29/10/2009

29/10/09: Nous n’oublions pas : il y a 53 ans, le massacre de Kfar Qâssem...

Sent: Thursday, October 29, 2009 3:56 PM
To: Undisclosed-Recipient:;
Subject: Nous ne pardonnons pas, nous n'oublions pas

 

Nous n’oublions pas : il y a 53 ans, le massacre de Kfar Qâssem

 

CIREPAL (Centre d’Information sur la Résistance en Palestine)

29 octobre 2009

 

« Nous ne pardonnons pas, nous n’oublions pas », c’est le mot d’ordre scandé et écrit sur les banderoles des participants à la marche commémorative, le 29 octobre 2009. Ils sont venus par milliers, de toute la Palestine occupée en 48 (ce qui est nommé Israël) à Kfar Qassem, des Palestiniens qui ont décidé d’affronter le pouvoir sioniste à chaque moment de leur histoire.

Il y a 53 ans, le 29 octobre en 1956, les sionistes commettent un massacre dans la petite ville tranquille de Kfar Qâssem, située dans le Triangle, région proche de la Cisjordanie. Plus de 50 personnes sont froidement assassinées, la plupart des ouvriers qui rentraient chez eux après leur dure journée de travail. Cet horrible massacre sera justifié par les sionistes de l’époque (les dirigeants travaillistes) par la crainte de l’Egypte, au moment où Israël se lançait avec la France et la Grande-Bretagne dans l’agression tripartite contre ce pays arabe dont le dirigeant nationaliste Abdel Nasser avait décidé de nationaliser le pétrole.

« Nous ne pardonnons pas, nous n’oublions pas », car l’Etat sioniste est un Etat colonial construit sur la terreur et les massacres. Bien avant 1956 et le massacre de Kfar Qâssem, il (en tant qu’Etat ou bandes armées) avait commis des dizaines d’autres massacres, aussi horribles, pour expulser le peuple palestinien des zones dont il voulait s’emparer, en procédant à un nettoyage ethnique. Le massacre de Kfar Qâssem, justifié par les colons, moins de dix ans après la création de l’Etat colonial, visait en fait à poursuivre le nettoyage ethnique, non achevé en 1948-49. Profitant de la guerre contre l’Egypte et sous prétexte de sécuriser le front interne (rappelons-nous les guerres de 2006 au Liban et 2008-2009 à Gaza), l’armée sioniste exécute son massacre dans la petite ville tranquille. Le but : semer la panique dans tout le Triangle pour expulser la population palestinienne qui y était restée majoritaire, Kfar Qassem devant jouer le rôle de Deir Yassine en mai 1948, le village martyr où le massacre a semé la panique dans la population palestinienne de la zone d’al-Quds. En commettant le massacre de Kfar Qassem, les sionistes espéraient que la population du Triangle s’enfuierait. Mais elle ne broncha pas d’un pouce, au contraire. Elle avait compris et appris la lecon :

« Plus jamais, plus jamais, nous n’abandonnerons notre terre, même si nous devons être tous ensevelis. Nous le serons dans notre propre pays. »

C’est ce qu’on déclaré récemment plusieurs personnalités palestiniennes de Haïfa, lors d’une interview télévisée qui abordait la question des dernières mesures israéliennes envers les Palestiniens de 48, voulant les étouffer sinon les expulser (télévision al-Quds). Face aux cris de guerre lancés par l’establishment sioniste, civil et militaire, sécuritaire et médiatique, universitaire et populaire, contre les Palestiniens de 48 jugés « infidèles » au credo raciste et colonial, les Palestiniens ont levé la tête et résisté : sûrs de leurs droits sur leur patrie et leurs terres, ils refusent les menaces sionistes et ont décidé de poursuivre leurs luttes.

Parmi les récentes manœuvres militaires sionistes très fréquentes, l’une d’elle consistait précisément à affronter le « front interne », c’est-à-dire les Palestiniens de 48, en temps de guerre. Comment agir envers eux, que faire ? C’est la région du Triangle qui avait été ciblée pour ces manœuvres, et l’un des plans envisagés consistait à bloquer les routes des villes et villages palestiniens et à encercler toute la zone, en vue de faciliter des actions plus importantes de la part de l’armée sioniste. Lors de ces manœuvres, les analystes avaient vu le danger menaçant les Palestiniens de 48 dans cette région, lors d’une prochaine guerre entreprise par les dirigeants israéliens : expulsion massive ? massacres ??? Ce qui signifie, en clair, reproduire en beaucoup plus grand ce qui s’est passé à Kfar Qassem, en 1956. Le mot d’ordre « nous ne pardonnons pas, nous n’oublions pas » reste un mot d’ordre d’actualité. L’ennemi sioniste continue à envisager des crimes de plus en plus monstrueux.

La marche commémorative à Kfar Qassem, ce 29 octobre 2009, porte également une autre signification : face aux tentatives sionistes de délégitimer toute commémoration de l’histoire palestinienne, à commencer par la Nakba, en votant lois sur lois dans leur parlement, et face aux cris de guerre racistes lancés par l’establishment sioniste, les Palestiniens de 48 affirment que non seulement al-Quds, Gaza, la Cisjordanie, le Golan, le Liban, les intéressent et qu’ils sont prêts à soutenir leurs populations contre les massacres israéliens, mais qu’ils continuent à défendre leur existence dans leur propre pays, même colonisé, et qu’ils ne baisseront pas les bras, quelle que soit la puissance de l’ennemi ou la puissance de ses alliés. Ils savent qu’ils sont dans leur droit, le droit des peuples à disposer de leurs terres, de leur air, de leur mer et de leur vie, le droit de résister à toute occupation, par tous les moyens et en tout temps.

 

Extraits de l’hymne aux martyrs de Kfar Qassem (Samih al-Qassem)

« Le jour où ils ont annoncé que des morts et des blessés sont tombés,

Je n’ai pas pleuré, mais je me suis dit « un autre contingent suivra, de maison en maison »,

Le jour où ils ont annoncé que des morts et des blessés sont tombés,

Je me suis réveillé, les yeux brillants de joie, de mille joies.

Moi, ô Kafr Qassem, je ne célèbre pas la mort,

mais les bras qui n’ont cessé de résister,

… Je remplis le monde d’acclamations, non négociables :

Kafr Qassem, Kafr Qassem, Kafr Qassem

Ton sang continue à couler et nous continuons à résister » 

18:04 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, presse, sionisme, palestine, television, france, romain, colonialisme, fascisme, imperialisme, israel, grande-bretagne, silence, medias, information, nazisme |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

23/11/2008

15/11/2008: Agression sioniste à domicile...

Sent: Saturday, November 15, 2008 4:09 PM
Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] Basta : un des agresseurs de G. Skandrani, jugé le 18 11
Agression sioniste à domicile

Le 25 octobre 2006, Ginette Hess Skandrani, présidente de l'AZLS, était victime d'une grave agression à son domicile dont elle porte encore aujourd'hui les séquelles. Une longue enquête avait permis l'identification des 4 agresseurs, dont deux se sont enfuis en Israël, d'où ils ne peuvent être extradés, puisqu'ils disposent, en plus de leur passeport français, d'un passeport israélien.
L'un des deux autres agresseurs, mineur au moment des faits, sera jugé par le Tribunal pour enfants de Paris le mardi 18 Novembre à 9 heures.. 25è chambre -escalier Y , rez- de- chaussée, Palais de justice, 4 Bd du Palais, métro Cité.
Venez nombreux !
Nous republions à cette occasion la lettre ouverte signée par 200 personens et associations, à laquelle aucune réponse n'a été donnée à ce jour.

Lettre ouverte
Au Premier ministre et au ministre de l’Intérieur
Au CRIF, à la LICRA, au MRAP, à la LDH, à SOS-Racisme
À l’AFPS, au CAPJPO, à l’UJFP et au MSRPP

Questions de principe, questions pratiques, questions vitales

5 novembre 2006
Ginette Hess Skandrani est une femme de 67 ans. Elle est, par tempérament et par conviction, non-violente. Elle ne dispose, pour se protéger, ni d’armes ni de gardes du corps ni d’escorte policière.
Elle est une militante engagée dans le combat anticolonialiste depuis cinquante ans. Depuis quarante ans, elle défend le droit naturel du peuple palestinien à la souveraineté et à la vie. Elle est partisane de la seule solution qui semble logique à la situation coloniale de la Palestine : la création d’un seul État pour tous les habitants de la Terre sainte, sur la base du principe universel : « Une personne, une voix ».
Elle est victime depuis de longues années d’une campagne de dénigrement et de diffamation émanant de diverses composantes, de « droite » comme de « gauche », de la nébuleuse des partisans de l’État d’Israël comme « État juif ». Cette campagne a été ponctuée par des agressions physiques, des menaces de mort verbales, écrites, téléphoniques ou électroniques, des piratages informatiques, des mises sur écoute téléphonique « sauvage », des cambriolages et des « filatures ».
Mercredi 25 octobre, la campagne a atteint un nouveau palier : un commando de quatre hommes l’a agressée à son domicile parisien, dans une action préméditée et concertée. Pendant que deux membres du commando s’acharnaient sur elle, au risque de la tuer ou de la rendre irrémédiablement invalide, deux autres membres faisaient le guet au pied de l’immeuble.
Ces hommes n’ont pas agi de leur propre initiative : ils ont reçu des ordres, qu’ils ont exécutés en bons petits soldats. Ces hommes sont en effet des citoyens français et israéliens, soldats d’active ou de réserve de l’armée israélienne, agissant sur ordre. Les ordres viennent d’organisations qui, sous couvert de respectabilité et de représentativité, ne sont que des officines établies en France d’une puissance non seulement étrangère mais de surcroît hostile aux valeurs françaises et aux principes qui fondent notre république.
Cette grave atteinte au droit à la vie et à la sécurité d’une militante infatigable de la cause humaine nous amène à poser un certain nombre de questions à tous ceux qu’elle devrait interpeller. Nous précisons que nous nous exprimons à titre personnel, en tant qu’amis, frères, sœurs de Ginette Hess Skandrani. Certains d’entre nous ont été victimes des mêmes campagnes de dénigrement et de menaces qu’elle, du fait de leurs engagements.

Question au gouvernement :
Vous avez interdit il y a quelques mois la tribu Ka, une organisation de jeunes Noirs révolutionnaires, par un décret d’application de la loi de 1936 sur les ligues factieuses. Or, cette Tribu Ka, quelle que soit l’appréciation que l’on puisse porter sur ses idées et opinions, ne s’était rendue coupable d’aucun crime ou délit, d’aucun acte de violence ni contre des biens ni contre des personnes. Qu’attendez-vous pour dissoudre, en application du même décret, les deux organisations armées qui se sont rendues coupables d’une série de crimes et délits, dont la tentative de meurtre sur un commissaire de police, et dans les rangs desquelles il faut chercher les agresseurs de Ginette Hess Skandrani ? Attendez-vous donc qu’il y ait mort d’homme – ou de femme – pour interdire la Ligue de défense juive et le Bêtar-Tagar ?
Question au ministre de l’Intérieur :
Qu’envisagez-vous de faire pour assurer la protection et la liberté de déplacement des personnes visées par ces organisations subversives ? Estimez-vous que ces personnes doivent, faute de protection par la république, s’armer et prendre en charge leur propre défense ?
Question aux défenseurs des droits humains :
Vous avez pour l’instant observé un silence prudent sur l’agression dont a été victime Ginette Hess Skandrani. Cela veut-il dire que vous approuvez cette agression ? Dans ce cas, il faudra vous en expliquer publiquement.
Question aux défenseurs du « droit à l’existence d’Israël » :
Certains d’entre vous ont proféré, répété ou répandu des calomnies contre Ginette Hess Skandrani. Cela a contribué de manière déterminante au climat qui aboutit à l’agression du 25 octobre. Approuvez-vous cette agression ? Si oui, expliquez-nous pourquoi. Si non, faites-le savoir haut et fort.
Tout un chacun comprendra que la réponse à ces questions de la part de ceux que nous interpellons aujourd’hui sera déterminante pour empêcher la dérive violente et sectaire dans laquelle veulent nous entraîner les partisans du suprématisme d’un groupe sur l’ensemble de la société.
Les petites frappes qui ont exécuté l’ordre de tabasser Ginette Hess Skandrani ne sont que des robots programmés et manipulés pour faire mal. Nous n’avons pour eux que mépris et commisération et nous laissons à la justice et à la police le soin de les mettre hors d’état de nuire. Nous n’avons en effet aucune vocation à créer une milice de justiciers. Mais nous ne saurions tolérer le silence et l’inaction de tous ceux qui prétendent lutter pour la liberté, la démocratie et la justice. Car ce silence et cette inaction vaudraient complicité.

--
Envoyé par Basta ! يكفي dans Basta ! يكفي le 11/15/2008 03:41:
.

03/07/2008

02/07/2008: AGENDA PALESTINE à LYON...

-------- Message original --------

Sujet: Agenda Palestine Juillet 2008
Date: Wed, 02 Jul 2008 22:08:37 +0200
De: palestine69 <palestine69@wanadoo.fr>


COLLECTIF 69 DE SOUTIEN AU PEUPLE PALESTINIEN
c/o Maison du Peuple, 147, av. du Gal Frère, 69008 LYON
Contact : 06 01 91 52 18 ; courriel : palestine69@wanadoo.fr  site internet : <http://collectif69palestine.free.fr>

                            1948-2008 : 60 ans de dépossession

                            AGENDA PALESTINE à LYON

JUILLET 2008

► Les vendredis 4, 11, 18, et 25 Juillet de 18h à 19h
Veille silencieuse de protestation contre l'occupation de la Palestine par Israël et pour exiger la Paix
Perron de l'Hôtel de Ville, Place des Terreaux, Lyon 1er (métro A - Hôtel de Ville)
Veilles organisées par les "Femmes en Noir"

► Lundi 7 Juillet à 19h
A Saint Etienne
Pièce de théâtre « C’est la Faute au Loup », par la troupe des enfants palestiniens d’« Al Rowwad ».
Réflexion au sujet de la présomption d'innocence, la pièce a été écrite par Abdelfattah Abu Srour à partir du Petit chaperon rouge et d'autres contes enfantins.
Lieu : Nouveau théâtre de Beaulieu, 28 boulevard de la Palle - Saint-Etienne
PAF : 10 euros (tarif réduit : 6 euros)
Renseignements : 04 77 46 31 66 ou 04 77 46 60 15
Organisée par l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) de St Etienne et la Société des Amis d’Al Rowwad

► Jeudi 10 Juillet à 21h
A Mornant - centre culturel
Pièce de théâtre « C’est la Faute au Loup », par la troupe des enfants palestiniens d’« Al Rowwad »
Organisée par Echange et Partage et la Société des Amis d’Al Rowwad

► Vendredi 11 Juillet à 20h30
A GIVORS - Théâtre du Vieux Givors (près de la médiathèque)
Pièce de théâtre « C’est la Faute au Loup », par la troupe des enfants palestiniens d’« Al Rowwad »
Organisée par la municipalité et la Société des Amis d’Al Rowwad

&&&&&&&&&&
Réunions
Collectif 69 Palestine
Réunion générale mensuelle :
► Mercredi 2 Juillet de 18h30 à 20h30

Bourse du Travail, 1er étage, Salle A, Place Guichard, Lyon 3e (métro B - Guichard)
Réunion suivante :
► Mercredi 3 Septembre de 18h30 à 20h30
Bourse du Travail, 1er étage, Salle A, Place Guichard, Lyon 3e (métro B - Guichard)

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

INFO-PALESTINE JUIN 2008
  Presse, Courriel, Déclarations…
1er Juin : Entre Février et mars 2008, les frappes aériennes israéliennes et l’incursion près de Jabalya ont fait 107 morts dont 55 civils parmi lesquels 27 enfants et 8 femmes.(UNICEF)
    -« Les chrétiens arabes rencontrés en Palestine nous ont dit leur souffrance. Prisonniers, comme les autres Palestiniens de territoires enclos par un mur infranchissable ou par des check-points vigilants, ils subissent la relégation, les contrôles permanents, et dans certains cas l’impossibilité de travailler et de nourrir leurs familles. Nous sommes convenus que chacun de nous peut être témoin et relais pour mobiliser l’opinion publique française, afin que ne passe pas sur ce conflit l’usure du temps. F. Soulage Pdt du Secours Catholique)
    -« Tous ceux qui désapprouvent la politique israélienne-même juifs- sont des antisémites » C’est la « pensée unique ! »(Marianne)
2 Juin : Putsch à Haaretz : il s’agit de faire taire les journalistes critiques à l’égard de l’Occupation.. (desertpeace.wordpress.com)
4 Juin : Washington critique les projets israéliens de colonisation.(884 logements à Har Homa) « Israël doit choisir entre la colonisation et la paix. (Saeb Erakat, négociateur palestinien)
5 Juin : Fils d’un survivant de l’Holocauste, Norman Finkelstein considère qu’Israël utilise la  Shoah pour justifier ses actions.. Israël poursuit sa politique du fait accompli ..Il a été expulsé d’Israël..(H. Lindell T.C)
6 Juin : Mahmoud Abbas appelle à un dialogue avec le Hamas pour mettre fin au schisme national.(Le Monde)
    -Le général Gadi Shamni déclare la guerre aux handicapés de Kalkiliya. Toutes les organisations d’aide aux handicapés sont déclarées illégales(Michaël Sfard, Haaretz)
    -Obama souhaite que Jérusalem soit la capitale « unifiée » d’Israël…Mahmoud Abbas réagit « Jérusalem-Est est occupée depuis 1967 et nous n’accepterons jamais un Etat sans Jérusalem. »
8 Juin : Les Palestiniens critiquent le projet de renforcement des liens entre UE et Israël. Salem Fayyad exhorte ses homologues européens «  à rejeter cette initiative jusqu’à ce qu’Israël se conforme aux lois internationales et aux droits de l’homme, y compris le gel de la colonisation    
-Depuis septembre 2000, Israël a totalement interdit aux résidents de Gaza d’aller étudier en Cisjordanie ou dans les institutions académiques israéliennes où ils avaient été acceptés. Le rabbin Melchior s’indigne  du fait que  « des juifs à qui on a souvent interdit d’étudier puissent faire la même chose à un autre peuple. »
9 Juin : Ecrivains et journalistes s’indignent  de la relaxe de Philippe Karsenty par la Cour d’Appel de Paris qui reconnaît pourtant que ses propos portaient « incontestablement atteinte à l’honneur et à la réputation de Charles Enderlin »  qui nous  montrait la mort de Mohammed al-Doura, 12 ans, tué par des tirs israéliens.(Pétition)
    -L’Algérie et d’autres pays arabes n’acceptent pas que l’UPM puisse servir de cadre de « normalisation » avec Israël.
10 Juin : Le rapport d’Amnesty 2008 rappelle que   la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés restait dramatique. L’armée a tué plus de 370 Palestiniens et détruit plus d’une centaine d’habitations….40 Palestiniens sont morts faute de n’avoir pu quitter Gaza pour être soignés,..l’expansion des colonies s’est poursuivie comme  la construction du mur de 700 kms en violation du droit international..9000 adultes et enfants Palestiniens sont incarcérés dans des prisons israéliennes(en violation du droit international) certains sans inculpation ni jugement,..Les tribunaux militaires » ne respectent pas les normes d’équité internationalement reconnues, tandis que l’impunité est le plus souvent la règle pour les attaques visant des Palestiniens.
11 Juin : Le Hamas est disposé à cesser ses tirs  en échange d’une levée du blocus et des incursions de Tsahal
    -Les Israéliens ont attendu trop longtemps la sécurité qu’ils désirent et les Palestiniens ont attendu trop longtemps, avec des humiliations quotidiennes, la dignité d’un Etat Palestinien.(Condolizza  Rice)
12 Juin :Israël demande sa participation à tous les niveaux, aux réunions de l’UE sur les questions de sécurité et de dialogue stratégique, aux délibérations du Conseil sur le Maghreb et la Mashrek comme sur les activités de l’UE au sein de l’ONU !!!(F. Wurtz Humanité Dimanche)
16 Juin : Au cours de la semaine du 5 au 11 juin, à Gaza, les FOI ont tué 11 Palestiniens dont 2 mineurs et une personne âgée. Elles en ont blessé 25 dont 9 mineurs et 5 femmes.(AFPS)
17 Juin : Condoleezza Rice dénonce la colonisation israélienne, Ses remontrances sont qualifiées « d’impertinentes » et d’  « effrontées »…(Le Monde)
18 Juin : « Droit international » ou « Fait accompli » deux approches antithétiques des négociateurs…(Le Monde).
21 Juin : Tony Blair juge encourageante la trêve entre Israël et le Hamas à Gaza .
24 Juin : Sarkozy qualifie Israël d’  « une des plus authentiques démocraties du monde ».
    -Il poursuit «  ..Il ne peut y avoir de paix sans un arrêt total et immédiat de la colonisation,sans la reconnaissance de Jérusalem comme capitale des deux Etats, sans une frontière négociée sur la base de la ligne de 1967… »(cette dernière affirmation existe dans le texte écrit, mais n’a pas été prononcée dans le discours)
26 Juin : « J’ai vu ce que pouvaient représenter les check-points, le mur et toutes les incompréhensions d’un côté et de l’autre. Il faut que cela cesse..On ne se protège pas par un mur, on se protège par un choix politique qui est celui de la Paix »Nicolas Sarkozy  (On se souvient que la délégation socialiste n’avait pas vu le mur !!!)

20:30 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, usa, sionisme, palestine, france, belgique, europe, solidarite, resistance, imperialisme, occupation, agendanromain |  Facebook | |  Imprimer | | | | |