’est-à-dire un résistant de premier rang.

Les nobles dépouilles des martyrs, libanais, palestiniens et arabes, environ 200 dépouilles, seront remises à leurs familles et leur peuple, tous ces martyrs ayant été tués lors des opérations de la résistance contre l’Etat sioniste ou enlevés par les sionistes, à partir du Liban. La noble dépouille de la résistante Dalal Moghrabi, partie en mars 78, avec ses camarades, dont le libanais Yahya Skaf, dans l’opération Kamal Adwan, sera enfin rendue à sa famille et son peuple. Concernant le héros Yahya Skaf, la lumière sera faite sur son sort : par l’analyse de l’ADN, sa famille sera en mesure de savoir si la dépouille que les sionistes vont rendre est effectivement celle de leur fils ou bien doit-il être considéré « disparu ».

Pour les diplomates iraniens, enlevés en 1982 par les Forces libanaises de Geagea et Bashir Gemayel, un rapport détaillé israélien fera la lumière sur leur sort : ont-ils été assassinés par les Forces libanaises ou livrés et ensuite assassinés par les sionistes ?

Concernant la libération de prisonniers palestiniens et arabes, les sionistes refusaient, pour des raisons diverses, de les inclure dans l’échange, mais il semble bien que plusieurs prisonniers palestiniens seront enfin libérés par cet échange. Les sionistes, d’après leur presse, craignent que le Hizbullah et notamment son scrétaire général, ne soient considérés dans le monde arabe et musulman, et surtout dans la Palestine, comme les véritables dirigeants de la résistance dans le monde arabe et musulman. Les sionistes ont voulu, dans les négociations, séparer entre les prisonniers de la liberté, et prenaient prétexte qu’ils étaient engagés dans des négociations avec la résistance palestinienne pour l’échange du soldat Shalit, d’une part et avec l’autorité palestinienne d’autre part, au sujet de la libération des prisonniers. Mais le Hizbullah a maintenu cependant ses revendications et c’est Israël qui est fouetté par la gifle retentissante !

Au moment où le Liban se prépare à recevoir ses héros et les dépouilles de ses martyrs, morts en héros, dans la joie et l’allégresse, mis à part quelques corbeaux libanais (Geagea en premier), c’est la « douleur » de la défaite qui plane sur le public israélien. Et cette « douleur » sera d’autant plus profonde que l’allégresse transportera le public au Liban, libanais, palestiniens et arabes, pendant des semaines, au cours de cet été 2008 que l’américain David Welsh voulait transformer en « été chaud », en été de sang et de larmes pour les résistants au Liban. Sayyid Nasrullah a minimisé la portée de leur « douleur », disant que les israéliens avaient l’habitude de considérer qu’ils sont toujours victimes, tout comme il a minimisé la menace britannique d’inclure « la branche armée » du Hizbullah au rang des « organisations terroristes », parce qu’elle aiderait les résistants en Irak et en Palestine. A ce propos, sayyid Nasrullah a dit que la mesure britannique n’avait aucune importance, mais le moment choisi pour l’annoncer avait pour but de mettre des bâtons dans les roues des négociations en cours pour l’échange : « que la Grande-Bretagne, pays de la déclaration Balfour, premier et principal Etat à avoir installé l’Etat sioniste » menace, quelle importance ? « Pour la résistance, c’est un honneur ! »

Quelle est la véritable signification de cet échange historique ?

- D’abord, que le Hizbullah n’a qu’une seule parole et que les Israéliens n’en ont aucune. Samir Qintar devait être libéré en 2004, avec les autres prisonniers libanais. Vouloir jouer avec son sort a valu à l’Etat sioniste des échecs répétés.

- Les pseudo-critères israéliens pour la libération des prisonniers se sont envolés : Samir Qintar sera libéré, en héros, malgré les critères posés par les sionistes, ce qui suscite déjà des divisions en leur sein, entre les « purs » et les « réalistes ». D’ailleurs, les sionistes étudient en ce moment le changement des critères : ce ne sont plus les « mains tâchées de sang » qui importeraient, mais « le potentiel des prisonniers à retourner à la lutte ».

- Pour la résistance palestinienne qui détient Shalit, cet échange va lui permettre d’être ferme dans ses revendications, ce que souligne la presse sioniste. D’ailleurs, c’est ce qu’a déclaré Abu Mujahid, porte-parole des comités populaires, affirmant que le prix de Shalit va augmenter, et que la voie est ouverte pour la capture des soldats sionistes en vue d’autres échanges, tant que des Palestiniens seront prisonniers.

- L’échange brise un verrou israélien qui s’est renforcé depuis 2001 : Israël considérait qu’il ne libèrerait jamais « un terroriste », terme qui a pris une signification plus générale depuis septembre 2001. Or, il est obligé de libérer les résistants palestiniens et arabes, parce qu’il ne peut plus rien faire d’autre, s’il veut apaiser sa population, qui vit les moments les plus critiques depuis le début de son histoire, en 1948.

- Pour la première fois, un Etat arabe (le Liban) parvient à clore le dossier de ses prisonniers et des nobles dépouilles de ses martyrs et de ses disparus, sans faire aucune concession à l’Etat sioniste, et sans être obligé de signer un quelconque traité.

- Les manifestations, les célébrations, la joie qui vont inonder le Liban, la Palestine et des pays arabes et musulmans, lors de cette libération et le recueillement et la dignité qui vont s’installer, lors de la mise en sépulture des 200 martyrs, dans les camps palestiniens et les villages du Liban, seront un déclencheur mille fois répété pour affirmer, haut et fort, fermement et solennellement, notre appartenance à cette résistance que nulle force au monde ne pourra briser, maintenant qu’elle a pris le chemin de la victoire sur l’ennemi spoliateur, Israël et ses alliés.

20:57 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, sionisme, palestine, romain, belgique, liban, israel, occupation |  Facebook | |  Imprimer | | | | |