26/09/2009

25/09/09: Une interview exclusive de Khaled Meshal, dirigeant du Hamas

"Un règlement pacifique réaliste du conflit devra commencer par un accord de cessez-le-feu entre les deux parties basé sur un retrait total d´Israël de tous les territoires occupés en 1967"

Une interview exclusive de Khaled Meshal, dirigeant du Hamas

AUTEUR: Ken LIVINGSTONE
Traduit par Anne-Marie Goossens et Claude Zurbach. Édité par Fausto Giudice

Ken Livingstone discute en exclusivité de religion, de violence et des chances pour la paix avec le leader du Hamas, Khaled Meshal.

Khaled Meshal est responsable du bureau politique du mouvement Hamas

La clé de la paix au Moyen-Orient est la restauration du droit international et la reconnaissance du droit, tant pour les Palestiniens que pour les Israéliens juifs, de vivre en paix et en sécurité côte à côte. Comme le dit le président Obama, il n´y a actuellement pas de processus de paix. Benjamin Netanyahou, Premier ministre israélien, continue à étendre les colonies illégales en Cisjordanie et à Jérusalem et à maintenir le blocus quasi complet de Gaza. Les Palestiniens tirent des roquettes inefficaces sur Israël. Israël attaque régulièrement les territoires palestiniens au moyen d´armes modernes.

Aucun conflit majeur ne peut être résolu sans que chaque côté parle avec l´autre. Ce fut le cas en Afrique du Sud, en Irlande et dans d´innombrables autres situations où les intéressés avaient dit qu´ils ne parleraient jamais avec leurs adversaires. Dans les années 80, j´ai été contesté pour avoir dit que la solution du conflit en Irlande exigeait que l´on parle avec Gerry Adams et Martin McGuinness.

Au Moyen-Orient, la paix ne peut être réalisée que par des discussions entre les représentants élus, tant des Israéliens que des Palestiniens, à savoir le Hamas - qui a remporté les dernières élections parlementaires palestiniennes avec une importante majorité - ainsi que le Fatah. Cela ne veut pas dire que je sois d´accord avec les vues du Hamas, du Fatah ou du gouvernement israélien. Loin de là. Par exemple, je crois qu´un certain nombre de passages de la charte originale du Hamas sont inacceptables et devraient être rejetés. Beaucoup d´observateurs pensent que ce point de vue est partagé par certains membres du Hamas.

Pourtant, aux yeux de trop de gens, le Hamas reste opaque en tant qu´organisation . Ce qu´ils en savent provient de médias hostiles ; le Hamas n´a pas de visage. La plupart des gens pensent probablement que son dirigeant est un personnage dérangé du genre Oussama Bin Laden. De fait, les partisans d´Al Qaida à Gaza sont tellement hostiles au Hamas qu´ils lui ont déclaré la guerre.

Pour ces raisons, j´ai pensé qu´il était important d´interviewer Khaled Meshal, dirigeant de facto du Hamas qui vit en exil en Syrie. Toutes les questions ne sont pas claires. Mais au début de tout processus de paix, ce qui compte le plus est de s´y engager. Le dialogue est nécessaire pour arriver à la clarté et à la compréhension mutuelle. Au début, le Sinn Fein n´a pas répondu à toutes les questions, pas plus que Benjamin Netanyahou aujourd´hui. Meshal donne ses réponses à un moment de tension accrue et de nouvelles menaces de mort à son endroit qui s´ajoutent au danger permanent de tentatives d´ assassinat non seulement de la part ds Israéliens, mais également des partisans d´Al Qaida dans la région.

J´espère que cette interview contribuera à plaider en faveur du dialogue nécessaire, qui est, je le crois, inévitable. Il s´agit simplement de savoir combien de souffrance subiront les deux côtés avant d´arriver à ce stade.

Ken Livingstone : Pourriez-vous expliquer un peu votre enfance et les expériences qui ont fait de vous ce que vous êtes aujourd´hui ?

Khaled Meshal : Je suis né dans le village de Silwad en Cisjordanie, près de Ramallah, en 1956. Tout jeune, j´ai appris de mon père comment il avait participé à la révolution palestinienne contre le mandat britannique en Palestine dans les années trente et comment il s´était battu aux côtés d´autres Palestiniens, avec des armes primitives, contre les gangs de sionistes bien équipés et entraînés qui attaquaient des villages palestiniens en 1948.

J´ai vécu à Silwad pendant 11 ans jusqu´à la guerre de 1967, où, comme des centaines de milliers de Palestiniens, j´ai été forcé avec ma famille de quitter notre maison et de m´établir en Jordanie. C´est une expérience bouleversante que je n´oublierai jamais.

KL : Que vous est-il arrivé après la guerre ?

KM : Peu après, j´ai quitté la Jordanie pour le Koweït où mon père travaillait et vivait déjà avant 1967. Après avoir terminé l´école primaire en 1970, je suis entré dans la prestigieuse école secondaire Abdullah al-Salim. Au début des années 70, c´était un lieu d´intense activité politique et idéologique.

Pendant ma deuxième année à l´école al- Salim, je suis entré chez les Frères musulmans (al-Ikhwan al-Muslimun). Après ma quatrième année, j´ai réussi à entrer à l´université de Koweït, où j´ai fait un Bachelors of science en physique.

L´Université de Koweït avait une branche active de l´Union générale des étudiants palestiniens (GUPS), qui avait été sous le contrôle total du mouvement Fatah. Moi-même et mes compagnons islamistes avons décidé, en 1977, d´adhérer à la GUPS, que nous avions auparavant boudée parce que nous contestions l´élection de ses dirigeants. Toutefois, il nous a été impossible de travailler au sein de la GUPS ; nous nous sentions constamment bridés et nous nous sommes rendus comptes qu´en tant qu´islamistes, on ne nous laisserait jamais la moindre chance.

En 1980, deux ans après mon diplôme, mes compagnons plus jeunes ont décidé de quitter la GUPS et de former leur propre association palestinienne sur le campus. Beaucoup d´étudiants étaient déçus par la direction palestinienne qui semblait disposée à se contenter de beaucoup moins que ce dont ils rêvaient depuis leur enfance, à savoir la libération complète de la Palestine et le retour de tous les réfugiés chez eux.

KL : Quelle est la situation à Gaza aujourd´hui ?

KM : Gaza aujourd´hui se trouve sous le siège. Les passages sont fermés la plupart du temps et depuis des mois, les victimes de la guerre israélienne contre Gaza se sont vu refuser l´accès aux matériaux nécessaires pour reconstruire leurs maisons détruites. Dans de nombreuses parties de la Bande de Gaza, il faut reconstruire des écoles, des hôpitaux et des maisons. Des dizaines de milliers de personnes n´ont pas d´abri. À mesure que l´hiver approche, la situation de ces victimes ne fera qu´empirer dans le froid et sous la pluie.

Un million et demi de personnes sont détenues comme otages dans l´une des plus grandes prisons de l´histoire de l´humanité. Elles sont incapables de sortir librement de la Bande, que ce soit pour un traitement médical, pour leur éducation ou pour d´autres besoins. Ce que nous avons à Gaza est un désastre et un crime contre l´humanité perpétré par les Israéliens. Par son silence et son indifférence, la communauté mondiale, est complice de ce crime.

KL : Pourquoi pensez-vous qu´Israël continue à imposer le siège à Gaza ?

KM : Les Israéliens prétendent qu´ils maintiennent le siège pour des raisons de sécurité. Leur véritable motif est de faire pression sur le Hamas en punissant toute la population. Les sanctions ont été mises en place peu après la victoire du Hamas aux élections palestiniennes en janvier 2006. Bien que les Israéliens aient des soucis de sécurité, ce n´est pas leur principale motivation. Leur objectif est avant tout de préparer un coup monté contre les résultats des élections démocratiques qui ont amené le Hamas au pouvoir.

Les Israéliens et leurs alliés cherchent à faire échouer le Hamas en persécutant la population. C´est une entreprise hideuse et immorale. Aujourd´hui, le siège se poursuit bien que nous observions le cessez-le-feu depuis six mois. L´année dernière, une trêve a été observée de juin à décembre 2008.

Pourtant le siège n´a jamais été levé et les sanctions sont restées en place. Saper le Hamas est le principal objectif du siège. Les Israéliens espèrent retourner la population de Gaza contre le Hamas en augmentant les souffrances de toute la population de la Bande.

KL : Il y a combien de partisans du Hamas et de représentants élus du Hamas emprisonnés en Israël ? Ont-ils tous étés inculpés et déclarés coupables ?

KM : Sur les 12 000 Palestiniens au total détenus dans les prisons israéliennes, quelque 4 000 sont membres du Hamas. Ce nombre comprend notamment des dizaines de ministres et de parlementaires (membres du Conseil législatif palestinien). Environ 10 ont été libérés récemment, mais il reste quelque 40 membres du PLC en détention. Certains se sont vu infliger des peines, mais beaucoup sont maintenus dans ce que les Israéliens appellent en détention administrative.

Le seul crime dont ces personnes soient accusées est d´être associées au groupe parlementaire du Hamas. Israël considère qu´exercer son droit démocratique est un crime. Tous ces parlementaires sont traduits devant un système israélien de justice qui n´a rien à voir avec la justice. Le système judiciaire israélien est un instrument de l´occupation. En Israël, il y a deux systèmes de justice : l´un s´applique aux Israéliens et l´autre aux Palestiniens. C´est un régime d´apartheid.

KL : Quel rôle jouent les autres États et institutions comme les USA, l´UE, la Grande Bretagne, l´Égypte ou l´Autorité palestinienne jouent-ils, s´ils en jouent un, dans le blocus de Gaza ?

KM : Le blocus de Gaza n´aurait jamais été imposé sans la collusion des puissances régionales et internationales.

KL : Comment peut-on lever le blocus selon vous ?

KM : Pour la levée du blocus, il faut respecter le droit international. Les droits fondamentaux des Palestiniens et leur droit de vivre dans la dignité et à l´abri de la persécution devraient être reconnus. Il faut qu´il y ait une volonté internationale de servir la justice et de respecter les principes fondamentaux des lois internationales sur les droits humains. La communauté internationale devrait se libérer des entraves de la pression israélienne, parler vrai et agir en conséquence.

KL : Israël dit qu´il a bombardé et envahi Gaza l´année dernière en riposte aux violations répétées du cessez-le-feu par le Hamas et aux tirs de roquettes sur le sud d´Israël. Est-ce le cas ?

KM : Les Israéliens ne disent pas la vérité. Nous avons conclu une trêve avec Israël du 19 juin au 19 décembre 2008. Néanmoins, le blocus n´a pas été levé. Le marché prévoyait un cessez-le-feu bilatéral, la levée du blocus et l´ouverture des passages. Nous avons entièrement respecté le cessez-le-feu tandis qu´Israël ne l´a observé que partiellement, et vers la fin de la période il a repris les hostilités. Pendant toute cette période, Israël a maintenu le siège et n´a ouvert certains des passages que par intermittence, n´autorisant l´entrée que de 10 % au maximum des fournitures répondant aux besoins essentiels de la population de Gaza. Israël a tué la possibilité de renouveler la trêve parce qu´ il l´a délibérément brisée à plusieurs reprises.

J´ai toujours dit à mes visiteurs occidentaux, notamment à l´ancien président US Jimmy Carter, que dès qu´une trêve sera proposée au Hamas comprenant la levée du blocus et l´ouverture des passages, le Hamas répondra positivement. Jusqu´ici, personne ne nous a fait une telle offre. En ce qui me concerne, le blocus équivaut à une déclaration de guerre justifiant l´autodéfense.

KL : Quelle est l´idéologie et quels sont les objectifs du Hamas ?

KM : Notre peuple a été victime d´un projet colonial appelé Israël. Pendant des années, nous avons subi diverses formes de répression. La moitié de notre peuple a été dépossédée et se voit refuser le droit au retour chez lui, la moitié vit sous un régime d´occupation qui viole ses droits humains fondamentaux. Le Hamas lutte pour mettre fin à l´occupation et pour restaurer les droits de notre peuple, notamment le droit de rentrer chez lui.

KL : Quel est selon vous, la cause du conflit entre l´État d´Israël et les Palestiniens ?

KM : Le conflit découle de l´agression et de l´occupation. Nous menons notre lutte contre les Israéliens, non pas parce qu´ils sont juifs, mais parce qu´ils ont envahi notre patrie et nous ont dépossédés. Ce n´est pas parce que les juifs ont été auparavant persécutés en Europe qu´ils ont le droit de prendre notre terre et de nous jeter dehors. Les injustices subies par les juifs en Europe ont été horribles et criminelles, mais elles n´ont pas été commises par les Palestiniens, les Arabes ou les musulmans. Alors, pourquoi devrions-nous être punis pour les fautes des autres ou nous ferait-on payer pour leurs crimes ?

KL : Croyez-vous qu´Israël compte continuer à reculer ses frontières ?

KM : Israël n´a pas de frontières définies. Quand Israël a été créé dans notre patrie il y a 62 ans, ses fondateurs rêvaient d´un « Grand Israël » allant du Nil à l´Euphrate. L´expansionnisme s´est manifesté à plusieurs occasions : en 1956, en 1967 et plus tard lors de l´occupation d´une partie du Liban dans les années 80. La faiblesse des Arabes, la supériorité militaire d´Israël, le soutien accordé par les puissances occidentales à Israël, et les massacres que celui-ci était prêt à commettre contre des civils sans armes en Palestine, en Égypte et au Liban, lui ont permis de s´étendre par étapes.

Bien que beaucoup d´Israéliens aient toujours des idées expansionnistes, il semblerait que ce ne soit plus une option pratique. La résistance libanaise et palestinienne a forcé Israël à se retirer unilatéralement de terres qu´il avait antérieurement occupées suite à la guerre et à l´agression. Alors que par le passé Israël a pu battre plusieurs armées arabes, il est confronté aujourd´hui à une redoutable résistance qui fera non seulement pièce à son expansionnisme, mais qui l´obligera également avec le temps à lâcher de plus en plus de terres occupées illégalement.

KL : Quelles sont vos principaux objectifs ? Le Hamas est-il principalement une organisation politique ou religieuse ?

KM : Le Hamas et un mouvement de libération nationale. Nous ne voyons pas de contradiction entre notre identité islamique et notre mission politique. Tout en nous confrontant aux occupants par le biais de la résistance et de la lutte pour obtenir les droits de notre peuple, nous sommes fiers de notre identité religieuse tirée de l´islam.

Mais à la différence de l´expérience faite par les Européens avec le christianisme, l´islam ne prévoit pas, n´exige pas ni ne reconnaît une autorité ecclésiastique. Il fournit simplement une série de directives larges dont l´interprétation détaillée est soumise à la réflexion humaine (ijtihad) et en découle.

KL : Est-ce que vous visez la destruction d´Israël ?

KM : Ce qui se passe en fait c´est la destruction du peuple palestinien par Israël ; c´est lui qui occupe notre terre, nous exile et nous tue, nous incarcère et persécute notre peuple. Nous sommes les victimes, Israël est l´oppresseur et ce n´est pas l´inverse.

KL : Pourquoi le Hamas adopte-t-il la force militaire dans ce conflit ?

KM : La force militaire est une option à laquelle notre peuple a recours parce que rien d´autre ne marche. La conduite d´Israël et la complicité de la communauté internationale, que ce soit sous forme de silence, d´indifférence ou de participation, justifie la résistance armée. Nous aimerions tellement que ce conflit soit résolu pacifiquement.

Si l´occupation devait cesser et que notre peuple puisse exercer son autodétermination dans sa patrie, il ne serait pas nécessaire d´avoir recours à la force. La réalité est que près de 20 ans de négociations de paix entre les Palestiniens et les Israéliens n´ont restauré aucun de nos droits. Au contraire, les compromis unilatéraux passés par l´équipe de négociation palestinienne nous ont fait subir plus de souffrances et de pertes.

Depuis que l´OLP a conclu l´accord de paix d´Oslo avec Israël en 1993, les Israéliens ont exproprié de nouvelles terres palestiniennes en Cisjordanie afin de construire des colonies juives illégales, d´étendre les colonies existantes ou de construire des routes réservées exclusivement aux Israéliens vivant dans ces colonies. Le mur d´apartheid que les Israéliens ont érigé en Cisjordanie a absorbé de vastes terres qui étaient censées être rendues aux Palestiniens d´après le traité de paix.

Le mur d´apartheid et des centaines de postes de contrôle ont transformé la Cisjordanie en une série d´enclaves isolées comme les cellules d´une grande prison, ce qui rend la vie intolérable.

Jérusalem est constamment malmenée afin d´en modifier le paysage et l´identité et des centaines de maisons palestiniennes ont été détruites dans la ville et alentour, laissant des milliers de Palestiniens sans abri dans leur propre patrie. Au lieu de libérer les prisonniers palestiniens, les Israéliens ont arrêté 5000 Palestiniens de plus depuis la conférence de paix d´Annapolis en 2007 - action qui atteste que la paix ne les intéresse absolument pas.

KL : Le Hamas s´engage-t-il dans une activité militaire en dehors de la Palestine ?

KM : Non. Depuis sa création il y a 22 ans, le Hamas a confiné son champ d´opération militaire à la Palestine occupée.

KL : Souhaitez-vous établir en Palestine un État islamique dans lequel toutes les autres religions auront un statut subalterne ?

KM : Notre priorité comme mouvement de libération nationale est d´en terminer avec l´occupation israélienne de notre patrie. Une fois que notre peuple sera libre sur sa terre et bénéficiera du droit à l´autodétermination, c´est lui seul qui aura le dernier mot sur sous le système de gouvernement avec lequel il souhaite vivre. C´est notre ferme croyance que l´Islam ne peut pas être imposé aux gens. Nous ferons campagne, dans un processus entièrement démocratique, sur un programme islamique. Si c´est ce que les gens choisissent, alors ce sera leur choix. Nous croyons que l´Islam est la meilleure source d´inspiration et le meilleur garant pour les droits des musulmans comme des non-Musulmans.

KL : Le Hamas impose-t-il la tenue islamique dans Gaza ? Par exemple, est-il obligatoire pour les femmes à Gaza de porter le hijab, le niqab ou la burqa ?

KM : Non. Intellectuellement, la vision du Hamas vient de la culture et de la religion du peuple. L´Islam est notre religion et il est le constituant de base de notre culture. Nous ne refusons pas à d´autres Palestiniens le droit d´avoir des visions différentes. Nous n´imposons aux gens aucun aspect concernant la religion ou leur conduite sociale. Les aspects de la religion dans la société de Gaza sont sincères et spontanés ; ils n´ont été imposés par aucune autorité autre que la foi et la conviction du croyant.

KL : Il est dit que la division dans le peuple palestinien entre Cisjordanie et Gaza et entre le Fatah et le Hamas, qui affaiblit évidemment leur position, est survenue parce que Hamas a pris par la force le contrôle de Gaza. Est-ce vrai et comment expliquez-vous cette division ?

KM : Assurément, la division affaiblit les Palestiniens et nuit à leur cause. Cependant, la division n´est pas le fait du Hamas, mais de l´insistance de certaines parties internationales et régionales à vouloir effacer les résultats de la démocratie palestinienne. Cela les a consternés que Hamas ait été élu par le peuple palestinien.

La division vient de l´existence d´une partie palestinienne qui cherche le soutien de ces mêmes parties régionales et internationales, dont les USA et Israël, qui souhaitent voir Hamas mis hors jeu. Peu après sa victoire aux élections de janvier 2006, tout a été fait pour miner la capacité du Hamas à gouverner.

Après que ces efforts avaient échoué, le général Keith Dayton de l´armée US, qui sert actuellement de coordonnateur de sécurité entre Israël et l´Autorité palestinienne [de Ramallah], avait été expédié à Gaza pour préparer un coup de force contre le gouvernement d´unité nationale conduit par le Hamas et issu de l´accord de la Mecque de 2007. Ce complot a incité le Hamas à Gaza à agir en situation d´autodéfense lors des événements de juin 2007.

Prétendre que le Hamas a effectué un coup de force est sans fondement parce que le Hamas était à la tête d´un gouvernement élu démocratiquement. Tout ce qu´il a fait était d´agir contre ceux qui préparaient un coup contre lui sous la direction et les conseils du général Dayton.

KL : Est-ce que ceux qui ont d´autres vues politiques ou religieuses, comme le Fatah, bénéficient des libertés démocratiques à Gaza ? Quelle est la situation de ceux qui appartiennent au Hamas dans les territoires de la Cisjordanie sous contrôle du Fatah ?

KM : Des factions palestiniennes ont été inspirées par le nationalisme arabe, d´autres par le marxisme ou le léninisme, et d´autres par le libéralisme. Alors que nous sommes persuadés que ces idées sont étrangères à nos peuple et ont échoué à répondre à ses aspirations, nous insistons sur le fait que le peuple est le dernier arbitre sur qui il souhaite voir diriger et par quel système il désire être régi. Ainsi, la démocratie est notre meilleure option pour aplanir nos divergences internes. Il faudra respecter le choix du peuple, quel qu´il soit.

Nous essayons au mieux de notre capacité de protéger les droits humains et les libertés civiques de ceux qui sont affiliés au Fatah et à toutes les autres factions dans la bande de Gaza. En revanche, les Palestiniens en Cisjordanie sous occupation israélienne et sous l´Autorité palestinienne de Ramallah continuent de se voir nier leurs droits fondamentaux.

Le Général Dayton supervise en Cisjordanie une répression sévère et brutale contre le Hamas et d´autres groupes palestiniens. Plus de 1000 prisonniers politiques, dont des étudiants, des professeurs d´Université et des professionnels dans tous les domaines sont pourchassés, détenus et torturés, parfois jusqu´à la mort, par les forces de sécurité de l´Autorité palestinienne commandités et entrainées par les USA, les Britannique et l´Union Européenne.

KL : Croyez- vous possible de réunifier le peuple palestinien ? Si oui, comment pensez-vous que cela puisse être fait et dans quel délai ?

KM : Il est possible de réunifier les Palestiniens. Pour que cela se produise deux choses sont nécessaires. D´abord, les interventions et les exigences étrangères doivent cesser. Il faut laisser le peuple palestinien s´occuper de ses propres divergences internes sans pression externe. En second lieu, toutes les parties palestiniennes doivent respecter les règles du jeu démocratique et se soumettre aux résultats de son processus.

KL : Le refus du Hamas de reconnaître Israël est fréquemment cité comme obstacle insurmontable aux négociations et à un règlement pacifique.

KM : Cette question est uniquement employée comme prétexte. Israël ne reconnaît pas les droits du peuple palestinien, pourtant ceci n´est pas un obstacle pour qu´Israël soit reconnu au niveau international ou participe à des pourparlers. La réalité est que c´est Israël qui occupe la terre et dispose de la plus grande force. Plutôt que de solliciter les Palestiniens, qui sont les victimes, c´est Israël qui est l´oppresseur qui devrait être invité à reconnaître les droits des Palestiniens.

Dans le passé, Yasser Arafat a reconnu Israël mais a il a peu obtenu [en échange]. Aujourd´hui, Mahmoud Abbas reconnaît Israël, mais les dividendes promis dans le processus de paix restent encore à voir.

Israël ne fait de concessions que sous la pression. En l´absence de pression réelle sur Israël par les Arabes ou par la communauté internationale, aucun accord n´aboutira.

KL : Avez-vous une « feuille de route » pour des étapes intérimaires qui pourraient normalement mener à un règlement pacifique du conflit ? Pensez-vous que les juifs, les musulmans et les chrétiens peuvent un jour vivre ensemble et en paix en Terre Sainte ?

KM : Nous, au Hamas, croyons qu´un règlement pacifique réaliste du conflit devra commencer par un accord de cessez-le-feu entre les deux parties basé sur un retrait total d´Israël de tous les territoires occupés en 1967. L´intransigeance israélienne et le manque de volonté pour agir de la part de la communauté internationale sont ce qui empêche ce règlement. Nous croyons que nous pourrons déterminer le futur du conflit uniquement lorsque notre peuple sera libre et de retour sur sa terre.

Il faut rappeler ici que nous ne résistons pas aux Israéliens parce qu´ils sont juifs. Par principe, nous n´avons pas de problèmes avec les juifs ou les chrétiens, mais avons un problème avec ceux qui nous attaquent et nous oppriment. Durant de nombreux siècles, les chrétiens, les juifs et les musulmans ont coexisté paisiblement dans cette partie du monde. Notre société n´a jamais été témoin de ce type de racisme et de génocide contre « l´autre » dont l´Europe a été e théâtre jusqu´à récemment Ces problèmes ont débuté en Europe. Le colonialisme a été imposé à cette région par l´Europe, et Israël a été le produit de l´oppression des juifs en Europe et non pas d´un problème en terre musulmane.

KL : Quel rôle pensez-vous que d´autres pays et organismes, en particulier les USA, l´Union Européenne et la Grande-Bretagne, jouent actuellement dans le conflit israélo-palestinien et dans les divisions entre les Palestiniens ?

KM : Le rôle joué par tous ceux-là a jusqu´ici a été négatif. L´attitude à l´égard des crimes israéliens contre notre peuple a été soit le silence soit la collusion. La politique et les prises de positions adoptées par ces parties ont contribué à la division palestinienne ou l´ont augmentée. D´une part, on énumère des conditions qui ont pour effet de torpiller des discussions sur l´unité et les efforts de réconciliation. D´autre part, certaines de ces parties internationales sont directement impliquées en éliminant nos partisans en Cisjordanie.

Les USA et l´Union Européenne fournissent l´argent, la formation et les conseils pour construire un appareil de sécurité palestinien spécialisé dans la persécution de ceux qui sont critiques vis-à-vis de l´Autorité palestinienne de Ramallah.

Nous sommes préoccupés en particulier par des informations selon lesquelles le gouvernement britannique, directement aussi bien qu´indirectement et au moyen de firmes privées spécialisées en sécurité et de services de vétérans de l´armée, d´officiers de police et d´agents de renseignements, est totalement impliqué dans le programme conduit par le Général Dayton contre le mouvement Hamas en Cisjordanie.

KL : Que devraient faire les pays tels que les USA et la Grande-Bretagne pour aider à un règlement pacifique ?

KM : Ils devraient simplement confirmer le droit international - l´occupation est illégale, l´annexion de Jérusalem est illégale, les colonies sont illégales, le mur de ségrégation est illégal, et le siège de Gaza est illégal. Pourtant rien n´est fait.

KL : Quelles relations le Hamas souhaite-t-il avoir avec le reste du monde, et, par exemple, avec la Grande-Bretagne ?

KM : Le Hamas défend une cause juste. À cette fin, il désire s´ouvrir au monde. Notre mouvement cherche à établir de bonnes relations et à mener un dialogue constructif avec tous ceux concernés par la situation en Palestine.

Source : New Statesman - Exclusive: Hamas leader interview

Article original publié le 17/9/2009

Source de cette traduction :
http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=7330

Sur l´auteur

Anne-Marie Goossens et Claude Zurbach collaborent au site info-palestine, Fausto Giudice est membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l´intégrité et d´en mentionner l´auteur, le traducteur, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=8779&lg=fr

__._,_.___

10:38 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, usa, presse, sionisme, palestine, television, romain, racisme, colonialisme, europe, euro-dictature, israel, silence, medias, hamas, impeialisme |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

23/02/2009

20/03/2009: Gaza et le Hamas: rétablir la vérité...

de Ginette grianala@yahoo.fr
publié par Michel Collon

Gaza et le Hamas: rétablir la vérité
Henri Siegman


Henri Siegman, ancien directeur de l´American Jewish Congress, conteste la version israélienne des évènements qui ont précédé le conflit de Gaza, communément repris par les médias. Citations et témoignages de responsables de l´armée et du renseignement israélien à l´appui, il rappelle que l´accord de trêve prévoyait un allègement du blocus qui n´a jamais été appliqué, et que c´est Israël qui a rompu la trêve le 4 novembre, au lieu de mettre à profit cette accalmie pour la consolider. D´autre part, note-t-il, la description du Hamas comme un mouvement terroriste ayant pour objectif la destruction d´Israël ne correspond pas à la réalité. Le Hamas est depuis plusieurs années entré dans le jeu politique, abandonnant le recours aux attentat terroristes, et il défend désormais la solution des deux états dans les frontières de 1967. Au delà de ces rappels factuels, Siegman juge que la politique de confrontation
choisie par Israël, si elle peut amener des succès tactiques, aura sur le long terme l´effet inverse, en renforçant les tendances les plus radicales au détriment de perspectives de paix.

Les gouvernements et la plupart des médias occidentaux ont accepté nombre d´assertions israéliennes justifiant l´assaut militaire sur Gaza : que le Hamas avait constamment violé puis ensuite refusé de prolonger la trêve de six mois qu´Israël avait respectée ; qu´Israël n´avait donc d´autre choix que de détruire la capacité du Hamas de lancer des missiles sur les villes israéliennes ; que le Hamas est une organisation terroriste, appartenant au réseau jihadiste mondial ; et qu´Israël a non seulement agi pour sa propre défense mais au nom de la lutte internationale que mènent les démocraties occidentales contre ce réseau.

Je n´ai connaissance d´aucun journal, station de radio ou de TV américains d´importance dont la couverture de l´assaut sur Gaza ait interrogé cette version des événements. Les critiques dirigées contre les actions d´Israël, si tant est qu´il y en ait eu (et il n´y en a eu aucune émanant de l´administration Bush), ont plutôt convergé sur le fait de savoir si le carnage des forces armées israéliennes est proportionnel à la menace qu´elles tentaient de contrer, et si elles prenaient des mesures suffisantes pour éviter les victimes civiles.

Les questions concernant la paix du Moyen-orient sont en général décrits en termes d´euphémismes trompeurs. Je voudrais au contraire déclarer ici sans ambages que chacune de ces assertions est un mensonge. C´est Israël, et non pas le Hamas, qui a violé la trêve : le Hamas avait accepté d´arrêter ses tirs de roquettes vers Israël ; en retour, Israël devait alléger sa pression sur Gaza. En fait, pendant la trêve, elle s´est accrue. Ceci a été confirmé non seulement par tous les observateurs et ONG internationaux neutres présents sur place mais aussi par le brigadier général de réserve Shmuel Zakai, un ancien commandant de la Division de Gaza des forces armées israéliennes. Dans un entretien accordé au Ha´aretz le 22 décembre, il a accusé le gouvernement d´Israël d´avoir fait une «erreur majeure» pendant la tahdiyeh, la période de six mois de trêve relative, en «empirant nettement la situation économique
catastrophique des Palestiniens de la bande de Gaza, au lieu de profiter du calme pour l´améliorer. . . Quand on établit une tahdiyeh, et que la pression économique sur la Bande se poursuit, » déclarait le Général Zakai, « il est évident que le Hamas essaiera d´obtenir une tahdiyeh améliorée, et que leur façon de l´atteindre est la reprise des lancers de Qassam.. . . On ne peut pas simplement donner des coups, maintenir les Palestiniens de Gaza dans leur détresse économique, et s´attendre à ce que le Hamas se contentera simplement de s´asseoir sans agir».

La trêve, qui a commencé en juin l´an dernier et devait être renouvelée au mois de décembre, exigeait des deux parties qu´elles s´abstiennent de toute action violente l´une contre l´autre. Le Hamas devait cesser ses tirs de roquettes et empêcher les tirs des autres groupes comme le Djihad Islamique (même les agences de Renseignement d´Israël ont reconnu que ceci avait été exécuté avec une efficacité étonnante), et Israël devait mettre fin à ses assassinats ciblés et ses incursions militaires. Cette entente a été sérieusement violée le 4 novembre, quand les forces armées israéliennes sont entrées à Gaza et ont tué six membres du Hamas. Le Hamas a répondu en lançant des fusées Qassam et des missiles Grad. Même alors, il avait offert d´étendre la trêve, mais seulement à condition qu´Israël mette fin à son blocus. Israël a refusé. Il aurait pu remplir son devoir de protection de ses citoyens en consentant
à alléger le blocus, mais il n´a même pas essayé. On ne peut affirmer qu´Israël ait lancé son attaque pour protéger ses citoyens des roquettes. Il l´a fait pour protéger son droit à poursuivre l´étranglement de la population de Gaza.

Tout le monde semble avoir oublié que le Hamas avait déclaré mettre fin aux attaques suicide et aux lancers de roquettes lorsqu´il a décidé de se joindre au processus politique palestinien, et avait pour l´essentiel respecté ses engagements pendant plus d´un an. Bush avait publiquement bien accueilli cette décision, la citant comme un exemple du succès de sa campagne pour la démocratie au Moyen-orient. (Il n´en avait aucun autre à revendiquer). Quand le Hamas a surpris en gagnant les élections, Israël et les Etats-Unis ont immédiatement cherché à délégitimer le résultat et ont pris le parti de Mahmoud Abbas, le leader du Fatah, qui avait été jusque - là mis écarté par les dirigeants d´Israël qui le traitaient de « volaille plumée». Ils ont armé et entraîné ses forces de sécurité pour renverser le Hamas ; et quand le Hamas a anticipé - brutalement, sans conteste - cette tentative de renversement par la violence
du résultat de la première élection démocratique honnête au Moyen-orient, Israël et l´administration Bush ont imposé le blocus.

Israël cherche à contredire ces faits indiscutables en maintenant qu´en retirant les colonies israéliennes de Gaza en 2005, Ariel Sharon a offert au Hamas la chance de prendre le chemin de l´indépendance, une chance qu´il aurait refusé de saisir ; au lieu de cela il aurait transformé Gaza en un base de lancement de missiles sur la population civile d´Israël. L´accusation est doublement mensongère. D´abord, quelque soient ses défauts, le Hamas avait restauré à Gaza, pour la première fois depuis plusieurs années, un niveau de loi et d´ordre inconnu, et y avait réussi sans les grandes sommes d´argent que les donateurs ont fait pleuvoir sur l´Autorité palestinienne menée par le Fatah. Il a éliminé les bandes et les chefs militaires violents qui terrorisaient Gaza sous le règne du Fatah. Les musulmans non pratiquants, les chrétiens et les autres minorités ont une liberté religieuse sous la direction du Hamas plus grande
qu´ils ne l´auraient en Arabie Saoudite, par exemple, ou dans beaucoup d´autres régimes arabes.

Le plus grand mensonge est que le retrait de Sharon de Gaza ait été voulu comme un prélude a de plus amples retraits et à un accord de paix. Voici comment le conseiller principal de Sharon, Dov Weisglass, qui était aussi son négociateur principal avec les Américains, avait décrit le retrait de Gaza, dans un entretien avec le Ha´aretz en août 2004 :

L´accord auquel je suis en réalité parvenu avec les Américains était qu´une partie des colonies [c-a-d les principaux blocs de colonies en Cisjordanie] ne ferait pas du tout partie d´éventuelles négociations, et que le reste ne serait traité que lorsque les Palestiniens deviendraient des Finlandais. . . La signification [de l´accord avec les Etats-Unis] est le gel du processus politique. Et quand vous gelez ce processus, vous empêchez l´établissement d´un état palestinien et vous empêchez une discussion sur les réfugiés, les frontières et Jérusalem. En réalité, la totalité de ce qui est appelé l´état palestinien, avec tout qu´il signifie, a été enlevé de notre programme indéfiniment. Et tout ceci avec l´autorité et la permission [du Président Bush]. . . Et la ratification des deux Chambres du Congrès.

Les Israéliens et les Américains pensent-ils que les Palestiniens ne lisent pas les journaux israéliens, ou que quand ils ont vu ce qui arrivait en Cisjordanie ils ne pourraient pas déchiffrer ce que Sharon préparait ?

Le gouvernement d´Israël aimerait que le monde croie que le Hamas a lancé ses roquettes Qassam parce que c´est ce que font les terroristes et que le Hamas est un groupe intrinsèquement terroriste. En fait, le Hamas n´est pas plus une « organisation de terreur » (le terme préféré d´Israël) que le mouvement sioniste ne l´a été pendant sa lutte pour une patrie juive. A la fin des années 1930 et dans les années 1940, les partis du mouvement sioniste ont recouru aux activités terroristes pour des raisons stratégiques. Selon Benny Morris, c´est l´Irgoun qui a le premier visé des civils. Il écrit dans son livre Righteous Victims qu´une vague de terrorisme arabe en 1937 «a déclenché une vague d´attentats à la bombe contre les foules et les autobus arabes par l´Irgoun, introduisant une nouvelle dimension au conflit». Il documente aussi des atrocités commises pendant la guerre de 1948-49 par les forces armées
israéliennes, admettant dans un entretien de 2004, publié dans le Ha´aretz, que le matériel déclassifié par le Ministère de la Défense d´Israël a montré que «il y avait eu beaucoup plus d´actes de massacre israéliens que je ne l´avais pensé auparavant. . . Dans les mois d´Avril-Mai 1948, il a été donné aux unités du Haganah des ordres d´action qui déclaraient explicitement qu´ils devaient déraciner les villageois, les expulser, et détruire les villages». Dans un certain nombre de villages et de villes palestiniennes les forces armées israéliennes ont procédé à des exécutions organisées de civils. Interrogé par le Ha´aretz pour savoir s´il condamnait le nettoyage ethnique, Morris a répondu que ce n´était pas le cas :

«Il ne pouvait pas y avoir un Etat juif sans le déracinement de 700.000 Palestiniens. Il était donc nécessaire de les déraciner. Il n´y avait d´autre choix que celui d´expulser la population. Il était nécessaire de nettoyer l´arrière-pays et de nettoyer les secteurs frontaliers et de nettoyer les routes principales. Il était nécessaire de nettoyer les villages à partir d´où on faisait feu sur nos convois et nos colonies..»

En d´autres termes, quand les juifs ciblent et tuent des civils innocents pour faire avancer leur lutte nationale, ils sont des patriotes. Quand leurs adversaires le font, ce sont des terroristes.

Il est trop simple de décrire le Hamas simplement comme une «organisation de terreur». C´est un mouvement nationaliste religieux qui recourt au terrorisme, comme le mouvement sioniste l´a fait pendant sa lutte pour l´indépendance, dans la conviction erronée que c´est le seul moyen de mettre fin à une occupation oppressive et entraîner la formation d´un état palestinien. Alors que l´idéologie du Hamas appelle formellement à établir un état palestinien sur les ruines de l´état d´Israël, ceci ne détermine pas les véritables politiques du Hamas aujourd´hui, pas plus que la même déclaration dans la charte de l´OLP ne déterminait les actions du Fatah.

Ce ne sont pas là les conclusions d´un apologiste du Hamas mais les opinions de l´ancien chef du Mossad et conseiller de sécurité nationale de Sharon, Ephraim Halevy. La direction de Hamas a connu un changement «sous notre nez même», écrivait récemment Halevy dans le Yedioth Ahronoth, en reconnaissant que «son objectif idéologique n´est pas réalisable et ne le sera pas dans l´avenir prévisible». Il est maintenant prêt et désireux de voir l´établissement d´un état palestinien dans les frontières temporaires de 1967. Halevy notait alors que le Hamas n´a pas précisé à quel point ces frontières seraient «temporaires», «ils savent qu´à partir du moment ou un état palestinien est établi avec leur coopération, ils seront obligés de changer les règles du jeu : ils devront adopter une voie qui pourrait les mener loin de leurs objectifs idéologiques originaux». Dans un article précédent, Halevy avait aussi
insisté sur l´absurdité qu´il y a à relier le Hamas à al-Qaida.

Aux yeux d´al-Qaida, les membres du Hamas sont perçus comme des hérétiques en raison de leur désir affirmé de participer, même indirectement, aux processus de n´importe quel entente ou accord avec Israël. La déclaration [du chef du bureau politique du Hamas, Khaled] Mashaal contredit diamétralement l´approche d´al-Qaida, et fournit a Israël une occasion, peut-être historique, de l´utiliser pour le mieux.

Alors pourquoi les dirigeants d´Israël sont si déterminés à détruire le Hamas ? Parce qu´ils croient que sa direction, contrairement à celle du Fatah, ne peut pas être intimidée pour accepter un accord de paix qui établisse un «Etat» palestinien composé d´entités territorialement déconnectées sur lesquelles Israël pourrait garder un contrôle permanent. Le contrôle de la Cisjordanie a été l´objectif permanent de l´armée, du renseignement et des élites politiques d´Israël depuis la fin de la Guerre des Six-Jours. Ils croient que le Hamas ne permettrait pas un tel cantonisation du territoire palestinien, quelque soit la durée de l´occupation. Ils peuvent avoir tort concernant Abbas et sa cohorte usée, mais ils ont tout à fait raison concernant le Hamas.

Les observateurs moyen-orientaux se demandent si l´assaut d´Israël contre le Hamas arrivera à détruire l´organisation ou a l´expulser de Gaza. Ceci est une question non pertinente. Si Israël a l´intention de garder le contrôle sur la future entité palestinienne, il ne trouvera jamais un partenaire palestinien, et même s´il arrive à démanteler le Hamas, le mouvement sera avec le temps remplacé par une opposition palestinienne bien plus radicale.

Si Barack Obama choisit un émissaire au Moyen-orient qui s´accroche à l´idée que les outsiders ne devraient pas présenter leurs propres propositions pour un accord de paix juste et viable, encourageant ainsi les parties a renforcer leurs différences au lieu de les résoudre, il rend assuré la naissance d´une future résistance palestinienne, de loin plus extrême que celle du Hamas -probablement alliée avec al-Qaida. Pour les Etats-Unis, l´Europe et la plupart du reste du monde, ceci serait la pire issue possible. Peut-être que quelques Israéliens, dont les leaders des colons, croient-ils que cela servirait leurs buts, puisque cela fournirait au gouvernement un prétexte irrésistible pour tenir toute la Palestine. Mais ceci est une illusion qui provoquerait la fin d´Israël en tant qu´état juif et démocratique.

Anthony Cordesman, un des analystes militaires les plus fiables du Moyen-orient, et un ami d´Israël, affirme dans un rapport publié le 9 janvier par le Center for Strategic and International Studies que les avantages tactiques d´une continuation de l´opération à Gaza étaient contrebalancés par le coût stratégique - et n´étaient probablement pas plus grands que n´importe quel gain qu´Israël aurait pu obtenir tôt dans la guerre grâce a des frappes sélectives sur des installations-clées du Hamas. «Israël s´est-il d´une manière ou d´une autre empêtré dans une guerre d´escalade sans un objectif stratégique clair, ou a t-il au moins un objectif qu´il puisse atteindre de façon crédible» ? s´interroge-t-il. «Israël finira-t-il par renforcer, politiquement, un ennemi qu´il aura battu en termes tactiques ? Les actions d´Israël compromettront-elles sérieusement la position des Etats-Unis dans la région,
l´espoir de paix, de même que les régimes et les voix arabes modérés dans le processus ? Pour répondre sans ambages, la réponse jusqu´ici semble être oui». Cordesman conclut que «n´importe quel dirigeant peut adopter une position intransigeante et proclamer que les gains tactiques représentent une victoire significative. Si c´est tout ce que Olmert, Livni et Barak ont pour réponse, alors ils se sont déshonorés et ont porté un coup à leur pays et leurs amis».

Henri Siegman dirige le US Middle East Project, sis à New York. Il est professeur associé à la School of Oriental and African Studies de l´université de Londres. Par le passé, il a occupé le poste de directeur de l´American Jewish Congress et du Synagogue Council of America.

Traduction: Karim Loubnani
Source:
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2527
Source originale: London Review of Books, 15 janvier 2009

21:56 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, actualite, courcelles, sionisme, palestine, romain, imperialisme, israel, agressions, hamas, gaza |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

15/02/2009

10/02/2009: Les Irlandais lancent un appel au boycott d’Israël ...

----- Original Message -----
From: Morad
Sent: Tuesday, February 10, 2009 10:22 AM
Subject: [Transfer_info] IRLANDE : Appel au boycott d'Israel

Les Irlandais lancent un appel au boycott d’Israël
 
mardi 3 février 2009

Les lecteurs de l’Irish Times du 31 janvier ont pu voir, en page 5, un "appel irlandais pour une justice en Palestine" lancé par environ 300 signataires, dont des députés, des sénateurs, des leaders politiques (dont Gerry Adams), des dirigeants de syndicats, des professeurs, des musiciens connus, des célébrités culturelles...

Cet appel ne figure pas sur la version internet de l’I.T. mais l’édition du samedi est celle qui est la plus lue en Irlande. Il est d’ailleurs demandé, au bas de la page, de relayer le plus possible cet appel dans le monde, et de faire en sorte qu’il soit reproduit avec la mention "paru dans le Irish Times le 31 janvier 2009".

En voici le texte :

"Les bombardements sur Gaza ont tué plus de 1300 Palestiniens, dont un tiers d’enfants. Des milliers d’autres ont été blessés, certains s’étant réfugiés dans des bâtiments de l’ONU. Source Irish Times du 31 janvier

Cet assaut est survenu après un an de blocus économique organisé par Israël. Le blocus, interdit par les lois humanitaires internationales, a détruit l’économie de la bande de Gaza et condamné sa population à la pauvreté. Selon un rapport de la Banque Mondiale, "98% de l’activité industrielle est à l’arrêt". Les dernières attaques d’Israël sur Gaza ont été le plus récent volet de l’oppression du peuple palestinien par Israël, et sa volonté de s’approprier leur terre.

Israël n’a jamais déclaré ses frontières. Au contraire, il s’est continuellement étendu aux dépenss des Palestiniens. En 48, Israël s’était déjà emparé de 78% de la Palestine, beaucoup plus que ce que l’Assemblée Générale de l’ONU avait octroyé à l’état juif en 47. Au mépris de toutes les lois internationales, Israël a expulsé plus de sept cent mille Palestiniens de leurs maisons.. Ces réfugiés et leurs descendants, qui maintenant approchent du million, sont dispersés un peu partout dans la région. Ils ont le droit au retour, d’après la juridiction internationale. Ce droit a été confirmé plusieurs fois à l’ONU, à commencer par la résolution 194 en 1948.

En 1967, Israël a occupé les 22% qu’il restait de la Palestine : la Cisjordanie et Gaza. Ne respectant aucunement l’article 49 de la Convention de Genève, Israël a construit et continue de le faire, des colonies d’occupation sur ces territoires occupés. Aujourd’hui, on peut trouver environ 500 000 colons israéliens vivant dans les colonies de Cisjordanie (Jerusalem-Est inclus), et leur nombre croît quotidiennement au fur et à mesure qu’Israël étend ses programmes d’implantations.

Israël a résisté à la pression de la Communauté Internationale en continuant à ne pas respecter les lois internationales :

Non à la demande internationale d’arrêter les implantations et de détruire celles déjà construites (Résolutions 446, 452 et 465 du Conseil de Sécurité),

refus de rendre ses annexions illégales à Jérusalem Est (Résol. 252, 267, 271, 298, 476, 478).

Depuis septembre 2000, plus de 5 mille Palestiniens, dont mille mineurs, ont été tués par l’armée israélienne.

Onze mille Palestiniens, parmi eux des mineurs, sont internés dans des prisons israéliennes. Des centaines sans même avoir été jugés. De plus, Israël ne respecte pas, ici non plus, la loi internationale en les emprisonnant en dehors des territoires occupés, compliquant ainsi la vie de leurs familles, en rendant les visites quasi-impossibles..

Chaque année, des centaines de maisons palestiniennes sont détruites.

La population palestinienne de Cisjordanie et de Gaza vit emprisonnée derrière des murs, des barrières de défense et des checkpoints, qui les empêchent d’avoir accès aux commerces, aux écoles, à leur travail, aux hopitaux et aux lieux de culte. Ils sont soumis aux restrictions de toutes sortes et à des rituels d’humiliation quotidiens par les soldats de l’armée d’occupation et les gardes des check-points.

Invasion, occupation, privation de leur terre est la réalité à laquelle doivent faire face les Palestiniens depuis de nombreuses années, de façon quotidienne, pendant que leur pays est déchiqueté sans remords.

Sans un arrêt de ces agressions d’Israël, et si des droits démocratiques ne sont pas reconnus au peuple palestinien, il n’y aura ni justice ni paix au Moyen Orient. Il doit être mis fin à l’occupation vieille de 40 ans de la Cisjordanie et de Gaza par Israël.

L’occupation peut se terminer si une pression politique et économique est exercée sur Israël par la communauté internationale. C’est d’ailleurs ce que réclament les Palestiniens : que la communauté internationale intervienne.

Nous, signataires, lançons l’appel suivant :

que le gouvernement irlandais cesse ses achats de produits et de services militaires à Israël et appelle publiquement à un embargo militaire contre Israël

que le gouvernement irlandais demande publiquement que l’accord Euro-Med qui permet à Israël d’avoir un accès privilétié au marché de l’Union Européenne soit suspendu tant qu’Israël ne respectera pas la Loi Internationale.

que le gouvernement irlandais s’oppose à toute nouvelle proposition de relations entre l’U.E. et Israël,

que le peuple irlandais boycotte les marchandises et services israéliens tant qu’Israël ne respectera pas la loi internationale.

 

(Traduit par Claudine LUSCHER pour CAPJPO-EuroPalestine)

CAPJPO-EuroPalestine

http://oumma.com/Les-Irlandais-lancent-un-appel-au

20:11 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, actualite, courcelles, usa, guerre, palestine, romain, colonialisme, democratie, fascisme, imperialisme, israel, agressions, hamas, droits de l homme, gaza |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

12/02/2009

11/02/2009: de Michel Collon: Comment expliquer le succès du Hamas ?

Date : 11/02/2009 23:58:56
Sujet : Comment expliquer le succès du Hamas ?
 
Si le texte ne s'affiche pas bien, cliquez : Hamas

Comment expliquer le succès du Hamas ?
Mohamed Hassan
INTERVIEW : Grégoire Lalieu et Michel Collon


Pour les grands médias, l’affaire semble entendue : le Hamas est terroriste, intégriste et fanatique. Pourtant, ce mouvement a gagné les dernières élections et sa popularité ne cesse de croître auprès des Palestiniens. Pourquoi ? Nous l’avons demandé à Mohamed Hassan, auteur de "L’Irak face à l’occupation", et un des meilleurs spécialistes du Moyen-Orient...

Qu’est réellement le Hamas ?
Le Hamas est un mouvement politique issu d’un des plus vieux mouvements politiques d’Egypte, les Frères Musulmans. Le mot « Hamas » signifie l’éveil, il fait référence à quelque chose en éruption... C’est un mouvement nationaliste islamiste que l’on pourrait comparer au mouvement nationaliste irlandais. Face à l’occupation coloniale de l’Irlande par les Britanniques, se développa à partir de 1916 un mouvement de résistance, l’Irish Republican Army. Comme les Irlandais étaient catholiques et les colons britanniques protestants, l’occupant tenta d’en faire une guerre de religions. La religion peut être utilisée pour mobiliser un peuple pour une cause.


Quel contexte historique explique l’émergence du Hamas ?
Pour le comprendre, nous devons prendre en considération différents événements historiques. Le premier est la guerre des Six Jours qui discrédita le nassérisme en 1967. Nasser était un président égyptien qui encouragea une révolution arabe pour l’indépendance et le développement. Suite à la sévère défaite que lui infligea Israël, son idéologie perdit en influence. Après sa mort, l’Egypte et Israël entrèrent à nouveau en conflit lors de la guerre d’Octobre en 1973. L’Egypte et la Syrie voulait récupérer des territoires sous occupation israélienne. Finalement, l’Egypte et Israël signèrent un accord, mais cet événement marqua une profonde division dans le monde arabe entre les pays qui étaient prêts à accepter les conditions israéliennes et ceux qui voulaient résister comme la Syrie, l’Algérie, l’Irak... Bien sûr, la question palestinienne restait un élément crucial dans ces conflits. La résistance à Israël avait d’ailleurs mené à la formation de l’OLP, l’Organisation pour la Libération de la Palestine. Cette organisation a été créée dans le but de rassembler les différents mouvements de résistance pour allier leurs efforts dans la résistance à Israël. Avant de négocier avec cette organisation lors des accords d’Oslo, Israël la considérait comme un groupe terroriste et lui infligea plusieurs défaites qui peuvent expliquer l’émergence du Hamas.
La première défaite survint avec le septembre noir de 1970. L’OLP avait son quartier général en Jordanie où le roi Hussein négocia un accord avec Israël pour réprimer brutalement l’insurrection palestinienne. L’OLP fut alors obligée de fuir vers Beyrouth. La seconde importante défaite survint en 1982. Israël attaqua le Liban et la plupart des combattants de l’OLP durent partir très loin de la Palestine. Le QG de l’organisation fut établi à Tunis. C’est dans ce contexte particulier qu’arrive la première Intifada en 1987. L’Intifada était un soulèvement populaire en réaction à l’occupation israélienne qui a démarré à Gaza et a ensuite gagné la Palestine tout entière. Comme je l’ai dit, l’OLP se situait très loin à ce moment-là. Le Hamas au contraire se trouvait en Palestine et prit part à l’Intifada. Cet événement marque l’arrivée de ce mouvement qui débuta dans les prisons ! Les prisons étaient habituellement considérées comme un lieu de punition. Mais après que des résistants de l’Intifada furent emprisonnés, la donne changea ! C’est dans les prisons que le Hamas commença à recruter et à se développer en tant qu’organisation. Avec l’Intifada, le Hamas fut exposé à l’opinion palestinienne, l’opinion israélienne et l’opinion internationale.


Comment l’OLP réagit-elle à l’Intifada ?
Avec l’Intifada, l’OLP se divisa en deux ailes : la plus forte qui voulait continuer la résistance et qui était basée à Tunis et une autre moins importante qui voulait négocier un accord. Ces membres-là se cachaient et n’eurent pas le courage de défendre leurs opinions jusqu’aux accords d’Oslo où ils se manifestèrent au grand jour et devinrent plus forts. Arafat était un tacticien et après la fin de la première Intifada, il utilisa les différents courants palestiniens dans le but de ramener l’OLP en Palestine.


Quels étaient ces courants ?
D’abord, vous avez ceux qui voulaient continuer le combat contre Israël sans concession. Arafat devait les marginaliser pour obtenir quelque chose. D’un autre côté, vous avez ceux qui voulaient capituler, et ils dirigent le gouvernement palestinien aujourd’hui. Enfin, il y a la bourgeoisie qui souhaitait tirer profit d’une négociation. Arafat les utilisa pour obtenir ce qu’il voulait. Cela nous mène aux Accords d’Oslo en 1993. Ces accords ont permis à l’OLP de revenir en Palestine mais à part ça, ce fut une grande défaite. Les Palestiniens acceptèrent 22% de leurs terres. Il n’y a aucun accord dans l’Histoire qui confère à une partie seulement 22% de ce qu’elle demandait ! L’OLP n’était plus considérée comme une organisation terroriste et gagna la reconnaissance d’Israël, mais elle réussit pas à réellement améliorer la situation à Gaza et en Cisjordanie. Rien dans l’accord n’a été mentionné pour mettre fin à la colonisation israélienne. Cet élément a discrédité l’autorité palestinienne auprès de la population et a aussi contribué au succès du Hamas en tant que mouvement de résistance. Un autre élément important est le fait que l’autorité palestinienne, qui recevait des fonds de l’Occident, est devenue corrompue. Rien n’indique que le Hamas ait ce problème. D’une part, ses principales sources de revenus proviennent d’un système basé sur la charité dans le monde musulman. D’autre part, vu qu’ils critiquent l’autorité palestinienne sur le problème de la corruption, ils veillent sérieusement à ce que cela ne se produise pas dans leurs rangs.


Comment expliquer le succès du Hamas ?
Trois facteurs expliquent le succès du Hamas. Le premier est le maintien de la résistance et le refus de toute solution imposée, ce qui correspond à la volonté de la population. Le second facteur est que le Hamas exige le retour des réfugiés de 1948 et de 1967. En 1948, après la création de l’Etat d’Israël, beaucoup de Palestiniens furent expulsés du territoire. Avec la guerre des Six Jours en 1967, environ 300.000 réfugiés partirent en Jordanie. Aujourd’hui, c’est plus de six millions de réfugiés qui n’ont pas le droit de revenir dans leur pays ! En revanche, en tant qu’Etat juif, Israël accueille n’importe quel juif de n’importe où : Espagne, Russie, Ethiopie... Des personnes qui n’ont jamais été vues en Palestine auparavant! La question des réfugiés est un élément important des revendications palestiniennes dont le Hamas s’est fait le porte-parole.
Le dernier facteur qui a contribué au succès du Hamas est l’élimination au sein de la communauté palestinienne des personnes corrompues par Israël pour obtenir des informations. Quelques-uns ont été éliminés physiquement et la plupart - des délinquants, des alcooliques ou des dealers - ont été réintégrés via les programmes sociaux du Hamas. L’information ne circulait donc plus. C’est très important. Israël avait créé une société corrompue où tout le monde était contre tout le monde et a exploité cela pour construire un réseau d’informations et établir un certain contrôle sur la résistance palestinienne. C’est typique d’une mentalité coloniale. Les Britanniques ont appliqué cela en Irlande du Nord. Rien de nouveau. Mais le Hamas a réussi à détruire ce réseau, ce qui constitue une grande victoire sur Israël.


Certains disent qu’Israël a délibérément favorisé l’ascension du Hamas. Est-ce vrai ?
Pas du tout ! Il n’y en a aucune preuve. Israël a toléré le Hamas en espérant que surviennent des conflits interpalestiniens. Ils voulaient affaiblir l’OLP et le Fatah. Mais ils ne s’attendaient pas à la qualité, la capacité et l’organisation dont a fait preuve le Hamas en se développant de telle manière. Toute puissance coloniale considère immanquablement ses sujets comme des enfants naïfs.


Comment un mouvement islamiste est-il devenu si populaire en Palestine?
Sous l’occupation à Gaza et dans les autres territoires, il n’était pas possible pour les Palestiniens de discuter ouvertement ou même d’imaginer leur futur excepté dans deux endroits : la mosquée et l’université. Le Hamas était bien entendu déjà actif dans le premier. Mais il a ensuite commencé, comme n’importe quel autre parti politique, à se manifester dans les organisations étudiantes. Le marché est ouvert pour tous les partis ! Le Hamas a donc recruté de jeunes étudiants brillants, qui étaient bien perçus dans la société en raison de leur dévouement et de leur honnêteté. C’était facile pour le Hamas de les convaincre, car la volonté de résister les unissait. Il n’y a pas de mystère! Le Hamas exprime ouvertement ce que la population ressent dans son cœur. Avec les éléments les plus combatifs, les plus intelligents et les plus éduqués de la société, le Hamas est devenu une grande organisation.


Comment les autorités palestiniennes ont-elles réagi à l’évolution du Hamas ?
Elles ont été touchées par la corruption et les scandales. Même des journalistes palestiniens les ont condamnées pour ça. Arafat était une espèce d’arbitre entre les différentes factions. Mais après sa mort, les contradictions entre le Hamas et le Fatah sont devenues antagoniques. Israël a exploité ces dissensions et a entrepris d’utiliser le Fatah pour entamer la popularité du Hamas. Ils pensaient que celui-ci n’accepterait pas de participer à des élections. C’est pourquoi ils mirent vite sur pied un scrutin. Tout le monde fut surpris que le Hamas accepte de participer, mais personne ne fut réellement inquiet. Ils pensaient en effet que le mouvement, en présentant une manière de penser dogmatique et très limitée, serait vaincu par le parti majoritaire. Contre toute attente, le Hamas créa une coalition et offrit une image flexible, très loin de ce qu’on aurait pu attendre d’une organisation fondamentaliste. En fait, le Hamas souhaite un Etat islamiste mais la réalité est différente.


Le Hamas va-t-il ou non instaurer un régime islamiste en Palestine ?
Un régime islamiste est le but ultime du programme du Hamas, mais il faut comprendre qu’il ne pourra jamais l’appliquer. En effet, sur le terrain, l’organisation est basée sur un mouvement patriotique. Il faut savoir que la guerre brutale menée par Israël contre Gaza n’a pas seulement mobilisé les forces du Hamas, mais bien toutes les forces patriotiques, y compris celles du Fatah. Cette agression a unifié le peuple palestinien. Le Hamas peut-il devenir un mouvement plus progressiste en alliance avec d’autres mouvements ? Oui, en raison de l’agression israélienne. L’idée que le Hamas puisse créer une société basée sur des modes de productions islamistes est une illusion. C’est tout simplement impossible. Sur bien des points, cette organisation ressemble au Hezbollah qui dit : « Le Liban est un pays d’une grande diversité, nous n’en représentons qu’une fraction et notre but est d’édifier avec tous les progressistes libanais une économie nationale indépendante. » Je voudrais vous faire remarquer au passage que personne ne pose ce genre de question pour des pays comme l’Arabie Saoudite.


Quel est le programme socio-économique du Hamas ?
Leur projet est une économie capitaliste marquée par une intervention importante de l’Etat. Notons qu’actuellement, même les libéraux européens souhaitent une intervention de l’Etat ! Si vous regardez l’Iran, vous avez un régime islamiste : du capitalisme avec une intervention de l’Etat. Mais ils refusent les dominations extérieures et redistribuent les richesses provenant du pétrole. En ce qui concerne le Hamas, il faut savoir que ce n’est pas essentiellement leur programme social qui a séduit les Palestiniens mais bien le fait que ce mouvement incarne la résistance. Et aujourd’hui, la résistance est ce qui compte le plus pour le peuple de Palestine.


Quel est le rôle de la femme selon le Hamas ?
Leur vision de la femme en théorie et en pratique est différente. Pourquoi ? En Palestine, la situation est très difficile. Les femmes doivent travailler pour gagner leur propre croûte et élever leurs enfants. Le Hamas ne pourra jamais les empêcher de travailler et les forcer à rentrer à la maison. À part quelques riches pays pétroliers, personne ne pense comme ça dans le monde arabe. Comment le Hamas pourrait-il retirer de la société plus de 50% des éléments les plus actifs de la société palestinienne ? En fait, celui qui ne respecte pas la femme est celui qui croit qu’il est possible de la contrôler comme un sujet passif.
Il y a des différences culturelles entre le monde arabe et l’Occident qui ne sont pas bien comprises parce qu’elles reposent sur des clichés. Prenons un exemple. Quand vous allez dans une librairie par ici, vous voyez des tas de magazines avec des blondes nues aux gros seins sur les couvertures... Personne ne se dit que c’est dégoûtant et que ces femmes devraient être mieux traitées. Mais quand on voit une femme portant un foulard, on parle d’oppression ! Il y a une sorte d’hypocrisie en Occident. Par exemple, en Indonésie, le régime actuel a été mis en place en 1965 par un coup d’Etat au cours duquel un million de communistes ont été massacrés. Aujourd’hui, la plupart des femmes portent le foulard là-bas. Mais personne ne s’indigne de leur situation, car ce pays produit du pétrole et est aligné sur l’Occident.


Pourquoi le Hamas est-il rejeté en Europe ?
L’islam n’est pas bien vu en Europe parce que cette dernière s’identifie au christianisme. Il y a un réel rejet de la contribution musulmane au développement de la civilisation occidentale. En tant que groupe islamiste, le Hamas est donc mal perçu. Mais pourquoi une personne, qui condamne le sionisme, a-t-elle un problème avec le Hamas? Et pourquoi la même personne, qui soutient la cause irlandaise, n’a-t-elle aucun souci en ce qui concerne une organisation catholique ? Les différences culturelles expliquent cela et c’est un phénomène que l’on peut observer.
Je reviens juste d’Egypte. J’ai pu constater qu’en traversant la Méditerranée, on change de monde, on change de façon de penser. Je ne blâme pas les Européens, ils sont marqués par leur éducation et la propagande médiatique. De plus, nous sommes dans un système où nous devons toujours identifier des ennemis pour justifier notre propre existence. Mais je crois qu’il faut faire la part des choses. Moi-même, en tant que marxiste vivant dans un pays occidental, j’ai bien sûr des contradictions avec le Hamas ou le Hezbollah. Je regrette que la résistance soit menée par un mouvement qui prend son inspiration dans l’Islam. Mais ces contradictions sont secondaires actuellement. En revanche, je suis complètement opposé à des personnes telles qu’Abbas ou Moubarak, qui sont des laïcs mais qui servent les intérêts des Etats-Unis. Je lis les infos en arabe, je connais bien la situation là-bas et je perçois les contradictions d’un point de vue différent de celui de la gauche européenne.


Pourquoi la gauche européenne ne supporte-t-elle pas ouvertement la résistance palestinienne ?
Le problème de la gauche européenne, c’est qu’elle refuse de faire une grande alliance contre l’impérialisme, à cause du Hamas, des femmes voilées et de toutes sortes de prétextes. En fait, elle se laisse aller à la grande alliance des Chrétiens contre l’Islam, elle rentre dans la 'guerre des civilisations’ lancée par les idéologues américains. Elle subit très profondément cette influence, beaucoup plus qu’elle ne le croit. Pourquoi la gauche européenne ne s’énerve-t-elle pas lorsque des fascistes chrétiens, comme les phalangistes, massacrent au Liban ? Pour ma part, en tant que laïc, j’ai soutenu la résistance des Irlandais contre l’occupation britannique et je n’avais aucun problème avec le fait que ces Irlandais étaient catholiques. En fait, le problème de l’Européen, c’est qu’il a été élevé dans une civilisation qui a des préjugés sur les juifs et les musulmans.


Pourquoi la question palestinienne est-elle si importante pour les Etats-Unis ?
La Palestine est un petit pays qui est malgré tout devenu l’un des enjeux les plus importants dans le monde pour deux raisons. La première est que l’Etat colon qui a été créé, doit être défendu par les puissances impériales, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, pour devenir l’élément dominant du Moyen-Orient. C’est un moyen d’écraser le mouvement révolutionnaire démocratique dans la région. Si vous écrasez la question palestinienne, vous empêchez une alliance du monde arabe avec toutes les lignes de résistance en Irak, au Liban... Avant, c’était le Shah d’Iran qui jouait le rôle de policier dans la région. Les Etats-Unis avaient placé une dictature militaire pour servir leurs intérêts dans la région. Aujourd’hui, c’est Israël. L’un des exemples les plus marquants de cette pratique est la révolution dans le Yémen du Nord dans les années 60. Un putsch avait été lancé par quelques officiers soutenus par l’Egypte pour instaurer une république démocratique. Le Cheik qui dirigeait le Yémen s’enfuit en Arabie Saoudite. Alors, les Britanniques organisèrent des troupes contre la jeune république pour écraser le mouvement nationaliste arabe et des soldats, entraînés par Israël, furent impliqués pour combattre les forces de libération. Israël envoya également des milices au Salvador, au Sri Lanka, en Colombie... En fait, partout où les Etats-Unis sont impliqués, Israël était ou est impliqué.
La seconde raison est l’enjeu de Jérusalem en tant que ville sainte. C’est la seconde ville en ordre d’importance pour l’Islam. La question mobilise donc tous les musulmans à travers le monde. Jérusalem est aussi très importante pour les chrétiens palestiniens. Israël ne l’abandonnera pas. Ce serait considéré comme une victoire pour les Palestiniens et l’Islam. De plus, située sur la frontière entre Israël et la Cisjordanie, Jérusalem occupe une position stratégique dans la politique d’expansion israélienne. En fait, il faut savoir que cet Etat n’a pas de frontières bien définies. Il n’a même pas de constitution ! Israël a donc les coudées franches pour continuer à s’étendre.


En massacrant aussi sauvagement à Gaza, quel message Israël veut-il faire passer ?
Le message est : « Israël sera toujours là, même avec l’arme nucléaire. Il peut vous imposer ce qu’il veut ».

Et ça marchera ?
Non, parce que de l’autre côté il y a des combattants qui n’ont plus rien à perdre et qui sont prêts à se sacrifier, chose que l’on ne trouvera pas dans les rangs de Tsahal. Avec son attaque, Israël n’a rien obtenu sur le fond. Tout du contraire, le Hamas va ressortir renforcé de ce conflit. Même en Cisjordanie, les gens disent que s’il y avait des élections, ils voteraient pour ce parti. En fait, ceux qui résistent gagnent toujours.

10 février 2009

Vous pouvez envoyer vos questions, remarques ou documents. Nous les transmettrons à l’auteur.

20:43 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, actualite, courcelles, usa, presse, sionisme, palestine, television, romain, belgique, colonialisme, europe, fascisme, solidarite, resistance, imperialisme, euro-dictature, israel, silence, medias, information, hamas, gaza, nazisme |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

29/04/2008

24/04/2008: Palestine Solidarité ...

-------- Message original --------

Sujet: [misesajour] 24 avril en Palestine occupee, au Moyen-Orient et en Amerique latine
Date: Thu, 24 Apr 2008 16:20:42 +0200
Répondre à :: misesajour@palestine-solidarite.org



Les mises à jour du site
Palestine Solidarité
du 24 avril 2008

 



Rubrique :

Actualité :

Originaux :

Analyses :



IRIN :

Sujet :

CPI. Hamas appelle à une révolte populaire le vendredi ...

J. Salingue. Rencontre avec les parents de Salah Hamouri


Alain Gresh. Al-Zawahiri sur le Hamas, l'Iran et d'autres ...
Uri Avnery. Le lion et la gazelle
René Naba : « Le monde arabe se trouve sous tutelle »

Israël-TPO: Inquiétudes du CICR après la suspension ...


Un peu de stats :
- 112 414 visiteurs en 2008.
- 7 751 entrées (pages ou images). Listes de diffusion :
Assawra : Inscription
Moyen Orient infos
: Inscription
Moyen Orient opinions
: Inscription
Roger Romain
: Inscription

Amicalement,

Jean-Pierre
( Inscription, désinscription de cette newsletter : webmaster )




--
Envoyé par romain dans Palestine occupée le 4/24/2008 08:08:00 PM

11:53 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : palestine, solidarite, sionisme, occupation, hamas, colonialisme, imperialisne, israel, usa, romain, actualite, histoire, courcelles, belgique, general, presse, medias, information, television, silence |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

26/04/2008

10/03/2008: Une invention appelée « le peuple juif »...

-------- Message original --------

Sujet: [Transfer_info] ISRAEL : Une invention appelée « le peuple juif », par Tom Segev
Date: Mon, 10 Mar 2008 15:35:55 +0100
De: sc mailto:silviacattori@bluewin.ch
Pour :: transfer_info@yahoogroupes.fr

Une invention appelée « le peuple juif »

par Tom Segev

in Ha’Aretz, 1er mars 2008

http://www.haaretz.com/hasen/spages/959229.html

traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier

La Déclaration d’Indépendance d’Israël énonce que le peuple juif est apparu en Terre d’Israël, puis qu’il aurait a été exilé de sa patrie natale. Tout élève israélien apprend, à l’école primaire, que cela se serait produit durant la domination romaine, en l’an 70 après J.C. Après quoi, la nation juive serait restée fidèle à sa terre, dans laquelle elle aurait commencé à retourner, après deux millénaires d’exil. « Faux », dit l’historien Shlomo Zand, dans un des ouvrages les plus fascinants – et les plus dérangeants – à avoir été publiés, ici (en Israël), depuis bien longtemps. « Il n’y a jamais eu de « peuple juif », mais seulement une religion juive, et l’exil, lui non plus, ne s’est jamais produit – par conséquent, comment parler de « retour » » ?? Zand rejette la plupart de ces histoires autour de la formation d’une identité nationale, dans la Bible, et notamment l’exode d’Egypte, ainsi (on ne s’en plaindra pas) que les horreurs de la conquête (de Canaan, la Palestine, ndt) sous les ordres de Josué. « Tout ça, c’est de la fiction, c’est une mythologie qui a servi de prétexte à la création de l’Etat d’Israël », affirme-t-il.

D’après M. Zand, les Romains n’exilaient généralement pas un peuple entier, et la plupart des juifs furent autorisés à rester dans le pays. Le nombre des exilés se chiffra au grand maximum en dizaines de milliers. Quand le pays fut conquis par les Arabes, beaucoup parmi les juifs se convertirent à l’Islam, et furent assimilés à la société des conquérants. Il en découle que les ancêtres des Arabes palestiniens étaient des juifs. Zand n’est pas l’inventeur de cette thèse ; trente années avant la Déclaration d’Indépendance d’Israël, David Ben-Gourion l’avait faite sienne, ainsi que Yitzhak Ben-Zvi et bien d’autres.

Si la majorité des juifs n’ont pas été exilés, comment se fait-il qu’ils furent si nombreux à attendre quasiment tous les pays de la Terre ? Zand dit qu’ils ont émigré de leur plein gré ou, pour ceux qui furent exilés à Babylone, ils restèrent dans leur pays d’exil parce qu’ils avaient choisi de le faire. Contrairement à la croyance conventionnelle, la religion juive a tenté d’induire des membres d’autres fois de devenir juifs, ce qui explique de quelle manière il y a eu des millions de juifs, dans le monde entier. Comme l’indique, par exemple, le Livre d’Esther, « Et beaucoup des peuples de la Terre se firent juifs ; en effet, ils avaient été saisis par la crainte des juifs. »

Zand cite beaucoup d’études existantes, dont certaines ont été écrites en Israël, mais évincées du discours consensuel. Il décrit aussi, longuement, le royaume juif d’Himyar, dans le Sud de la Péninsule arabique, et les Berbères juifs, en Afrique du Nord. La communauté juive, en Espagne, découlait d’Arabes qui s’étaient convertis au judaïsme et étaient venus avec les armées qui avaient conquis l’Espagne sur les chrétiens, ainsi que d’individus d’origine européenne, qui s’étaient, eux aussi convertis au judaïsme.

Les premiers juifs d’Ashkénaz (l’Allemagne) ne venaient pas de la Terre d’Israël et ils n’avaient pas atteint l’Europe orientale à partir de l’Allemagne, mais ils s’étaient convertis au judaïsme dans le royaume Khazar, dans le Caucase. Zand explique les origines de la culture yiddish : ce n’était pas une importation juive à partir de l’Allemagne, mais le résultat d’une connexion entre les descendants des Kuzari et les Allemands, qui se rendaient dans les régions orientales de l’Europe, en tant que commerçants, pour certains d’entre eux.

Nous ne sommes pas étonnés, dès lors, de trouver toute une variété de gens et de races, des blonds, des bruns, des basanés et des jaunes, devenus juifs, en grand nombre. D’après Zand, les sionistes ont besoin de leur bricoler une ethnicité commune, et la continuité historique a produit une longue série d’inventions et de fictions, ainsi qu’une invocation permanente de thèses racistes. Certaines ont été concoctées par les esprits des théoriciens du mouvement sioniste, tandis que d’autres ont été présentées comme les constatations d’études génétiques effectuées en Israël.

Le Professeur Zand enseigne à l’Université de Tel Aviv. Son ouvrage « Quand et comment le peuple juif a-t-il été inventé ? » (When and How was the Jewish People Invented ? ») (publié par les éditions Resling, en hébreu), vise à promouvoir l’idée qu’Israël devrait être un « Etat de tous ses citoyens » - juifs, Arabes et autres – par opposition à son identité proclamée de « pays juif et démocratique ». Des histoires personnelles, une discussion théorique profuse et des saillies sarcastiques nombreuses ne servent pas l’ouvrage, mais ses chapitres historiques sont bien écrits, et ils citent de nombreux faits et analyses que beaucoup d’Israéliens seront étonnés de lire pour la toute première fois.

Le moustique de Kiryat Yam

Le 27 mars 1948, une réunion fut organisée, à Haïfa, portant sur le sort des Bédouins de la tribu Arab al-Ghawarina, dans la région de cette ville. « Il faut les faire partir d’ici, afin qu’ils ne viennent pas, eux aussi, compliquer encore nos problèmes », écrivit Yosef Weitz, du Keren Keyameth [le Fonds National Juif], dans ses Mémoires. Deux mois plus tard, Weitz faisait son rapport au directeur de cette institution : « Notre Baie de Haïfa a été totalement évacuée, et il n’y a pratiquement plus personne, de ceux qui s’accrochaient à notre frontière. »

Ils avaient probablement été expulsés en Jordanie ; certains d’entre eux furent autorisés à rester dans le village de Jisr-Az-Zarqa. Le sort des bédouins de la tribu des Arab al-Ghawarina a fait récemment les grands titres de la presse, grâce à Shmuel Sisso, maire du faubourg Kiryat Yam de l’agglomération de Haïfa. Il a, en effet, déposé plainte, à la police, contre Google. La raison ? Un ajout, fait par un des « surfers » de ce site, un habitant de Naplouse, à une photo par satellite du centre de Kiryat Yam, affirmant que la ville de Haïfa a été construite sur les ruines d’un village détruit en 1948, Arab al-Ghawarina. La plainte déposée par Sisso affirme que cette allégation a un caractère diffamatoire.

Voici les faits : Les terres de la Vallée de Zébulon avaient été achetées, dans les années 1920, par le Fonds National Juif et par diverses entreprises de travaux publics, dont une s’appelait Gav Yam. Les Archives sionistes ont le plan, daté 1938, de la création de Kiryat Yam, et une lettre de 1945 qui indique que cette localité comportait déjà une centaine d’habitations. Les cartes gouvernementales de la période du Mandat britannique identifient le territoire sur lequel Kiryat Yam avait été construit sous deux noms : Zevulun Valley [Vallée de Zébulon] et Ghawarina. Ainsi, il appert que ce village n’était pas une implantation (en dur), mais un endroit où résidaient des Bédouins.

Le site web de l’association israélienne Zochrot [Souvenir, en hébreu], indique que 720 personnes y vivaient, en 1948, et que ce territoire a été partagé entre trois kibbutzim : Ein Hamifratz, Kfar Masaryk et Ein Hayam, connu de nos jours sous le nom d’Ein Carmel.

Cette histoire ne cesse de circuler sur Internet, attirant des réponses, qui peuvent être résumées comme suit : « Si Sisso attaque Google en justice parce que celui-ci a affirmé qu’il vit sur les ruines d’un village arabe détruit, on peut en déduire que c’est lui qui n’a pas la conscience très nette. » Sisso, un avocat de cinquante-sept ans, connu pour son affiliation au Likoud, et ancien consul général d’Israël à New York, dit : « Je ne pense pas qu’il y ait quelque chose à redire, mais d’autres personnes pourraient le penser, en particulier des gens vivant à l’étranger, et cela risque de porter atteinte à la réputation de Kiryat Yam, parce que les gens ne voudront plus investir ici. Dès lors que nous ne sommes pas installés à la place d’un village palestinien, pourquoi devrions-nous souffrir, sans aucune raison ? »

Né au Maroc, Sisso est arrivé en Israël en 1955. « J’ai exploré toute la région, et je n’ai vu nulle trace de gens qui auraient vécu ici, avant nous, et qui auraient soi-disant été chassés ?... » Il a demandé à un professeur de droit américain de quelle manière – s’il en existe une – il pourrait attaquer Google en justice pour diffamation, ou pour exiger des dommages et intérêts. C’est-là, dit-il lui-même, la contribution de Kiryat Yam à la lutte contre le droit au retour (des réfugiés palestiniens) !

Cela risque fort d’être le procès le plus retentissant depuis la plainte déposée par Ariel Sharon contre le magazine Time, mais M. le Maire Sisso ne se fait aucune illusion : « Moi, contre Google, c’est comme si un moustique attaquait un éléphant », a-t-il dit, voici de cela quelques jours…

À qui l’Amérique appartient-elle ?

Deux universitaires, Gabi Shefer et Avi Ben-Zvi, ont été les hôtes de l’émission d’information de la Radio israélienne « International Hour », animée par Yitzhak Noy. L’animateur, d’une voix légèrement anxieuse, leur a demandé si les succès de Barack Obama n’étaient pas un signe que les Etats-Unis n’appartiendraient désormais plus à l’homme blanc ? Le Professeur Shefer en a donné confirmation : Obama est un immigré, a-t-il dit. Alors que l’animateur sollicitait à son tour son avis, le Professeur Ben Zvi a, quant à lui, ajouté : « Gabi Shefer a raison ».

Mais ils avaient tort, l’un comme l’autre. Si Obama était un immigré, il ne serait pas éligible à la présidence des Etats-Unis.

Non ; Obama est né à Honolulu. Deux ans après que cette île soit devenue le cinquantième Etat de l’Union…

_
"Lorsqu'un gouvernement est dépendant des banquiers pour l'argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au dessus de la main qui reçoit. [...] L'argent n'a pas de patrie ; les financiers n'ont pas de patriotisme et n'ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain."

Napoléon Bonaparte (1769-1821), Empereur Français


21:05 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, actualite, courcelles, hamas, histoire, sionisme, imperialisme, medias, presse, romain, silence, television |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

21/04/2008: Palestine Solidarité ...



-------- Message original --------

Sujet: [misesajour] 21 avril en Palestine occupee, au Moyen-Orient et en Amerique latine
Date: Mon, 21 Apr 2008 16:23:28 +0200
Répondre à :: misesajour@palestine-solidarite.org


 

Les mises à jour du site
Palestine Solidarité
du 21 avril 2008

 

 



Rubrique :

Actualité :

Originaux :

Sujet :

Dépêches de Palestine et du M.-O. avec 12 agences

Julien Salingue. Retour sur... Les Accords d'Oslo

Julien Salingue. Entretien avec A., incarcéré pendant deux..
Entretien de Fériel Berraies Guigny avec Jacques Hintzy
Entretien de F. B. Guigny avec monsieur Georges Yemy
Note de lecture de F. B. G. Georges Yemy : Tarmac des...


Un peu de stats :
- 110 063 visiteurs en 2008.
- 7 711 entrées (pages ou images). Listes de diffusion :
Assawra : Inscription
Moyen Orient infos
: Inscription
Moyen Orient opinions
: Inscription
Roger Romain
: Inscription

Amicalement,

Jean-Pierre
( Inscription, désinscription de cette newsletter : webmaster )

20:36 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : romain, belgique, actualite, courcelles, histoire, presse, silence, television, hamas, imperailisme, medias |  Facebook | |  Imprimer | | | | |