22/12/2009

20/12/09: La TV israélienne confirme le vol d’organes des Palestiniens ...

La TV israélienne confirme le vol d’organes des Palestiniens 
Publié le dimanche 20 décembre 2009 à 15:58 arabnews.ca -
La télévision israélienne
a confirmé la véracité de l’article paru sur le journal suédois « Aftonbladet », sur le vol d’organes des Palestiniens tués à l’issue d’accrochages avec l’armée israélienne, pour les greffer sur les corps des soldats israéliens blessés.

Des organes comme la cornée, les muscles, et la peau du dos ont été prélevés sur des Palestiniens sans l’accord de leurs familles.

Bien que des médecins légistes israéliens aient récusé le trafic d’organes, une vidéo tournée par Ehud Hass, responsable de médecine légale, dévoilée après dix ans, montre la manière selon laquelle les organes ont été prélevés sur des corps des Palestiniens et ce qui se passait dans les salles obscures d’autopsie.
Depuis les années 80 jusqu’en 2000, où Hass était responsable audit institut et supervisait alors toutes les opérations, des organes étaient prélevés sur des Palestiniens pour qu’ils soient greffés sur les corps des malades israéliens.

Selon la loi israélienne, il est interdit de prélever des organes sur des morts sans l’accord de leurs familles, mais les médecins légistes israéliens autopsiaient les corps et prélevaient des organes, de leur propre chef sans en informer les familles. (…). Les plaintes des familles ont commencé, selon la télévision israélienne, dans les années 90. Mais Hass, qui ne pensait pas que la vidéo qu’il a filmée allait tomber entre les mains de la presse avant sa mort, a toujours nié le vol d’organes.
Le ministère de la santé israélienne a affirmé, en réaction à cette vidéo, que tout ce qui a été fait, l’était conformément à la loi.

13:59 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, usa, presse, guerre, television, romain, israel, occupation, silence, medias, gaza, palestine occupee, imprialisme, colonialiste |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

10/10/2009

30/04/09: Fête d "independance" Mais dequelle indépendance parle Moubarak quand il félicite L'entité sioniste ?

Fête d "independance" Mais dequelle indépendance parle Moubarak quand il félicite L'entité sioniste ?

De Ginette : grianala@yahoo.fr

C'LEILA
Leila Fechtali

Moubarak a félicite l'ennemi sioniste pour ses 61 ans d "indépendance"
mais de quelle "independance" s'agit-il?

l'Etat sioniste existait-il avant d'exproprier la terre de Palestine et de l'occuper par la grâce de la lâchete et de la collaboration des allies de l'Europe imperialiste et de leurs instruments telles que la Societe des Nations créée pour decreter, sans que les peuples de la region aient voix au chapitre, le partage d une terre qui ne leur appartenait pas et en donner 54% a une population étrangère organisée pour la guerre, l' expansion, l'expropriation, le nettoyage ethnique et déterminée sur la base de sa supériorite ethnique à remplacer les Palestiniens sur leur terre contre quelle colonisation l'entite sioniste a-t-elle combattu pour conquerir son "independance"?

Cette mystification de fête d "independance" se poursuit pour nettoyer les cerveaux et l'histoire des attaques, des massacres, des bombardements, des sièges, des attentats et des assassinats qui ont présidé a l implantation d'une societe de colons qui continue aujourd hui à accaparer la terre volée et à exproprier tous les jours plus d'espace, d'habitations, de ressources et à faire régner la terreur sur sa population
Mais la falsification de l "indépendance" ne perd rien pour attendre, malgre les refrains des "deux Etats vivant en paix côte a côte", de "paix juste et durable" et autres distinctions qui légitimisent l'expropriation de 1948, la fin inexorable qu'elle merite et que lui prépare la resistance palestinienne dans sa lutte de libération nationale, dusse-t-elle durer 150 ans de plus

de la mer méditerranée au Jourdain : la Palestine aux Palestiniens

10:41 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, usa, presse, guerre, sionisme, palestine, romain, colonialisme, europe, fascisme, imperialisme, euro-dictature, israel, silence, medias, nazisme |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

17/04/2009

17/04/2009: A nouveau à propos des "beaux" T-shirts de "Tsahal"...

A nouveau à propos des "beaux" T-shirts de "Tsahal"...

Racist and sexist Israeli military shirts.doc (137 ko)

Des polos militaires israéliens imprimés de dessins et de slogans racistes et sexistes mettent en évidence la mentalité qui a généré les crimes de guerre sionistes à Gaza
par Adam Horowitz
on Mondoweiss, 20 mars 2009
http://www.philipweiss.org/mondoweiss/2009/03/racist-and-sexist-military-shirts-show-the-fruits-of-israeli-militarism.html
traduit de l´anglais par Marcel Charbonnier


Ha´aretz (quotidien israélien) continue à divulguer des témoignages de militaires israéliens sur Gaza. Le rapport le plus complet encore jamais publié est disponible ici. La ferveur messianique qui a alimenté la politique israélienne de châtiment collectif est mise à nu. Je ne vais pas le commenter ; pour le moment, je vais simplement le lire.

Il y a un autre reportage, dans le Ha´aretz d´aujourd´hui, que je tiens, en revanche, à commenter. L´article d´Uri Blau, intitulé 'No virgins, no terror attacks´ [Pas de vierges, pas d´attentats terroristes] décrit la pratique des soldats israéliens consistant à faire imprimer les emblèmes de leur unité sur leur uniforme militaire, accompagnés de dessins et de texte. Ci-dessous, vous trouverez quelques exemples de chemises ayant été ainsi imprimées, avec quelques-unes des innombrables images ainsi dupliquées. Ces images n´ont paru que sur le site ouèbe du Ha´aretz en hébreu :



Un T-shirt de tireurs d´élite d´infanterie porte, ainsi, l´inscription « Plutôt utiliser Durex », à côté de l´image d´un enfant palestinien tué, avec sa mère en larmes et un nounours à ses côtés. Un T-shirt d´un tirailleur du bataillon Shaked de la brigade Givati montre une femme palestinienne enceinte, avec une cible sur son ventre, le slogan disant, en anglais : « Un (seul) tir, deux tués ».


Après l´Opération Plomb Coulé, des soldats de ce bataillon ont fait imprimer sur leurs T-shirts un dessin représentant un aigle en train de posséder sexuellement le Premier ministre palestinien (Hamas) Ismail Haniyéh.

Une chemise de « remise de diplôme », pour ceux qui ont terminé un nouveau cours de « tir au pigeons » porte le dessin d´un bébé palestinien, qui grandit, devenant un enfant combattant puis un adulte armé, accompagné de l´inscription : « Peu importe comment ça commence : c´est nous qui nous occupons de la fin ! »

Les chemises arborant des messages à teneur sexuels foisonnent. Ainsi, à titre d´exemple, le bataillon Lavi en a produit une qui représente un soldat près d´une jeune femme couverte d´ecchymoses, avec ce slogan : « Je parierais que tu t´es fait violer !? »

Certaines images, plus rares, mettent en exergue des exactions dont l´armée dénie l´existence - comme la notion de « confirmation de mort » (consistant à tirer une balle dans la tête d´un(e) ennemi(e) à bout portant, afin de s´assurer qu´il (elle) est bien mort(e)), la profanation de sites religions, ou des brutalités à l´encontre de femmes ou d´enfants non combattants.

Le slogan « Que toute mère arabe sache que le sort de son enfant est entre mes mains ! » avait déjà été banni des chemises d´une autre unité d´infanterie. Un soldat de la brigade Givati a toutefois déclaré, voilà quelques jours, qu´à la fin de l´année dernière son peloton avait fait imprimer des dizaines de chemises, de doudounes et de pantalons portant précisément ce slogan.




« Il y a un dessin représentant un soldat (de « Tsahal ») sous les traits de l´Ange de la Mort , à côté d´un canon et d´une ville arabe », explique-t-il. « Le texte était très expressif. Le plus drôle, c´est que quand notre soldat est allé chercher les chemises, l´homme qui les avait imprimées s´est avéré être un Arabe. Le soldat en question s´était senti tellement mal à l´aise qu´il avait dit à la fille, à la caisse, de les lui livrer à la caserne. »


En 2006, des soldats élèves du cours de l´ « Equipe Carmon », qui forme des tireurs d´élites, ont fait imprimer une chemise portant un dessin d´un Palestinien arborant un coutelas, vu à travers le viseur d´un fusil à lunette, avec le slogan : « Il va falloir que tu coures, que tu coures, que tu coures très vite, mon gars, avant que tout soit fini ! ». Au-dessous, le dessin d´une femme arabe éplorée, penchée sur une tombe, avec ces mots : « Et après, elles pleurent ; et après, elles pleurent » [Ces inscriptions sont des parodies d´une chanson populaire].

Une autre chemise de sniper représente, elle aussi, un Arabe dans un collimateur, avec cette annonce : « Tout est fait dans les meilleures intentions. »

Une chemise, imprimée après l´Opération Plomb Coulé, à Gaza, à l´intention du Bataillon 890 de Parachutistes, montre un soldat King-Kong, dans une ville soumise à un assaut en règle. Le slogan est dépourvu d´ambiguïté : « Si tu as cru que ça pourrait être réparé, éh bien, tu va voir que ça peut être détruit ! »

Ces chemises doivent obtenir l´aval des commandants de « Tsahal », et elles font partie de la tradition militaire, bien que leur nature explicite semble un phénomène nouveau. Le Dr Orna Sasson-Levy, sociologue de l´Université Bar-Ilan, a expliqué que ces chemises « font partie intégrante d´un processus de radicalisation que traverse l´ensemble du pays (Israël), et dont les militaires sont aux avant-postes. » Sergiey Sandler, un militant antimilitariste israélien, actif dans l´importante association New Profile, a diffusé cet article par mél, expliquant que ces chemises « sont une tradition de longue date, dans les unités de l´armée israélienne ; vous voyez de telles chemises, bien qu´habituellement, avec des dessins moins outrageants, dans les rues, partout. C´est là un spectacle qui en dit bien davantage qu´un tombereau de commentaires, n´est-ce pas ? »

Je ne pense pas que ce type de chemises « ornées » soit un phénomène uniquement israélien. Je parie qu´il en existe de similaires, créées par les soldats US en Irak. Mais elles sont indicatives d´un environnement où des crimes de guerre massifs sont susceptibles d´être perpétrés. Elles sont le reflet d´une mentalité dans laquelle la vie des Palestiniens est méprisée, voire où elle n´est même pas reconnue. Un des soldats l´a très bien dit, dans son témoignage décrivant de quelle manière une mère et ses deux enfants ont été tués délibérément. : « L´ambiance, de manière générale, d´après ce que j´ai compris à partir de ce que la plupart des hommes placés sous mes ordres m´ont dit... je ne sais pas comment la qualifier... La vie des Palestiniens, disons, est quelque chose de vraiment, vraiment moins important que celle de nos soldats. En ce qui les concerne, en tout cas, c´est ainsi qu´ils justifient
ça... »

21:01 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, usa, presse, guerre, palestine, romain, racisme, fascisme, imperialisme, israel, silence, gaza, nazisme |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

15/02/2009

10/02/2009: Les Irlandais lancent un appel au boycott d’Israël ...

----- Original Message -----
From: Morad
Sent: Tuesday, February 10, 2009 10:22 AM
Subject: [Transfer_info] IRLANDE : Appel au boycott d'Israel

Les Irlandais lancent un appel au boycott d’Israël
 
mardi 3 février 2009

Les lecteurs de l’Irish Times du 31 janvier ont pu voir, en page 5, un "appel irlandais pour une justice en Palestine" lancé par environ 300 signataires, dont des députés, des sénateurs, des leaders politiques (dont Gerry Adams), des dirigeants de syndicats, des professeurs, des musiciens connus, des célébrités culturelles...

Cet appel ne figure pas sur la version internet de l’I.T. mais l’édition du samedi est celle qui est la plus lue en Irlande. Il est d’ailleurs demandé, au bas de la page, de relayer le plus possible cet appel dans le monde, et de faire en sorte qu’il soit reproduit avec la mention "paru dans le Irish Times le 31 janvier 2009".

En voici le texte :

"Les bombardements sur Gaza ont tué plus de 1300 Palestiniens, dont un tiers d’enfants. Des milliers d’autres ont été blessés, certains s’étant réfugiés dans des bâtiments de l’ONU. Source Irish Times du 31 janvier

Cet assaut est survenu après un an de blocus économique organisé par Israël. Le blocus, interdit par les lois humanitaires internationales, a détruit l’économie de la bande de Gaza et condamné sa population à la pauvreté. Selon un rapport de la Banque Mondiale, "98% de l’activité industrielle est à l’arrêt". Les dernières attaques d’Israël sur Gaza ont été le plus récent volet de l’oppression du peuple palestinien par Israël, et sa volonté de s’approprier leur terre.

Israël n’a jamais déclaré ses frontières. Au contraire, il s’est continuellement étendu aux dépenss des Palestiniens. En 48, Israël s’était déjà emparé de 78% de la Palestine, beaucoup plus que ce que l’Assemblée Générale de l’ONU avait octroyé à l’état juif en 47. Au mépris de toutes les lois internationales, Israël a expulsé plus de sept cent mille Palestiniens de leurs maisons.. Ces réfugiés et leurs descendants, qui maintenant approchent du million, sont dispersés un peu partout dans la région. Ils ont le droit au retour, d’après la juridiction internationale. Ce droit a été confirmé plusieurs fois à l’ONU, à commencer par la résolution 194 en 1948.

En 1967, Israël a occupé les 22% qu’il restait de la Palestine : la Cisjordanie et Gaza. Ne respectant aucunement l’article 49 de la Convention de Genève, Israël a construit et continue de le faire, des colonies d’occupation sur ces territoires occupés. Aujourd’hui, on peut trouver environ 500 000 colons israéliens vivant dans les colonies de Cisjordanie (Jerusalem-Est inclus), et leur nombre croît quotidiennement au fur et à mesure qu’Israël étend ses programmes d’implantations.

Israël a résisté à la pression de la Communauté Internationale en continuant à ne pas respecter les lois internationales :

Non à la demande internationale d’arrêter les implantations et de détruire celles déjà construites (Résolutions 446, 452 et 465 du Conseil de Sécurité),

refus de rendre ses annexions illégales à Jérusalem Est (Résol. 252, 267, 271, 298, 476, 478).

Depuis septembre 2000, plus de 5 mille Palestiniens, dont mille mineurs, ont été tués par l’armée israélienne.

Onze mille Palestiniens, parmi eux des mineurs, sont internés dans des prisons israéliennes. Des centaines sans même avoir été jugés. De plus, Israël ne respecte pas, ici non plus, la loi internationale en les emprisonnant en dehors des territoires occupés, compliquant ainsi la vie de leurs familles, en rendant les visites quasi-impossibles..

Chaque année, des centaines de maisons palestiniennes sont détruites.

La population palestinienne de Cisjordanie et de Gaza vit emprisonnée derrière des murs, des barrières de défense et des checkpoints, qui les empêchent d’avoir accès aux commerces, aux écoles, à leur travail, aux hopitaux et aux lieux de culte. Ils sont soumis aux restrictions de toutes sortes et à des rituels d’humiliation quotidiens par les soldats de l’armée d’occupation et les gardes des check-points.

Invasion, occupation, privation de leur terre est la réalité à laquelle doivent faire face les Palestiniens depuis de nombreuses années, de façon quotidienne, pendant que leur pays est déchiqueté sans remords.

Sans un arrêt de ces agressions d’Israël, et si des droits démocratiques ne sont pas reconnus au peuple palestinien, il n’y aura ni justice ni paix au Moyen Orient. Il doit être mis fin à l’occupation vieille de 40 ans de la Cisjordanie et de Gaza par Israël.

L’occupation peut se terminer si une pression politique et économique est exercée sur Israël par la communauté internationale. C’est d’ailleurs ce que réclament les Palestiniens : que la communauté internationale intervienne.

Nous, signataires, lançons l’appel suivant :

que le gouvernement irlandais cesse ses achats de produits et de services militaires à Israël et appelle publiquement à un embargo militaire contre Israël

que le gouvernement irlandais demande publiquement que l’accord Euro-Med qui permet à Israël d’avoir un accès privilétié au marché de l’Union Européenne soit suspendu tant qu’Israël ne respectera pas la Loi Internationale.

que le gouvernement irlandais s’oppose à toute nouvelle proposition de relations entre l’U.E. et Israël,

que le peuple irlandais boycotte les marchandises et services israéliens tant qu’Israël ne respectera pas la loi internationale.

 

(Traduit par Claudine LUSCHER pour CAPJPO-EuroPalestine)

CAPJPO-EuroPalestine

http://oumma.com/Les-Irlandais-lancent-un-appel-au

20:11 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, actualite, courcelles, usa, guerre, palestine, romain, colonialisme, democratie, fascisme, imperialisme, israel, agressions, hamas, droits de l homme, gaza |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

11/02/2009

09/02/2009: Gaza : Est-ce vraiment une victoire ?

 
-------Message original-------
 
Date : 9/02/2009 11:13:12
Sujet : Gaza : Est-ce vraiment une victoire ?
 


Un journal russe très connu pour son soutien indéfectible à la cause sioniste a fait paraître un article à la page 7 intitulé : « Est-ce vraiment une victoire ». En voici la traduction


« Si nous sommes entrés à Gaza pour récupérer CHALIT,
Nous sommes revenus sans lui.

Si nous sommes entrés à Gaza pour arrêter les tirs de roquettes,
La portée de ces roquettes s´allonge de jour en jour, menaçant une grande partie de l´Etat hébreu.

Si nous sommes entrés à Gaza pour exterminer le HAMAS,
Nous avons fini par lui assurer une légitimité au sein de la population de Gaza.

Si nous sommes entrés à Gaza pour l´occuper,
Nous avons annoncé que nos forces d´élite ne pouvaient pas même entrer d´un mètre au coeur de Gaza.

Si nous sommes entrés à Gaza pour montrer que nous avions le mot final,
Alors qu´en réalité, la guerre s´est arrêtée quand la résistance de Hamas à décidé de l´arrêt des combat et non pas sur notre décision.

Si nous sommes entrés à Gaza pour faire une parade de notre force,
Pour cela il fallait se contenter d´un défilé militaire à Tel Aviv.

Si nous sommes entrés à Gaza pour exterminer les chefs de Hamas,
Nous avons éliminé seulement deux parmi 500 chefs dans le mouvement.

Si nous sommes entrés à Gaza pour gagner le soutien international,
L´opinion mondiale s´est retournée contre nous ; ceux qui étaient pour notre cause sont désormais contre nous.

Si nous sommes entrés à Gaza pour regagner de la confiance pour nos soldats,
Nous les avons rendus encore plus peureux et lâches, et nous avons permis aux combattants de Hamas de gagner plus de confiance en eux.

Si nous sommes entrés à Gaza pour démontrer notre force de riposte,
Il s´est avéré les armes (les plus perfectionnées) sont en notre possession, mais nous ne savons pas les utiliser ; l´expérience des deux guerres de 2006 et 2008 le démontrent et nous n´avons pas réussi à faire plier ni le HezboAllah, ni le Hamas. De plus, les responsable du Hamas ont gagné plus de notoriété et Dieu seul sait ce qui nous attend dans l´avenir après avoir semé cette culture de la résistance parmi les peuples de la région ; n´oublions pas que durant toutes nos rencontres avec les responsables du Hamas durant la guerre dans le but d´arrêter les combats, pas une fois nous n´avons soulevé une demande de la part du Hamas pour l´arrêt des combats jusqu´à ce que nous l´avions demandé nous-même. Alors, permettez-moi de me poser cette question : qui a eu le dessus sur l´autre ? Dieu seul le sait. Actuellement, plus de 8000 habitants du sud d´Israël tremblent de peur quand on évoque le nom du Hamas, et
regagnent les abris.

La guerre a coûté 10,5 trillons de $, équivalant au budget de 40 ans de propagande médiatique pour embellir l´image des juifs dans le monde. En 22 jours, l´armée Israélienne détruit toutes sa propagande."

Pour ce qui est des pertes humaines parmi les militaires qui étaient au front ainsi que les civils, l´auteur de l'article écrit : "Le nombre de pertes humaines lors de cette guerre contre Gaza, je le connais ; Olmert et Barak le connaissent également, et nous ne pouvons les communiquer." »

L'article finit ainsi :

"Arrêtons de mentir, nous n'avons pas gagné !"

.

20:55 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, actualite, courcelles, usa, presse, guerre, sionisme, palestine, television, romain, racisme, colonialisme, fascisme, imperialisme, euro-dictature, israel, colinialisme, silence, paix, medias, information, gaza, nazisme |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

08/02/2009

08/02/2009: Gerry Adams et 300 personnalités irlandaises appellent au boycott d'Israël...

 

Gerry Adams et 300 personnalités irlandaises appellent au boycott d'Israël
Irish Times  
 
Les Irlandais lancent un appel au boycott d¹Israël : une pleine page dans le "Irish Times" et demandent de relayer dans le monde... Les lecteurs de l¹Irish Times du 31 janvier ont pu voir, en page 5, un "appel irlandais pour une justice en Palestine" lancé par environ 300 signataires, dont des députés, des sénateurs, des leaders politiques (dont Gerry Adams), des dirigeants de syndicats, des professeurs, des musiciens connus, des célébrités culturelles...
 
31 janvier

Source: CAPJPO-EuroPalestine


Cet appel ne figure pas sur la version internet de l¹I.T. mais l¹édition du samedi est celle qui est la plus lue en Irlande. Il est d¹ailleurs demandé, au bas de la page, de relayer le plus possible cet appel dans le monde, et de faire en sorte qu¹il soit reproduit avec la mention "paru dans le Irish Times le 31 janvier 2009".

En voici le texte :

"Les bombardements sur Gaza ont tué plus de 1300 Palestiniens, dont un tiers d¹enfants. Des milliers d¹autres ont été blessés, certains s¹étant réfugiés dans des bâtiments de l¹ONU.

Cet assaut est survenu après un an de blocus économique organisé par Israël. Le blocus, interdit par les lois humanitaires internationales, a détruit l¹ économie de la bande de Gaza et condamné sa population à la pauvreté. Selon un rapport de la Banque Mondiale, "98% de l¹activité industrielle est à l¹ arrêt". Les dernières attaques d¹Israël sur Gaza ont été le plus récent volet de l¹oppression du peuple palestinien par Israël, et sa volonté de s¹ approprier leur terre.

Israël n¹a jamais déclaré ses frontières. Au contraire, il s¹est continuellement étendu aux dépenss des Palestiniens. En 48, Israël s¹était déjà emparé de 78% de la Palestine, beaucoup plus que ce que l¹Assemblée Générale de l¹ONU avait octroyé à l¹état juif en 47. Au mépris de toutes les lois internationales, Israël a expulsé plus de sept cent mille Palestiniens de leurs maisons. Ces réfugiés et leurs descendants, qui maintenant approchent du million, sont dispersés un peu partout dans la région. Ils ont le droit au retour, d¹après la juridiction internationale. Ce droit a été confirmé plusieurs fois à l¹ONU, à commencer par la résolution 194 en 1948.

En 1967, Israël a occupé les 22% qu¹il restait de la Palestine : la Cisjordanie et Gaza. Ne respectant aucunement l¹article 49 de la Convention de Genève, Israël a construit et continue de le faire, des colonies d¹ occupation sur ces territoires occupés. Aujourd¹hui, on peut trouver environ 500 000 colons israéliens vivant dans les colonies de Cisjordanie (Jerusalem-Est inclus), et leur nombre croît quotidiennement au fur et à mesure qu¹Israël étend ses programmes d¹implantations.

Israël a résisté à la pression de la Communauté Internationale en continuant à ne pas respecter les lois internationales :

Non à la demande internationale d¹arrêter les implantations et de détruire celles déjà construites (Résolutions 446, 452 et 465 du Conseil de Sécurité),

refus de rendre ses annexions illégales à Jérusalem Est (Résol. 252, 267, 271, 298, 476, 478).

Depuis septembre 2000, plus de 5 mille Palestiniens, dont mille mineurs, ont été tués par l¹armée israélienne.

Onze mille Palestiniens, parmi eux des mineurs, sont internés dans des prisons israéliennes. Des centaines sans même avoir été jugés. De plus, Israël ne respecte pas, ici non plus, la loi internationale en les emprisonnant en dehors des territoires occupés, compliquant ainsi la vie de leurs familles, en rendant les visites quasi-impossibles.

Chaque année, des centaines de maisons palestiniennes sont détruites. La population palestinienne de Cisjordanie et de Gaza vit emprisonnée derrière des murs, des barrières de défense et des checkpoints, qui les empêchent d¹avoir accès aux commerces, aux écoles, à leur travail, aux hopitaux et aux lieux de culte. Ils sont soumis aux restrictions de toutes sortes et à des rituels d¹humiliation quotidiens par les soldats de l¹armée d¹occupation et les gardes des check-points.

Invasion, occupation, privation de leur terre est la réalité à laquelle doivent faire face les Palestiniens depuis de nombreuses années, de façon quotidienne, pendant que leur pays est déchiqueté sans remords.

Sans un arrêt de ces agressions d¹Israël, et si des droits démocratiques ne sont pas reconnus au peuple palestinien, il n¹y aura ni justice ni paix au Moyen Orient. Il doit être mis fin à l¹occupation vieille de 40 ans de la Cisjordanie et de Gaza par Israël.

L¹occupation peut se terminer si une pression politique et économique est exercée sur Israël par la communauté internationale. C¹est d¹ailleurs ce que réclament les Palestiniens : que la communauté internationale intervienne.

Nous, signataires, lançons l¹appel suivant :

- que le gouvernement irlandais cesse ses achats de produits et de services militaires à Israël et appelle publiquement à un embargo militaire contre Israël

- que le gouvernement irlandais demande publiquement que l¹accord Euro-Med qui permet à Israël d¹avoir un accès privilétié au marché de l¹Union Européenne soit suspendu tant qu¹Israël ne respectera pas la Loi Internationale.

- que le gouvernement irlandais s¹oppose à toute nouvelle proposition de relations entre l¹U.E. et Israël,

- que le peuple irlandais boycotte les marchandises et services israéliens tant qu¹Israël ne respectera pas la loi internationale. (tiré d'Investig'action)

20:18 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, actualite, courcelles, presse, guerre, sionisme, palestine, romain, belgique, racisme, colonialisme, fascisme, imperialisme, israel, occupation, silence, gaza, nazisme |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

18/01/2009

18/01/2009: Israël, agent de la contre-révolution mondiale...

 

From: alterinfonet.org Agence de presse associative
Sent: Sunday, January 18, 2009 7:24 PM
Subject: Israël, agent de la contre-révolution mondiale


En confirmant à Gaza, de la plus sinistre manière, que l’Etat sioniste n’a jamais eu qu’une politique : éliminer toute présence palestinienne de la terre de Palestine, il révèle au monde entier sa réalité d’Etat guerrier, raciste et réactionnaire. Les souffrances qu’il inflige au peuple palestinien expriment l’horrible réalité de cet Etat (fondé par l’ONU et qui insulte l’ONU en permanence) Par Comaguer > comaguer@orange.fr
Israël, agent de la contre-révolution mondiale
Etat guerrier

En guerre permanente, Israël - 6 millions d’habitants soit 1 millième de la population mondiale - est un important acteur de l’économie mondiale des armes : 6° importateur et 12° exportateur. Encore ces chiffres sont-ils sujets à caution dans la mesure où l’extrême imbrication du complexe militaro-industriel étasunien et de son petit frère israélien (imbrication voulue et organisée par le pouvoir étasunien) peut brouiller les chiffres.

Par exemple : General Dynamics, un des grands producteurs d’armes US, est propriété à 25 % d’ELBIT, second producteur d’armes israélien. Faut-il imputer 25 % des ventes d’armes du premier à l’Etat du second ? Armes de destruction massive : Israël possède autant d’armes nucléaires que l’Inde et le Pakistan réunis. Israël dispose d’armes chimiques et bactériologiques (ADM bi/multi-usage, photo ci-dessus), Israël consacre 9% de son PIB à la guerre : un des chiffres les plus élevés du monde.

Etat réactionnaire à activité mondiale

En guerre depuis 60 ans contre les Palestiniens et contre les Etats voisins qui, à un moment ou à un autre, ont essayé de les soutenir, Israël a développé des techniques et des industries de guerre qu’il vend dans le monde entier. Cette activité permanente et constitutive de l’Etat sioniste prend diverses formes :

- vente de matériel de guerre ou de surveillance policière ou d’espionnage
- formation de personnel pour la lutte antiguérilla
- encadrement de milices paramilitaires dans des pays où le régime en place est menacé par des révoltes populaires.

Quelques exemples parmi de nombreux autres :

- Colombie : le savoir faire sioniste a été mis au service du narco-président Uribe pour l’aider à détruire la guérilla des FARC.

- Géorgie : les conseillers militaires israéliens ont préparé l’armée géorgienne à l’attaque de l’Ossétie du sud et de l’Abkhazie et ont installé sur le sol géorgien des bases de missiles pouvant atteindre l’Iran.

- Azerbaïdjan : entraînement des officiers en Israël.

- Inde : Israël est le second fournisseur d’armes de l’Inde et des groupes hindous fondamentalistes sont formés par des agents israéliens pour organiser des actions terroristes meurtrières contre la population musulmane.

- Pakistan : l’opération actuelle de déstabilisation du pays a pour objectif final la destruction de l’armement nucléaire pakistanais que les sionistes ont baptisé : « la bombe atomique islamique » et les services secrets israéliens y jouent un rôle très actif.

- Sri-lanka : des conseillers israéliens aident le gouvernement de Colombo dans sa lutte d’extermination des rebelles tamouls.

- Soudan : les conseillers israéliens ont formé les rébellions du Sud du pays pour les aider à faire tomber le régime de Khartoum qui a toujours soutenu les Palestiniens.

- Etats-Unis : la surveillance du mur de 3500 kms séparant les USA du Mexique est assurée par du matériel israélien.

Il arrive souvent qu’Israël fasse en coulisse la sale besogne d’armer des contre-révolutionnaires quand les USA veulent « garder les mains propres ». On se souvient que dans l'opération secrète de l'IranGate, des intermédiaires israéliens fournirent des armes US à l’Iran pour éviter que l’Irak ne gagne la guerre et qu'avec l'argent de la vente ces mêmes intermédiaires, à la demande des Etats-Unis, livrèrent des armes aux contre-révolutionnaires nicaraguayens.

Ce commerce de la mort est d’autant plus florissant, ces outils et ces techniques s’exportent d’autant mieux qu’elles ont été expérimentées sur des cibles palestiniennes vivantes.

Seule la défaite de l’Etat sioniste peut mettre un terme à ce commerce sanglant.

L’État sioniste n’est pas seulement le bourreau du peuple palestinien, il est aussi un rouage important de la contre-révolution mondiale orchestrée par les USA.

La lutte acharnée du peuple palestinien contre l’Etat sioniste, qu’elle commence à faire vaciller, est un point clé de la lutte mondiale contre la catastrophe capitaliste en cours.

Comité comprendre et agir contre la guerre, Marseille

Source :
Comaguer
http://ism-france.org/news/article.php?id

body {background:#FFF;}

Alter Info l'Information Alternative

20:51 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, actualite, usa, presse, guerre, sionisme, palestine, television, romain, belgique, colonialisme, fascisme, solidarite, imperialisme, euro-dictature, israel, occupation, silence, paix, information, nazisme, cxourcelles, gaa |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

15/01/2009

14/01/2008: Monsieur Obama, à propos de vos deux filles, vous oubliez quelque chose...

Date : 14/01/2009 17:41:38
Sujet : Monsieur Obama, à propos de vos deux filles, vous oubliez quelque chose...
 


Monsieur Obama, à propos de vos deux filles,
vous oubliez quelque chose...


Michel Collon

Cher Monsieur Obama,

Vous avez déclaré à propos du conflit entre Israël et les Palestiniens : "Si quelqu'un tirait des roquettes sur ma maison où mes deux filles dorment chaque soir, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour faire cesser cela."

Protéger vos enfants ? Comme je vous comprends! Mais, pour être tout à fait correct envers vos filles, ne devriez-vous pas leur raconter l'histoire de cette maison ? Dire que vous l'avez volée à ses propriétaires ? Et aussi le jardin, et tous les champs autour ! Et que vous avez obligé l'ancien propriétaire à aller vivre dans la niche du chien ? Car c'est exactement ce qu'Israël a fait en volant leurs maisons et leurs terres aux Palestiniens, et en les forçant à vivre dans des camps de réfugiés (voir les livres d'historiens israéliens comme Benny Morris).

Dès lors, cher Monsieur Obama, pourriez-vous prétendre vivre dans cette maison tranquillement, comme si de rien n'était ? Alors, juste une question : votre "changement" consistera-t-il à répéter ces vieux mensonges sur la maison, déjà ressassés par tous vos prédécesseurs ?

Recevez, cher Monsieur Obama, mes meilleurs sentiments. Et dites à vos amis que, sur cette terre de Palestine, il y a de la place pour tout le monde. A moins qu'une différence de religion ou de couleur de peau pose un problème à quelqu'un ?

Michel Collon
13 janvier 2009

Retrouvez chaque jour des témoignages, analyses, critiques d'infos sur Gaza à
www.michelcollon.info

16:08 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, usa, presse, guerre, sionisme, palestine, television, romain, colonialisme, fascisme, imperialisme, israel, silence, information, nazisme, obama |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

13/01/2009

13/01/2009: Des médecins évoquent l'usage "d'un nouveau type d'arme" à Gaza ...

Monstrueux !! Après les bombes à l'uranium appauvrit... ils se servent des gazouis pour expérimenter leurs bombes au phosphore blanc... Il y'a eu plusieurs dénonciations comme par Human Rights Watch. Information évidemment démentie par le gouvernement israélien alors que les faits sont là. 
 
Des médecins évoquent l'usage "d'un nouveau type d'arme" à Gaza
 
Des blessés d'un type nouveau – adultes et enfants dont les jambes ne sont plus que des trognons brûlés et sanguinolents – ont été montrés ces derniers jours par les télévisions arabes émettant de Gaza. Dimanche 11 janvier, ce sont deux médecins norvégiens, seuls occidentaux présents dans l'hôpital de la ville, qui en ont témoigné.

Les docteurs Mads Gilbert et Erik Fosse, qui interviennent dans la région depuis une vingtaine d'années avec l'organisation non gouvernementale (ONG) norvégienne Norwac, ont pu sortir du territoire la veille, avec quinze blessés graves, par la frontière avec l'Egypte. Non sans ultimes obstacles : "Il y a trois jours, notre convoi, pourtant mené par le Comité international de la Croix-Rouge, a dû rebrousser chemin avant d'arriver à Khan Younès, où des chars ont tiré pour nous stopper", ont-ils dit aux journalistes présents à Al-Arish.

Deux jours plus tard, le convoi est passé, mais les médecins, et l'ambassadeur de Norvège venu les accueillir, furent bloqués toute la nuit "pour des raisons bureaucratiques" à l'intérieur du terminal frontalier égyptien de Rafah, entrouvert pour des missions sanitaires seulement. Cette nuit-là, des vitres et un plafond du terminal furent cassés par le souffle d'une des bombes lâchées à proximité.

"A 2 MÈTRES, LE CORPS EST COUPÉ EN DEUX; À 8 MÈTRES, LES JAMBES SONT COUPÉES, BRÛLÉES"

"A l'hôpital Al-Chifa, de Gaza, nous n'avons pas vu de brûlures au phosphore, ni de blessés par bombes à sous-munitions. Mais nous avons vu des victimes de ce que nous avons toutes les raisons de penser être le nouveau type d'armes, expérimenté par les militaires américains, connu sous l'acronyme DIME – pour Dense Inert Metal Explosive", ont déclaré les médecins.

Petites boules de carbone contenant un alliage de tungstène, cobalt, nickel ou fer, elles ont un énorme pouvoir d'explosion, mais qui se dissipe à 10 mètres. "A 2 mètres, le corps est coupé en deux; à 8 mètres, les jambes sont coupées, brûlées comme par des milliers de piqûres d'aiguilles. Nous n'avons pas vu les corps disséqués, mais nous avons vu beaucoup d'amputés. Il y a eu des cas semblables au Liban sud en 2006 et nous en avons vu à Gaza la même année, durant l'opération israélienne Pluie d'été. Des expériences sur des rats ont montré que ces particules qui restent dans le corps sont cancérigènes", ont-ils expliqué.

Un médecin palestinien interrogé, dimanche, par Al-Jazira, a parlé de son impuissance dans ces cas : "Ils n'ont aucune trace de métal dans le corps, mais des hémorragies internes étranges. Une matière brûle leurs vaisseaux et provoque la mort, nous ne pouvons rien faire." Selon la première équipe de médecins arabes autorisée à entrer dans le territoire, arrivée vendredi par le sud à l'hôpital de Khan Younès, celui-ci a accueilli "des dizaines" de cas de ce type.

Les médecins norvégiens, eux, se sont trouvés obligés, ont-ils dit, de témoigner de ce qu'ils ont vu, en l'absence à Gaza de tout autre représentant du "monde occidental" – médecin ou journaliste : "Se peut-il que cette guerre soit le laboratoire des fabricants de mort ? Se peut-il qu'au XXIe siècle on puisse enfermer 1,5 million de personnes et en faire tout ce qu'on veut en les appelant terroristes ?"

Arrivés au quatrième jour de la guerre à l'hôpital Al-Chifa qu'ils ont connu avant et après le blocus, ils ont trouvé un bâtiment et de l'équipement "au bout du rouleau", un personnel déjà épuisé, des mourants partout. Le matériel qu'ils avaient préparé est resté bloqué au passage d'Erez.

"Quand cinquante blessés arrivent d'un coup aux urgences, le meilleur hôpital d'Oslo serait à la peine, racontent-ils. Ici, les bombes pouvaient tomber dix par minutes. Des vitres de l'hôpital ont été soufflées par la destruction de la mosquée voisine. Lors de certaines alertes, le personnel doit se réfugier dans les corridors. Leur courage est incroyable. Ils peuvent dormir deux à trois heures par jour. La plupart ont des victimes parmi leurs proches, ils entendent à la radio interne la litanie des nouveaux lieux attaqués, parfois là où se trouve leur famille, mais doivent rester travailler… Le matin de notre départ, en arrivant aux urgences, j ai demandé comment s'était passé la nuit. Une infirmière a souri. Et puis a fondu en larmes."

A ce moment de son récit, la voix du docteur Gilbert vacille. "Vous voyez, se reprend-il en souriant calmement, moi aussi…"


Sophie Shihab
 
 

Human Rights Watch dénonce l'usage de bombes au phosphore

 

L'organisation humanitaire Human Rights Watch (HRW) a accusé Israël, samedi 10 janvier, d'utiliser des bombes au phosphore blanc lors de son offensive dans la bande de Gaza. Ce type de munitions est utilisé pour créer un nuage dissimulant les opérations militaires ou alors illuminer des zones de combat. Il n'est pas formellement interdit par la législation internationale mais ce produit chimique a "un important effet incendiaire secondaire qui peut infliger de graves brûlures", indique HRW. Il s'enflamme au contact de l'oxygène et provoque immédiatement des incendies. Le protocole III de la convention de 1980 sur les armes conventionnelles interdit son utilisation contre les populations civiles ou contre les soldats installés en milieu urbain.

 
 
Source : lemonde.fr
 
Il peut en effet provoquer des brûlures de la peau, et des lésions au foie, aux reins et aux poumons. Plusieurs sources médicales dans la bande de Gaza ainsi que des témoins ont indiqué que des blessés étaient couverts de brûlures. Le docteur Youssef Abou Rich de l'hôpital Nasser, à Khan Younès, a notamment assuré que ces brûlures ne pouvaient provenir que de bombes au phosphore.
 
Plusieurs victimes citées par l'agence Associated Press racontent comment "la fumée blanche venue du ciel a fait se décoller la peau sur le visage et les membres". Un témoin joint par téléphone dans la ville de Gaza affirme que ces munitions ont été utilisées dès le début de l'opération terrestre et qu'il a vu des incendies se déclarer après "l'explosion de gerbes de fumée blanche".
 
HRW a observé, depuis la frontière avec la bande de Gaza, qu'au-dessus du camp de Jabaliya, au nord de l'enclave, les déflagrations d'obus ressemblaient très vraisemblablement à des obus au phosphore. Le porte-parole de l'armée, le major Avital Leibovitch, a assuré que "l'armée n'utilisait que des armes en conformité avec les normes internationales".
 
Après le bombardement d'une école des Nations unies par l'armée israélienne, le 6 janvier, qui a causé la mort de plus de quarante Palestiniens, principalement des civils, HRW avait déjà demandé une commission d'enquête "sérieuse et indépendante".

"MARQUER LES CIBLES"
 

Le quotidien britannique Times a publié, jeudi, des photos de stocks de munitions à la frontière de la bande de Gaza. Des obus de fabrication américaine portaient la mention M825A1. Or, selon un expert militaire de la revue militaire spécialisée Jane's, cette identification correspond à des bombes au phosphore.
 
Le journal londonien a indiqué que selon un porte-parole de l'armée israélienne, les M825A1 "sont utilisés pour marquer les cibles. Il n'y a pas de charge explosive ni de phosphore à l'intérieur". Des images diffusées par plusieurs chaînes de télévision présentes dans la bande de Gaza ne laissent pourtant guère de doute sur le fait que des blessés ont été grièvement brûlés à Khan Younès par une substance chimique. Quelques-uns ont pu être interrogés.
 
Tsahal avait reconnu avoir utilisé des bombes au phosphore lors de la seconde guerre du Liban au cours de l'été 2006. Les mêmes bombes que les Américains ont lancé en Irak, lors de la bataille de Fallouja, en novembre 2004, contre les forces rebelles qui avaient pris le contrôle de cette ville sunnite à l'ouest de Bagdad.
 
Michel Bôle-Richard

11/01/2009

01/01/09: Tzipora, l´oiseau de malheur, tueuse née et diplômée: Portrait d'une criminelle de guerre...

 
 
-------Message original-------
 
Date : 01/11/09 18:56:49
 

Tzipora, l´oiseau de malheur, tueuse née et diplômée

"Basta ! ????" <
azls2006@yahoo.fr>
Ginette :

Portrait d'une criminelle de guerre
Par AEH, 11 janvier 2009

Aux côtés du Premier ministre Ehud Olmert, qu´elle aurait du remplacer après sa fausse démission pour affaires de corruption, d´Ehud Barak, ministre de la Défense, de Shimon Pérès, Président de la République (Note de RoRo: Prix Nobel de la ... guerre!) et du chef d´État-major au nom de beau-fils idéal, Gaby Ashkenazi, Tzipi Livni est une des 5 principales responsables des crimes de guerre commis depuis le 27 décembre à Gaza. Elle est actuellement 2ème vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères. Madame Livni serait l´une des principales inculpées par la Cour pénale internationale de La Haye au cas où celle-ci se déciderait (un jour, peut-être) à inculper les auteurs de l´Opération « Plomb jeté ». Autant faire sa connaissance. Car Tzipi a le crime dans le sang. Et elle pourrait se défendre toute seule puisqu´elle dispose d´une solide formation juridique.

Tzipora (« oiseau » en hébreu) n´est pas la fille de n´importe qui. Ses parents, Eitan Livni, et Sara Rosenberg, des immigrants polonais, furent le premier couple juif marié dans l'État d'Israël, le 16 mai 1948, au lendemain de sa proclamation. Eitan et Sara étaient des combattants de l´Irgun, une des trois organsations sionistes de combat (avec la Haganah et le Palmach) qui devaient ensuite constituer l´armée d´Israël. Directeur des opérations de l'Irgoun, Eitan fut celui qui organisa l'attentat contre le siège de l´administration britannique, situé dans l'hôtel King David à Jérusalem le 22 juillet 1946 (91 morts, 46 blessés). Plus tard il fut membre du Likoud et parlementaire. Une carte d'Israël Sur sa pierre tombale au cimetière Nahalat Itzhak, à Tel-Aviv, est gravée une carte du « Grand Israël biblique », dont les frontières s'étendent au-delà du Jourdain. Au centre, un fusil à baïonnette et les mots «Rak
Kach» («seulement ainsi» en hébreu), la devise de l´Irgoun. Sacrée hérédité !
Née à Tel Aviv le 5 juillet 1958, est devenue lieutenant lors de son service militaire, puis a été recrutée par le Mossad, pour lequel elle a opéré comme « agent de terrain » en Europe, de 1980 à 1984. Basée à Paris, elle a durant ces années travaillé avec les commandos du Mossad chargés d´éliminer des résistants palestiniens, qualifiés bien sûr de « terroristes ». Elle a donc appris à tuer dès sa prime jeunesse.
Elle a enchaîné sur des études de droit à la fac de Bar-Ilan, après quoi elle a ouvert un cabinet spécialisé en droit public et commercial. En 1996, elle est nommée directrice de l'Office des sociétés d'État. Dans ce rôle, elle est chargée de la privatisation des compagnies et des monopoles d'État. Une tueuse donc, mais une tueuse néo-libérale.
De 2001 à 2003 elle est ministre de la Coopération régionale au sein du 29ème gouvernement dirigé par Ariel Sharon, puis de l'Agriculture et du Développement rural. En 2003, au sein du 30ème gouvernement elle est successivement Ministre du Logement, de l'Intégration, de la Justice et des Affaires Étrangères (cette dernière fonction lui étant assignée suite aux nombreuses démissions de membres du Likoud suite à la fondation de Kadima fin 2005).
Le 12 novembre 2005, elle est la première personnalité politique de droite à prendre la parole pendant la commémoration officielle des dix ans de l'assassinat d'Yitzhak Rabin. En novembre 2005, elle quitte le Likoud pour rejoindre Ariel Sharon dans son nouveau parti, Kadima.
Le 1er décembre 2005, elle déclare que le Mur de l´apartheid construit par l´État juif en Cisjordanie constituera la future frontière avec les Palestiniens : « On n'a pas besoin d'être un génie pour voir que cette barrière aura des implications sur la future frontière » [...] Ce n'était pas la raison de son installation mais cette barrière pourrait avoir des implications politiques. »
Le 5 janvier 2006, suite à l'hospitalisation du Premier ministre Ariel Sharon, elle déclare aux journalistes : « Nous prions pour Ariel Sharon, et je ferai personnellement tout mon possible pour aider le Premier ministre par intérim à assumer ses fonctions et à prendre les bonnes décisions », mettant fin en même temps aux rumeurs qui prétendaient qu'elle pourrait succéder à Sharon à la tête de Kadima. Ce dernier remporte les élections et Tzipi Livni se positionne troisième sur cette liste, ce qui l'assure de participer au gouvernement. Le 4 mai 2006, elle entre dans le gouvernement d'Ehud Olmert en tant que Ministre des Affaires Étrangères et Vice-Premier Ministre.
Elle est troisième parmi les têtes de liste du parti Kadima aux élections législatives israéliennes de 2006. Elle devient donc membre de la 17e Knesset après la victoire du parti aux élections.
Suite à la défaite israélienne au Liban en août 2006, Ehud Olmert est de plus en plus critiqué par l'opinion publique israélienne pour sa mauvaise gestion de cette guerre. Fin avril 2007, une version intérimaire du rapport Winograd qui analyse les raisons de la défaite est publié. Livni appelle alors à la démission d'Olmert, mais ne présente pas sa propre démission, se proposant même comme son successeur à la tête du parti Kadima s'il venait à démissionner. Le 2 mai 2007, Livni se déclare opposée à des élections anticipées et affirme ne pas vouloir démissionner de son poste pour faire tomber le gouvernement, tout en se confirmant prête à prendre le poste de Premier ministre par intérim. Son appel est ignoré par Olmert. Elle subit le feu de la presse qui souligne son manque de courage politique et la surnomme « Tizipi the Knife » (Tzipi le couteau).
Après le témoignage accablant de l'homme d'affaires Morris Talansky, elle critique le manque de probité d'Olmert et se présente comme la « Madame Propre » de la classe politique israélienne mettant en avant son intégrité et sa droiture. Désormais pour les sondages, elle est la seule à pouvoir concurrencer Benjamin Netanyahou, le leader du Likoud. Pourtant, les sondages sont peu optimistes quant à la victoire de Tzipi Livni, qui serait alors la deuxième femme Premier Ministre en Israël après Golda Meir. Le Premier ministre est ulcéré par son manque de loyauté, mais elle ignore Olmert et multiplie les réunions avec la base du parti. En outre, elle brigue le poste de Premier Ministre.
Le 31 juillet 2008 Ehoud Olmert annonce sa démission mais déclare qu´il quittera ses fonctions après des élections internes au parti Kadima. Tzipi Livni est pressentie gagnante dans la course à la présidence du parti contre Shaul Mofaz l'actuel Ministre des Transports soutenu par Olmert.
Le 22 septembre 2008, elle est chargée par le président Shimon Pérès de former le prochain gouvernement. Son échec oblige Shimon Pérès à convoquer des élections anticipées en 2009, qui auront lieu le 10 février et verront sans aucun doute une victoire de Benjamin Netanyahou et du Likoud qu´il contrôle désormais.
Dernier détail sur cette dame : elle est ... végétarienne affichée et agit politiquement pour la défense des animaux ! Elle a obtenu l'interdiction de production de foie gras en Israël et est assez mal vue de certains lobbies de l'agro-alimentaire.

--
Envoyé par Basta

le 1/11/2009 03:21:00 PM

 
  •  
  •  
.

__,_._,___
 

05/01/2009

05/01/2009: SOUS SDEROT, IL Y AVAIT NAJD ...

SOUS SDEROT, IL Y AVAIT NAJD

Par Rim al-Khatib
mardi 27 septembre 2005, par : Rédaction Enfants de (la) Palestine (http://www.enfantsdepalestine.org)
 
Najd est le village palestinien sur lequel fut implantée la colonie de Sderot après son occupation par les bandes sionistes entre le 13 mai et le 9 juillet 1948.
 
Le village de Najd a été complètement rasé, et ses habitants subirent ce que l'on appelle communément aujourd'hui un nettoyage ethnique.
 
Les réfugiés de Najd sont probablement allés vers le sud et l'ouest, vers ce que l'on nomme aujourd'hui la bande de Gaza, rejoindre les centaines de milliers de réfugiés qui furent parqués par la bonne conscience occidentale dans des camps de fortune.
 
Aujourd'hui, les réfugiés de Najd et des autres villages et villes palestiniens ayant subi le nettoyage ethnique bombardent la colonie Sderot, construite sur leurs terres et leur village.
 
La colonie Sderot, appelée aujourd'hui ville de Sderot par ceux qui ont assimilé et légalisé l'occupation sioniste de la terre palestinienne, accueille des émigrés juifs ou prétendus juifs venant de toutes les parties de la terre, pour la construction d'un Etat Juif et pour les Juifs, l'Etat d'Israël.
 
Elle accueille entre autres, comme la ville de Beer Saba' appelée Beersheva par les sionistes, des émigrés pauvres, des émigrés importés de pays pauvres, pour peupler une terre à la place de ses habitants autochtones, qui sont, eux, refoulés vers les extrêmes. Elle accueille les Juifs d'Ethiopie, juifs noirs, pauvres, mais dont les privilèges en tant que Juifs dépassent de loin tout ce que les Palestiniens de 48, pourtant considérés comme citoyens de cet Etat colonial, peuvent prétendre revendiquer……..

21:31 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, actualite, courcelles, usa, presse, guerre, sionisme, palestine, romain, belgique, fascisme, imperialisme, agressions, silence, medias, gaza, nazisme |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

04/01/2009: HAMAS, FATAH, QUELQUES CONTRE-VÉRITÉS ...

 

 

----- Original Message -----
Sent: Sunday, January 04, 2009 7:24 PM
Subject: Fw: HAMAS, FATAH, QUELQUES CONTRE-VÉ RITÉS ; Sderot : colonie sioniste

 

HAMAS, FATAH, QUELQUES CONTRE-VÉRITÉS


Par Michel Warschawski, écrivain israélien.
vendredi 2 janvier 2009, par : Rédaction Enfants de (la) Palestine (http://www.enfantsdepalestine.org)

Analyse du traitement de Gaza par les médias, avec Michel Warschawski. Warschawski écrit plusieurs ouvrages, dont Sur la frontière (Stock, 2002) et Programmer le désastre, la politique israélienne à l'oeuvre. Ce dernier livre, paru aux éditions La Fabrique en février 2008, commence par un démontage en règle des mystifications sur le Proche-Orient, fabriquées et / ou entretenues par les médias internationaux.
 
Un des titres ou phrases fréquemment rencontrés : « Après que le Hamas s'est emparé du pouvoir à Gaza... »
 
Vrai ? Faux ? C'est faux, dit l'auteur. Et il explique. « C'est dans des élections, dont le monde entier a salué le caractère transparent et démocratique, que le Hamas a gagné les voix de la grande majorité de la population palestinienne. Non seulement il ne s'est pas "emparé" du pouvoir, mais il a immédiatement accepté de former un gouvernement d'union nationale, dans lequel les vaincus - le Fatah et ses supporters - étaient surreprésentés ».
 
Une autre assertion médiatique à méditer : « Le Hamas a déclaré la sécession de Gaza et a rompu tout lien avec la Cisjordanie ».
 
C'est faux là aussi ? Faux, dit l'auteur : « C'est Mahmoud Abbas qui, sous la protection de l'armée israélienne, et après un coup d'Etat avorté dans la bande de Gaza et la fuite de ses troupes en Egypte, a retiré son administration. En rompant tout lien avec la bande de Gaza, il acceptait que celle-ci soit considérée par Israël et la communauté internationale comme une "entité hostile" (sic), à savoir une zone où vivent plus d'un million de femmes, hommes, enfants et vieillards, dont les droits les plus élémentaires, à commencer par le droit à l'alimentation et aux soins médicaux, sont niés ».
 
Mais il y a des tas de terroristes au Hamas ? D'après quelques grands journaux, oui : « On ne peut reconnaître le gouvernement Hamas, car il est responsable dʼattentats terroristes... »
 
Faux, archifaux ? Warschawski enfonce le clou : « Depuis quatre ans, le Hamas respecte scrupuleusement une trêve unilatérale, et les (rares) attentats ainsi que les roquettes tirées du nord de la bande de Gaza sont surtout le fait... des brigades Al-Aqsa, liées au Fatah » (pp. 11-12).
 
Pour Michel Warschawski, la plupart des grands médias, en déformant des faits, et en en inventant d'autres, prennent parti dans le conflit, contre les Palestiniens. Tache facilitée, nous dit-il, par les fréquents petits coups de pouce du Président de l'Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, au gouvernement israélien. Alors que Warschawski écrivait son livre, « le chef des miliciens du Fatah » s'est réjouit, devant des journalistes israéliens, que tous les livres - y compris les exemplaires du Coran - d'une institution culturelle liée au Hamas aient été détruits par l'armée israélienne. Et, affirme l'auteur, très récemment, Abbas a « franchi une limite ». En appelant Israël à « renforcer l'isolement » de la bande de Gaza, il a préféré la compromission au compromis.
 
Finalement, pour Warschawski, ce sont les deux populations, palestinienne et israélienne, qui coincent Israël dans la mise en oeuvre complète de sa politique. Les Israéliens aussi, car ils ont « perdu l'esprit de sacrifice et refusent de payer le prix d'une politique qu'ils ne soutiennent que dans la mesure où elle est gratuite. Dès lors qu'on lui soumet une facture et que la normalité de son existence est remise en question, ne serait-ce que pour quelques semaines, la population de l'Etat juif rejette les aventures militaires » (pp. 33 - 34).

 

 

__._,_
 
.

__,_._,___
 

26/12/2008

14/12/2008: IRAK: déjà Obama à l'oeuvre: le "changement" ???

   Commission Liberté et Justice

Sent: Sunday, December 14, 2008 9:53 PM


Le Président Barak Hussein Obama doit libérer les prisonniers politiques irakiens ou les faire transférer dans un pays neutre

La signature de l’Accord de sécurité (SOFA) entre les Etats-Unis et le régime de Bagdad a, notamment, pour conséquence la remise à la soi disant justice irakienne des prisonniers détenus dans les camps américains depuis avril 2003.

Cette décision, plusieurs fois différée, viole les Conventions de Genève relatives au traitement des prisonniers de guerre. Chacun sait que sur plus de 22 000 détenus concernés, la plupart sont désormais menacés de mort, risquant d’être exécutés lors de séances de « nettoyage » des prisons ou après des procès truqués.

Sur les milliers de personnes menacées de mort, on peut citer le cas de Tarek Aziz parce que le dirigeant irakien était connu de la communauté internationale et partout respecté. Le Vice-Premier ministre irakien est maintenu en cellule dans l’indifférence quasi générale malgré un état de santé critique, sans avocat et sous le coup d’accusations fantaisistes sans cesse renouvelées. A des degrés divers, tous les détenus politiques sont dans une situation analogue : il faut les libérer ou leur permettre d’accéder à un procès respectant la dignité humaine et la justice si des charges réelles sont retenues contre certains d’entre eux, mais pas en Irak. C’est impensable dans la situation actuelle.

Le Président Barak Hussein Obama s’enorgueillerait en exigeant dès maintenant la libération des prisonniers détenus par les forces américaines d’occupation ou leur transfert dans un pays neutre, comme c’est leur droit.

Dans le cas contraire, le massacre des prisonniers politiques irakiens entachera son mandat présidentiel, élargira encore plus le fossé qui sépare les Etats-Unis de l’Irak véritable, des pays arabes et du monde musulman, et balaiera les espoirs de paix placés en lui par ceux qui l’ont élu.

Paris, le 8 décembre 2008

__._,_.___ 
Yahoo! 360º

Partagez l'essentiel

Blog et photos avec

vos proches.

Yahoo! Groupes

Créez votre groupe

Partagez vos goûts

avec les autres.

Y! Toolbar

100% gratuit !

En 1 clic, accédez

à vos groupes.

.

15:05 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, actualite, courcelles, usa, presse, guerre, irak, romain, belgique, democratie, imperialisme, capitalisme, silence, liberte |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

23/11/2008

15/11/2008: Agression sioniste à domicile...

Sent: Saturday, November 15, 2008 4:09 PM
Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] Basta : un des agresseurs de G. Skandrani, jugé le 18 11
Agression sioniste à domicile

Le 25 octobre 2006, Ginette Hess Skandrani, présidente de l'AZLS, était victime d'une grave agression à son domicile dont elle porte encore aujourd'hui les séquelles. Une longue enquête avait permis l'identification des 4 agresseurs, dont deux se sont enfuis en Israël, d'où ils ne peuvent être extradés, puisqu'ils disposent, en plus de leur passeport français, d'un passeport israélien.
L'un des deux autres agresseurs, mineur au moment des faits, sera jugé par le Tribunal pour enfants de Paris le mardi 18 Novembre à 9 heures.. 25è chambre -escalier Y , rez- de- chaussée, Palais de justice, 4 Bd du Palais, métro Cité.
Venez nombreux !
Nous republions à cette occasion la lettre ouverte signée par 200 personens et associations, à laquelle aucune réponse n'a été donnée à ce jour.

Lettre ouverte
Au Premier ministre et au ministre de l’Intérieur
Au CRIF, à la LICRA, au MRAP, à la LDH, à SOS-Racisme
À l’AFPS, au CAPJPO, à l’UJFP et au MSRPP

Questions de principe, questions pratiques, questions vitales

5 novembre 2006
Ginette Hess Skandrani est une femme de 67 ans. Elle est, par tempérament et par conviction, non-violente. Elle ne dispose, pour se protéger, ni d’armes ni de gardes du corps ni d’escorte policière.
Elle est une militante engagée dans le combat anticolonialiste depuis cinquante ans. Depuis quarante ans, elle défend le droit naturel du peuple palestinien à la souveraineté et à la vie. Elle est partisane de la seule solution qui semble logique à la situation coloniale de la Palestine : la création d’un seul État pour tous les habitants de la Terre sainte, sur la base du principe universel : « Une personne, une voix ».
Elle est victime depuis de longues années d’une campagne de dénigrement et de diffamation émanant de diverses composantes, de « droite » comme de « gauche », de la nébuleuse des partisans de l’État d’Israël comme « État juif ». Cette campagne a été ponctuée par des agressions physiques, des menaces de mort verbales, écrites, téléphoniques ou électroniques, des piratages informatiques, des mises sur écoute téléphonique « sauvage », des cambriolages et des « filatures ».
Mercredi 25 octobre, la campagne a atteint un nouveau palier : un commando de quatre hommes l’a agressée à son domicile parisien, dans une action préméditée et concertée. Pendant que deux membres du commando s’acharnaient sur elle, au risque de la tuer ou de la rendre irrémédiablement invalide, deux autres membres faisaient le guet au pied de l’immeuble.
Ces hommes n’ont pas agi de leur propre initiative : ils ont reçu des ordres, qu’ils ont exécutés en bons petits soldats. Ces hommes sont en effet des citoyens français et israéliens, soldats d’active ou de réserve de l’armée israélienne, agissant sur ordre. Les ordres viennent d’organisations qui, sous couvert de respectabilité et de représentativité, ne sont que des officines établies en France d’une puissance non seulement étrangère mais de surcroît hostile aux valeurs françaises et aux principes qui fondent notre république.
Cette grave atteinte au droit à la vie et à la sécurité d’une militante infatigable de la cause humaine nous amène à poser un certain nombre de questions à tous ceux qu’elle devrait interpeller. Nous précisons que nous nous exprimons à titre personnel, en tant qu’amis, frères, sœurs de Ginette Hess Skandrani. Certains d’entre nous ont été victimes des mêmes campagnes de dénigrement et de menaces qu’elle, du fait de leurs engagements.

Question au gouvernement :
Vous avez interdit il y a quelques mois la tribu Ka, une organisation de jeunes Noirs révolutionnaires, par un décret d’application de la loi de 1936 sur les ligues factieuses. Or, cette Tribu Ka, quelle que soit l’appréciation que l’on puisse porter sur ses idées et opinions, ne s’était rendue coupable d’aucun crime ou délit, d’aucun acte de violence ni contre des biens ni contre des personnes. Qu’attendez-vous pour dissoudre, en application du même décret, les deux organisations armées qui se sont rendues coupables d’une série de crimes et délits, dont la tentative de meurtre sur un commissaire de police, et dans les rangs desquelles il faut chercher les agresseurs de Ginette Hess Skandrani ? Attendez-vous donc qu’il y ait mort d’homme – ou de femme – pour interdire la Ligue de défense juive et le Bêtar-Tagar ?
Question au ministre de l’Intérieur :
Qu’envisagez-vous de faire pour assurer la protection et la liberté de déplacement des personnes visées par ces organisations subversives ? Estimez-vous que ces personnes doivent, faute de protection par la république, s’armer et prendre en charge leur propre défense ?
Question aux défenseurs des droits humains :
Vous avez pour l’instant observé un silence prudent sur l’agression dont a été victime Ginette Hess Skandrani. Cela veut-il dire que vous approuvez cette agression ? Dans ce cas, il faudra vous en expliquer publiquement.
Question aux défenseurs du « droit à l’existence d’Israël » :
Certains d’entre vous ont proféré, répété ou répandu des calomnies contre Ginette Hess Skandrani. Cela a contribué de manière déterminante au climat qui aboutit à l’agression du 25 octobre. Approuvez-vous cette agression ? Si oui, expliquez-nous pourquoi. Si non, faites-le savoir haut et fort.
Tout un chacun comprendra que la réponse à ces questions de la part de ceux que nous interpellons aujourd’hui sera déterminante pour empêcher la dérive violente et sectaire dans laquelle veulent nous entraîner les partisans du suprématisme d’un groupe sur l’ensemble de la société.
Les petites frappes qui ont exécuté l’ordre de tabasser Ginette Hess Skandrani ne sont que des robots programmés et manipulés pour faire mal. Nous n’avons pour eux que mépris et commisération et nous laissons à la justice et à la police le soin de les mettre hors d’état de nuire. Nous n’avons en effet aucune vocation à créer une milice de justiciers. Mais nous ne saurions tolérer le silence et l’inaction de tous ceux qui prétendent lutter pour la liberté, la démocratie et la justice. Car ce silence et cette inaction vaudraient complicité.

--
Envoyé par Basta ! يكفي dans Basta ! يكفي le 11/15/2008 03:41:
.

27/06/2008

26/06/2008: Palestine Solidarité ...


-------- Message original --------
Sujet: [misesajour] 26 juin en Palestine occupee, au Moyen-Orient et en Amerique latine
Date: Thu, 26 Jun 2008 16:00:02 +0200
De: Jean-Pierre <jean-pierre@palestine-solidarite.org>
Répondre à :: misesajour@palestine-solidarite.org


 

Les mises à jour du site

du 26 juin 2008

 

Il n'y aura pas de mise à jour du 12 au 27 juillet


Rubrique :

Originaux :

Interview CPI :

Analyses :

Sujet :

Sorcha Faal. Le président français Sarkozy visé par des ...

Az-Za'arir parle des députés enfermés dans les prisons ...


O. Bonnet. Affaire Rudy H. : antisémitisme, extrémisme ...

Alain Gresh. Bertrand Delanoë, le terrorisme et le P.-O.
Uri Avnery. Tout est calme sur le front de Gaza

Un peu de stats :
- 181 951 visiteurs en 2008.
-     8 345 entrées (pages ou images). Listes de diffusion :
Assawra : Inscription
Moyen Orient infos
: Inscription
Moyen Orient opinions
: Inscription
Roger Romain
: Inscription

Amicalement,

Jean-Pierre
( Inscription, désinscription de cette newsletter : webmaster )

20:44 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, actualite, usa, otan, guerre, sionisme, palestine, romain, terrorisme, racisme, colonialisme, imperialisme, euro-dictature, capitalisme, israel, courcerlles |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

19/04/2008

18/04/2008: Palestine Soli!darité...

-------- Message original --------
Sujet: [misesajour] 18 avril en Palestine occupee, au Moyen-Orient et en Amerique latine
Date: Fri, 18 Apr 2008 18:16:58 +0200
Répondre à :: misesajour@palestine-solidarite.org


 

Les mises à jour du site
Palestine Solidarité
du 18 avril 2008

 

 

Romain,Courcelles,Histoire,Actualité,Presse,Médias,Silence,Palestine,Israël,Sionisme,Impérialisme,Usa,Guerre


Rubrique :

Actualité :


Originaux :

Analyses :


Prisonniers :

Iran :

Communiqués :


Agenda :

Sujet :

Dépêches de Palestine et du M.-O. avec 12 agences
Journal de Palestine n° 341 de M. Lemaire (en pdf)

Salim Lamrani. Changements à Cuba ?


Philippe Randa. Le vilain petit canard du PAF !

R. McCarthy. La Zone C remplit d'effroi les Palestiniens ...

Mustapha As-Sawwaf. La liberté dans sa journée


Piotr Gontcharov. Prenons Téhéran au mot


AFPS. Salah Hamouri condamné à 7 ans de prison

Amnesty. Des civils tués, dont des enfants et un caméraman

Agenda belgo-palestinien de l'ABP du 11 avril


Un peu de stats :
- 107 157 visiteurs en 2008.
-     7 694 entrées (pages ou images). Listes de diffusion :
Assawra : Inscription
Moyen Orient infos
: Inscription
Moyen Orient opinions
: Inscription
Roger Romain
: Inscription

Amicalement,

Jean-Pierre
( Inscription, désinscription de cette newsletter : webmaster )

19:33 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : romain, silence, terrorisme, gaza, actualite, courcelles, guerre, general, histoire, imperialisme, israel, medias, palestine, presse, sionisme, usa, fascisme |  Facebook | |  Imprimer | | | | |