31/08/2013

Syrie - les 'rebelles' admettent leur responsabilité dans le mas sacre chimique

 
On ne trouve pas ceci dans les médias ricano-otano-occidentaux qui préparent l’opinion internationale à une nouvelle guerre en SYRIE cette fois. Après l’Irak, l’ Afghanistan, la Libye, le Mali, etc...    Pour les gogos, la vérité se trouve évidemment chez Obama, Hollande, Camerone, ... qui fourbissent les armes aux “rebelles” “syriens” depuis des mois... Mais toutes ces guerres n’ éclatent pas en quelques jours. Elles sont préparées, planifiés, des semaines,  des mois,  voire des années, à l’ avance, par les impérialistes, les colonialistes, ls marchands de canons...
RoRo
 
 
 
Sent: Saturday, August 31, 2013 6:15 PM
 
Subject: Syrie - les 'rebelles' admettent leur responsabilité dans le massacre chimique
 
Syrie - 31 aout 2013 - les 'rebelles' admettent leur responsabilité dans le massacre chimique
Des "rebelles" ont déclaré à un reporter d'Associated Press avoir commis une erreur dans la manipulation d'armes chimiques fournies par l'Arabie saoudite, ce qui a causé un accident :
 
« Les Saoudiens ne nous ont pas dit de quel type d'armes il s'agissait ou comment les utiliser. Nous ne savions pas qu'il s'agissait d'armes chimiques. Nous n'aurions jamais imaginé qu'il pouvait s'agir d'armes. »

Il semble que les armes étaient initialement censées être données au front al-Nosra, une émanation d'al-Qaïda.
 
« les miliciens du front al-Nosra ne coopèrent pas avec les autres rebelles, sauf dans les combats sur le terrain. Ils ne partagent pas les informations secrètes. Ils ont simplement utilisé des rebelles ordinaires pour transporter et utiliser ce matériel. »

Voici divers articles dont deux en français et quatre en anglais qui citent diverses sources. Ceux en français reprennent les articles en anglais. Et un article en arabe est aussi sauvegardé sous forme d'image :
 
 
 
FAIRE CIRCULER RAPIDEMENT
 
 

Attaque chimique en Syrie : des rebelles de la Ghouta avouent l’avoir causée

http://www.almanar.com.lb/french/ad…

L.Mazboudi

31-08-2013 - 15:33

Des miliciens syriens dans la banlieue est de Damas, dans la Ghouta orientale, ont admis qu’ils étaient responsables de l’incident d’armes chimiques de la semaine dernière, imputé par les puissances occidentales aux forces de Bachar Al-Assad.

Ces aveux ont été faits à la correspondante de l’agence américaine Associated Press au Moyen Orient, Dale Gavlak, dont la crédibilité est impressionnante. Elle a aussi travaillé pour National Public Radio (NPR) et écrit des articles pour la BBC News.

Elle assure que des miliciens syriens lui ont rapporté que l’accident a été causé en raison d’une mauvaise manipulation des armes chimiques qui leur avaient été fournies par l’Arabie saoudite.

Produits toxiques qui ont été retrouvés par l’armée syrienne dans un tunnel de Jobar dans la Ghouta orientale

« Dans de nombreux entretiens avec des médecins, des résidents de la Ghouta, des combattants rebelles et leurs familles,… beaucoup affirment que certains rebelles ont reçu des armes chimiques par l’intermédiaire du chef du renseignement saoudien, le prince Bandar bin Sultan, et sont responsables de la perpétration de l’attentat au gaz mortel », ajoute Gavlak.

Les rebelles dévoilent aussi à Gavlak qu’ils n’ont pas été correctement formés sur la façon de manipuler les armes chimiques ou même informés de ce qu’elles étaient. Il semble que les armes étaient initialement censées être données au front al-Nosra, une émanation d’al-Qaïda.

« Nous étions très curieux au sujet de ces armes. Malheureusement, certains des combattants les ont manipulées de façon inappropriée déclenchant les explosions », assure un chef de milice nommé J., sous le couvert de l’anonymat. Il rapporte aussi que « les miliciens du front al-Nosra ne coopèrent pas avec les autres rebelles, sauf dans les combats sur le terrain. Ils ne partagent pas les informations secrètes. Ils ont simplement utilisé des rebelles ordinaires pour transporter et utiliser ce matériel ».

Produits toxiques qui ont été retrouvés par l’armée syrienne dans un tunnel de Jobar dans la Ghouta orientale

Ces conclusions sont reprises par un autre combattant nommé « K », qui dit à Gavlak : « Ils ne nous ont pas dit comment manier ces armes ou comment les utiliser. Nous ne savions pas que c’étaient des armes chimiques. Nous n’avions jamais imaginé qu’ils s’agissait d’armes chimiques ».

Abou Abdel-Moneim, le père d’un rebelle de l’opposition, a également dit à Gavlak : « Mon fils est venu me voir il y a deux semaines, demandant ce que je pensais des armes qu’il avait été invité à réaliser », les décrivant comme ayant une structure en forme de tube, tandis que d’autres se présentaient sous forme d’énormes bouteilles de gaz.

Révélant que le milicien saoudien qui a fourni les armes est connu sous le sobriquet Abou Ayesha, Abdel-Moneim assure aussi que les armes ont explosé à l’intérieur d’un tunnel, tuant 12 rebelles dont son fils.

Produits toxiques qui ont été retrouvés par l’armée syrienne dans un tunnel de Jobar dans la Ghouta orientale

Dans son article, Gavlak assure aussi que plus d’une douzaine de rebelles interrogés ont indiqué que leurs salaires proviennent du gouvernement saoudien.

Le site sur lequel cette information est apparue à l’origine est Mint Press, une organisation médiatique légitime fondée dans le Minnesota. Il est signalé sur ce site que l’article a été rédigé avec la collaboration de Yahya Ababneh, un journaliste jordanien freelance qui écrit pour Amman net, Saraya news, Gerasa News et autre.

Le site rappelle que le rôle présumé de l’Arabie saoudite dans la fourniture d’armes chimiques aux rebelles n’a rien d’une surprise, étant donné les révélations faites plus tôt cette semaine que les Saoudiens ont menacé la Russie d’attaques terroristes aux Jeux Olympiques d’hiver à Sotchi l’an prochain, à moins qu’ils abandonnent leur soutien au président syrien Bachar el-Assad.

« Je peux vous donner une garantie pour protéger les Jeux olympiques d’hiver de l’année prochaine. Les groupes tchétchènes qui menacent la sécurité des jeux sont contrôlés par nous » aurait dit le prince Bandar au président russe Vladimir Poutine, rapporte The Telegraph.

Quant au site Infowar qui a repris l’article, il a indiqué que l’agence Associated Press l’a contacté pour confirmer que Dave Gavlak est correspondante chez elle mais que son histoire n’a pas été publié sous sa bannière.

ENTERREMENT

Syrie : Les terroristes avouent être les responsables de “l’attaque à l’arme chimiques”.

https://www.facebook.com/notes/smai…

30 août 2013, 17:57

Les groupes terroristes à Ghouta dans la banlieue de Damas ont admis, devant un journaliste du nom de Dale Gavlak, être responsables de l’incident des armes chimiques de la semaine dernière pour lequel les puissances occidentales ont blâmé les forces de Bachar Al-Assad, et ont révélé que les victimes ont été tuées par un accident causé suite à une mauvaise manipulation par les “rebelles” des armes chimiques qui leur sont fournies par l’Arabie saoudite.

"De nombreux entretiens avec des médecins, des résidents de Ghouta, des combattants rebelles et leurs familles …. beaucoup pensent que certains rebelles ont reçu des armes chimiques par l’intermédiaire du chef du renseignement saoudien, le prince Bandar bin Sultan, et sont responsables de la réalisation de l’attentat au gaz (mortel),"a écrit Gavlak. (Lire ici ).

Les rebelles ont dit a Gavlak qu’ils n’ont pas été formés correctement sur la façon de manipuler les armes chimiques ou même informés de ce dont il s’agissait. Il semble que les armes étaient au départ censées être donnée à Jabhat al-Nusra qui est une branche d’Al Qaïda.

Un dénommé « J » a dit à Gavlak

« Nous étions très curieux au sujet de ces armes. Et malheureusement, certains des combattants ont manipulé ces armes de façon inappropriée et ont déclencher les explosions. »

Ses conclusions sont reprises par un autre combattant femme dénommée « K », qui dit à Gavlak :

« Ils ne nous ont pas dit de quel type d’armes il s’agissait ou comment les utiliser. Nous ne savions pas qu’il s’agissait d’armes chimiques. Nous n’aurions jamais imaginé qu’il pouvait s’agir d’armes chimiques ».

Abou Abdel-Moneim, le père d’un rebelle de l’opposition, a également dit à Gavlak :

« Mon fils est venu me voir il y a deux semaines en me demandant si j’avais une idée de ce que ces armes, qu’il avait été invité à réaliser, pouvaient bien être », les décrivant comme ayant "une forme semblable à des tubes tandis que d’autres étaient comme de grosses bouteilles de gaz."

Le père donne le nom du militant saoudien qui a fourni les armes, il s’agirait d’un certain "Abou Aïcha".

Selon Abdel-Moneim, les armes ont explosé à l’intérieur d’un tunnel, entrainant le mort de 12 rebelles.

Gavlak écrit que

"plus d’une douzaine de rebelles interrogés ont indiqué que leurs salaires proviennent du gouvernement saoudien."

Ces aveux de la part des soit disant rebelles syriens, font littéralement dérailler la machine de guerre US qui rêve d’attaquer la Syrie et qui a fondé sa propagande sur la justification « indéniable » que Assad était derrière l’attaque aux armes chimiques. La crédibilité de Dale Gavlak est très impressionnante. Il a été correspondant pour le Moyen-Orient pour Associated Press depuis deux décennies, il a aussi travaillé pour National Public Radio (NPR) et écrit des articles pour la BBC News .

Le site sur lequel l’histoire est parue Mint Press (qui est actuellement en panne en raison d’un énorme trafic, l’article a attiré beaucoup de monde) est une organisation médiatique légale fondée dans le Minnesota.

Le rôle présumé de l’Arabie saoudite, dans la fourniture d’armes chimiques aux rebelles, n’est pas une surprise étant donné les récentes révélations de cette semaine selon lesquelles les Saoudiens ont menacé la Russie d’attaques terroristes lors des Jeux Olympiques d’hiver à Sotchi l’an prochain à moins qu’ils abandonnent leur soutien au président syrien.

Selon les rapports du Telegraph le prince Bandar auraient dit à Vladimir Poutine,

"Je peux vous donner une garantie pour protéger les Jeux olympiques d’hiver de l’année prochaine. Les groupes tchétchènes qui menacent la sécurité des jeux sont contrôlés par nous”

Si cette histoire d’accident chimique est exacte, elle arrive au moment ou l’étau se ressert autour des responsables français et leurs partenaires, complices de crimes de guerre. Mais dans la mesure ou la vérité est amenée à éclater, alors autant avouer et dire que c’était un accident. Même si cela contredit totalement les propos du ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius, qui avait affirmé mordicus que “l’utilisation d’armes chimiques de la part de Al-Assad ne fait aucun doute”, cela permet au moins, pour les complices de crimes de guerre et crimes contre l’humanité, de bénéficier devant un tribunal international de circonstance atténuantes puisqu’il s’agirait, soit disant, d’un accident.

Cette version arrive à point nommé puisque les français se retrouvent bien seuls après que le parlement US ait voté contre une intervention militaire en Syrie et que les députés britanniques aient eux aussi voté, jeudi 29 août, contre la motion gouvernementale défendant le principe d’une intervention en réponse aux “lourds soupçons d’usage d’armes chimiques par Damas”. Elle a été rejetée aux Royaumes Unis par le vote de 285 députés contre et 272 pour. La Belgique pour sa part a réclamé du gouvernement français qu’il "rende publiques les preuves que le gouvernement syrien est impliqué dans l’utilisation d’armes chimiques contre la population", l’Italie, la Pologne, les Pays-Bas s’en tiennent à la nécessité d’un mandat des Nations unies. Les membres de l’Union européenne, dans leur ensemble, invoquent depuis longtemps ce principe.

A default de ne pouvoir aller attaquer la Syrie, au risque de se voir essuyer une défaite humiliante qui sera inscrite dans les livres d’histoires et enseignée aux générations futures, la solution d’avouer un accident permet au moins de tenter de “sauver la face” de la bande Fabius-Hollande, Kouchner et BHL, ce dernier ayant affirmé sur RMC pas plus tard qu’aujourd’hui que “ Ne pas intervenir en Syrie serait une honte”. Comme si BHL avait fait autre chose qu’apporter de la honte depuis que ce mythomane psychotique a été imposé à la France comme boulet.

Smaïn Bédrouni

20:46 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

18/08/2013

L’Algérie rend hommage à Jacques Vergès

 
 
From: Al Faraby
Sent: Sunday, August 18, 2013 11:03 AM
 
 
L’Algérie rend hommage à Jacques Vergès
18 août 2013

http://www.assawra.info/spip.php?article4227

-- 
S’inscrire à "Assawra", la liste du Mouvement démocratique arabe:
Assawra1-subscribe@yahoogroupes.fr
--
"Résister à l'occupation, c'est vivre libre"
http://www.Assawra.Info
Dédié à l'Intifada...

L’Algérie rend hommage à Jacques Vergès

dimanche 18 août 2013, par La Rédaction

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a rendu hommage à Jacques Vergès en saluant un "éminent avocat" qui "a apporté une inestimable contribution à la lutte de libération de l’Algérie". "Valeureux compagnon de lutte, Maître Jacques Mansour Vergès, ardent militant anticolonialiste, éminent avocat, a marqué de son empreinte l’histoire du barreau", a écrit le président Bouteflika dans un message publié par l’agence APS.
Vendredi, la ministre algérienne de la Culture Khalida Toumi avai déjà rendu hommage à un "irréductible et éminent défenseur des causes" des opprimés après le décès jeudi à Paris de Me Jacques Vergès, à 88 ans. "Jeune avocat d’engagement et de conviction, il aura tôt fait dès 1957 d’embrasser la cause nationale (...) faisant ainsi conquérir à la dignité humaine de nouveaux espaces contre l’injustice et l’assujettissement", a indiqué Mme Toumi dans son message de condoléances, publié par l’agence APS. 
L’avocat s’était rendu célèbre par sa "défense de rupture" - consistant à se servir du tribunal comme d’un porte-voix - adoptée durant la guerre d’Algérie quand il était l’avocat de militants du FLN. "L’un des plus emblématiques procès du XXe siècle que maître Jacques Mansour Vergès eut à engager fut celui de Djamila Bouhired, militante de la zone autonome d’Alger, blessée gravement à l’arme de guerre et arrêtée à la Casbah d’Alger", a ajouté la ministre. 
Me Vergès finira par épouser sa cliente Djamila Bouhired, héroïne de l’indépendance et poseuse de bombes condamnée à mort mais finalement graciée. Après avoir quitté le PCF en 1957, le jugeant alors "trop tiède" sur l’Algérie, l’avocat était devenu militant du FLN. À l’indépendance du pays, il avait pris la nationalité algérienne, devenant chef de cabinet du ministre des Affaires étrangères. 
En janvier dernier, il avait été honoré par l’Algérie pour ses "nobles actions",une attestation de reconnaissance ainsi qu’une médaille honorifique lui avaient été remises, au nom du président Abdelaziz Bouteflika, par le Consul général d’Algérie à Paris. L’avocat s’était alors félicité, dans un entretien à l’APS, d’une "marque de fraternité". Jacques Vergès, un des avocats les plus controversés et redoutés du barreau de Paris, est mort jeudi d’un arrêt cardiaque chez des proches.

(18-08-2013 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : 
Assawra1-subscribe@yahoogroupes.fr

Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël

18:28 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

10/08/2013

Israël est présenté par les ricano-occidentaux et les médias aux ordres comme le pays le plus "démocra tiques" du Moyen-Orient ...

 
Israël : La Knesset vote l'élimination des communistes et des partis arabes du Parlement Vendredi 9 Août 2013
 
Younes Jebli Alami

La gauche, les communistes, les partis arabes et les députés ultra-orthodoxes ont protesté avec virulence contre la loi sur la Gouvernance, passée en première lecture par la Knesset, le Parlement israélien

Israël : La Knesset vote l'élimination des communistes et des partis arabes du Parlement:

De nombreux députés ont observé une minute de silence en opposition à la loi. La tête du parti de gauche Meretz, Zahava Gal-On, a pleuré depuis le podium de la Knesset. Le député arabe Ahmed Tibi s'est tenu debout face au mur du Parlement, tournant symboliquement le dos aux députés. 


La proposition de loi, poussée par le député David Rotem du parti de droite nationaliste Israël Beiteinou, ajoute un amendement aux lois fondamentales israéliennes et vise à améliorer l'efficacité des institutions gouvernementales israéliennes. Cependant, les détracteurs de la loi estiment qu'elle réduit la marge de manoeuvre de l'opposition et empêche un dialogue démocratique sain. 

En relevant le seuil d'éligibilité à 4%, la loi forcera les petits partis à s'unir pour survivre aux prochaines élections, et devrait obliger les partis arabes de la Knesset à ne présenter qu'une liste commune. "C'est une loi qui récompense le racisme" a accusé Mme. Gal-On. Nitzan Horowitz, lui aussi du parti Meretz, a condamné la loi, affirmant qu'il s'agit d'une "mesure pathétique". 

Le député Dov Khenin du Hadash (communiste), a accusé les initiateurs de la proposition de loi d'avoir voulu "transférer politiquement les arabes".

20:48 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

Ils ont emmené son père

 
 
Sent: Wednesday, August 07, 2013 7:10 PM
 
Subject: Ils ont emmené son père
 
Chères amies, chers amis,



Khaled, 5 ans, hurle alors que son père est arrêté par les forces de sécurité israéliennes. Ces images sont insoutenables, pourtant c’est le quotidien des Palestiniens en Cisjordanie où l’armée a mis en place un système de ségrégation. Mais un mouvement de non-violence progresse et nous devons le soutenir. Promettez un don de juste 4€ maintenant. Avec l'appui d'avocats, des caméras, des formations et des chargés de campagne, cette résistance deviendra mondiale:

Promettez un don
C’était la semaine la plus chaude de l’année. Tout ce que Fadel Jaber voulait, c’est de l’eau pour sa famille. Mais Fadel vit dans les territoires occupés de Cisjordanie, où le gouvernement israélien a redirigé les réseaux hydrauliques pour remplir les piscines des colons juifs. Résultat : les robinets des familles palestiniennes comme celle de Fadel sont vides.

Les forces israéliennes ont arrêté Fadel pour avoir pris de l’eau tandis que Khaled, son fils de 5 ans, hurlait «baba, baba!», le cœur brisé qu'on lui enlève son père. C’est le quotidien des Palestiniens qui vivent sous l’emprise brutale de la loi martiale. Leurs terres et leur eau ont été volées par les colons. Ils sont privés de leurs libertés fondamentales. Mais après des années de violence et de désespoir, un mouvement s’éveille en Palestine, un mouvement de résistance non violente pour obtenir tout ce que les Israéliens possèdent déjà: la liberté, la dignité et un État à eux.

Depuis des années, les médias ne montrent que la violence de militants palestiniens, et aujourd’hui encore les extrémistes des deux côtés ne font que saboter le processus de paix. Mais au milieu du conflit, les grands perdants sont les familles comme celle de Fadel, qui n’aspirent à rien d’autre qu’une vie normale. Aujourd’hui ces familles font un pas en avant. Elles organisent des manifestations pacifiques, des occupations non violentes, et travaillent avec des militants palestiniens pour obtenir justice et liberté. En réponse, l’armée israélienne les jette en prison, brutalise les animateurs et arrache leurs enfants à leur lit.

Il y a quelques jours, je me suis rendue en Cisjordanie pour rencontrer ces Palestiniens courageux et pacifiques. Quand j’ai proposé que les membres d’Avaaz leur viennent en aide, leurs yeux se sont illuminés. Ils ont besoin de fonds pour payer un avocat quand ils sont emprisonnés pour des raisons fallacieuses, de caméras et d’appareils photo pour témoigner des abus, de formations en communication avec les médias et à la résistance non violente ainsi que de chargés de campagne pour transformer ces manifestations locales en mobilisation mondiale. Ces familles sont le véritable espoir du processus de paix. Faisons tous une promesse de don de 4€ pour que le mouvement pacifique l'emporte sur les mouvements extrémistes et donnons à Khaled un avenir digne des rêves de son père. Avaaz n'encaissera les dons que si nous récoltons suffisamment de promesses pour faire une véritable différence.

https://secure.avaaz.org/fr/palestine_rpr_frnd_cntrl/?bEc...

Ce conflit dure depuis bien trop longtemps et depuis trop longtemps la solution est verrouillée par les extrémistes des deux côtés. Mais aujourd’hui, il y a quelques points qui font consensus: tout d’abord, les Israéliens comme les Palestiniens devraient posséder un État. Par ailleurs, le traitement des Palestiniens dans les territoires occupés bafoue la justice internationale, nationale, et même le simple bon sens. Même d’anciens responsables de la sécurité israéliens de la ligne dure le reconnaissent!

Mais le gouvernement israélien en place ne fait qu'aggraver les choses. Alors qu'officiellement il contribue au processus de paix et à une solution à deux États, ses déclarations ne sont que des paroles en l’air, et dans les faits il autorise les colonies en Cisjordanie, rendant de fait une solution à deux États impossible pour toujours. Et dans les territoires occupés, l’armée israélienne soumet les Palestiniens à des lois totalement différentes de celles des colons qui occupent ces terres. L’armée va même jusqu’à emprisonner des enfants et ce pendant plusieurs mois.

Notre meilleur espoir de mettre fin à ces injustices et enfin parvenir à la paix est ce mouvement de résistance pacifique. Voici quelques exemples de la manière dont nous pouvons le soutenir:
  • Fournir le soutien juridique dont ils ont tant besoin afin d’aider les leaders du mouvement à se défendre contre des accusations fabriquées de toutes pièces et des simulacres de procès;
  • Faire intervenir des experts en désobéissance civile venus d’autres mouvements pour partager leurs stratégies et tactiques avec les Palestiniens de toute la Cisjordanie;
  • Fournir aux chefs de file des équipements et une formation aux relations avec les medias afin qu’ils puissent conserver et proposer un témoignage visuel des abus, parler au monde entier de leur mouvement porteur d’espoir et galvaniser les foules;
  • Recruter les meilleurs chargés de campagne et les déployer sur le terrain pour soutenir en permanence le mouvement, organiser des actions dans toute la Cisjordanie et faire participer tous les membres d’Avaaz pour faire de ce combat local une mobilisation de résistance pacifique mondiale;
  • Diffuser en temps réel leurs actions pacifiques sur notre site et organiser une journée d’action mondiale sur toute la planète.
L’histoire a montré que les mouvements pacifiques peuvent libérer les peuples du monde entier: Gandhi en Inde, Martin Luther King aux États-Unis, Nelson Mandela en Afrique du Sud. Nous savons que cette stratégie peut marcher et aujourd’hui, elle est notre seul espoir. Offrons à ce mouvement la vague de solidarité mondiale dont il a besoin pour réussir. Faites une promesse de don de seulement 4€ dès maintenant et changez le cours de l’Histoire:

https://secure.avaaz.org/fr/palestine_rpr_frnd_cntrl/?bEc...

Les membres d’Avaaz ont montré un soutien indéfectible à la liberté, à la justice et à la résolution des conflits dans le monde entier. Aujourd’hui l’un des plus virulents bastions de l’injustice sur la planète réside dans les terres palestiniennes occupées par les forces israéliennes. Mais même là-bas l’espoir surgit. Et ensemble, nous pouvons être la génération qui offrira la paix à ces deux peuples qui en ont tant besoin et qui ont été si souvent trahis par leurs représentants. Montrons-leur ce dont nous sommes capables.

Avec espoir et détermination,

Alice et toute l’équipe d’Avaaz

EN SAVOIR PLUS

Video en anglais / Le traumatisme d'un enfant palestinien pendant l'arrestation de son père capte l'attention des medias mondiaux (Haaretz)
http://www.haaretz.com/news/national/video-palestinian-bo...

Bethléem, en Cisjordanie, souffre d’une pénurie d’eau (France Inter)
http://www.franceinter.fr/emission-ailleurs-bethleem-en-c...

Non-violence en Palestine? (Alain Gresh, Le Monde diplomatique)
http://blog.mondediplo.net/2010-01-05-Non-violence-en-Pal...

La résistance civile, ça marche! (Sciences humaines)
http://www.scienceshumaines.com/la-resistance-civile-2c-ca-marche-_fr_23010.html

La « résistance non violente » dans les territoires palestiniens : Changement de stratégie ou recherche d’une légitimité nouvelle ? (Blog de Julien Salingue)
http://www.juliensalingue.fr/article-33622539.html

Is this where the third intifada will start? (New York Times)
http://www.nytimes.com/2013/03/17/magazine/is-this-where-...

Palestine : la troisième Intifada sera non violente (Ouest-France, le Globservateur)
http://globservateur.blogs.ouest-france.fr/archive/2013/0...




Avaaz est un réseau citoyen mondial de 25 millions de membres
qui mène des campagnes visant à ce que les opinions et les valeurs des peuples influent sur les décisions mondiales. ("Avaaz" signifie "voix" dans de nombreuses langues). Nos membres sont issus de tous les pays du monde; notre équipe est répartie sur 18 pays et 6 continents et travaille dans 17 langues. Pour découvrir certaines de nos plus grandes campagnes, cliquez ici ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter.

Ce message a été envoyé à roger.romain@skynet.be parce que vous avez précédemment signé la pétition "Tous aux côtés d'Edward Snowden !" le 2013-06-15.
Pour recevoir de façon certaine les messages d'Avaaz, ajoutez avaaz@avaaz.org à votre carnet d'adresses. Si vous souhaitez modifier vos prénom, nom, pays ou langue, créez un mot de passe ou connectez-vous. Pour vous désinscrire de notre liste de diffusion, envoyez un e-mail à unsubscribe@avaaz.org ou cliquez ici.

Pour contacter Avaaz, merci de ne pas répondre à cet e-mail. Écrivez-nous plutôt en utilisant le formulaire suivant: http://www.avaaz.org/fr/contact, ou appelez-nous au +1-888-922-8229 (États-Unis)

18:44 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

08/08/2013

Solidarité avec le peuple oublié du « printemps arabe »

 
 
Sent: Thursday, August 08, 2013 12:59 AM
 
 
 
Mercredi 14 août : Solidarité avec le peuple oublié du « printemps arabe »
 
 
Tandis que les médias occidentaux s'échinent à trouver au microscope la moindre particule de favoritisme confessionnel dans une Syrie dotée pourtant des institutions les plus multiethniques et multiconfessionnelles de tout le monde arabo-musulman,  les monarchies du Golfe, elles, s'en donnent à coeur joie dans la mise en application de l'apartheid confessionnel.
 
C'est le cas du Royaume de Bahrein, un micro-Etat pétrolier allié aux puissances occidentales et dont les exactions contre la population n'intéressent guère nos médias mainstream.
 
La dynastie régnante, Al Khalifa, est d'obédience wahhabite, un courant sunnite qui est l'un des plus puritains, violents et sectaires de l'Islam.
 
Venue du Najd, une région du centre de l'Arabie saoudite à la fin du XVIIIe siècle, la famille Al Khalifa s'est imposée par la terreur sur la population locale avec le soutien de la Couronne britannique soucieuse de limiter l'influence iranienne sur l'archipel.
 
Depuis, les Al Khalifa contrôlent tous les leviers du pouvoir.
 
Tant et si bien qu'aujourd'hui, à la tête de l'Etat bahreïnien, tout le monde s'appelle Al Khalifa : le roi, Hamad Ben Issa Al Khalifa, le premier ministre, Al Khalifa, le ministre des affaires étrangères, Al Khalifa, le ministre de l'information, Al Khalifa, le ministre de la culture, Al Khalifa, le ministre de l'intérieur, Al Khalifa, le ministre de la défense, Al Khalifa, le chef de l'armée, Al Khalifa, le commandant de la garde nationale, Al Khalifa, les conseillers du premier ministre pour la sécurité, Al Khalifa, le directeur de l'Agence de sécurité nationale, Al Khalifa, l'ambassadeur en poste en Angleterre, la puissance tutélaire, Al Khalifa, le président de la Cour suprême, Al Khalifa...
 
Les ennemis jurés des Al Khalifa : leur propre peuple, en particulier les chiites qui représentent plus de 70% de la population bahreïnienne.
 
Ces derniers subissent une ségrégation terrifiante. Comme l'a constaté l'euro-députée portugaise Ana Gomes, les chiites de Bahrein n'ont accès à quasi aucun travail dans l'administration, sont systématiquement discriminés à l'embauche et n'ont pas droit à un logement décent.
 
Des centaines d'entre eux sont poursuivis devant des tribunaux militaires, croupissent en prison et subissent la torture. Les ONG des droits de l'homme bahreïniennes dénombrent également plusieurs cas de disparitions forcées.
 
La haine des chiites est telle dans le Royaume de Bahreïn que le 14 mars 2011, les autres puissances anti-chiites régionales coalisées au sein du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ont envoyé leurs troupes pour mater la révolte avec le soutien tacite des Etats occidentaux. Bilan : une soixantaine de manifestants tués sur la place de la Perle dans la capitale Manama.
 
Depuis, un climat d'état d'urgence s'est installé dans le pays.
 
Après 30 mois de terreur d'Etat, les Al Khalifa ont trouvé un nouveau stratagème pour venir à bout de la contestation: marginaliser la majorité chiite par une politique des naturalisation massive de sunnites étrangers et par la déchéance de la nationalité pour les chiites jugés trop récalcitrants.
 
Ainsi, des milliers de réfugiés syriens ou d'immigrés jordaniens, yéménites et pakistanais de confession sunnite ont reçu la nationalité bahreïnienne ces dernières années.
 
Nombre d'entre eux ont été enrôlés dans la police ou l'armée pour mater la population chiite.
 
Malgré la répression, le mouvement populaire est demeuré résolument pacifique et uni au-delà des provocations sectaires du régime.
 
Ce 14 août, les révoltés du Bahreïn descendront massivement dans la rue pour manifester contre la dictature mafieuse des Al Khalifa à l'occasion du 42e anniversaire de l'Indépendance de Bahreïn, une fête célébrant le départ des troupes britanniques du pays mais ignorée par les Al Khalifa qui ont fixé la date de la fête nationale au 16 décembre, jour correspondant à l'intronisation de l'émir Issa Bin Salman Al Khalifa (1961).
 
La dynastie régnante a d'ores et déjà annoncé que tout rassemblement serait interdit.
 
 
 
Action de solidarité avec les révoltés de Bahrein
 
Mercredi 14 août à 12h, un groupe de militants pacifistes belges organisera un rassemblement devant l'ambassade de Bahreïn à Bruxelles pour exprimer sa solidarité avec la « Bahrein Tamarod », la révolte bahreïnienne.
 
Venez nombreux.
 
Adresse de l'Ambassade du Royaume de Bahreïn :
 
Avenue Louise n°250
1050 Bruxelles
 
Pour toute info supplémentaire, veuillez contacter le numéro suivant : 00 32 2 485 37 35 32












21:04 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

04/08/2013

Que cache le convoi humanitaire britannique pour la Syrie?

 
 
From: Kimyongur Bahar
Sent: Sunday, August 04, 2013 12:28 PM
 
Que cache le convoi humanitaire britannique pour la Syrie?
Bahar Kimyongür, le 4 août 2013
 
 
Un convoi humanitaire parti de Grande Bretagne et composé de 75 véhicules chargés de médicaments, de jouets pour les enfants et de nourriture est sur le point d'entrer en Syrie. Vu les immenses besoins de la population victime de la guerre, l'arrivée de ces vivres apaisera certainement bien des souffrances. Mais cette nouvelle pourrait toutefois ne pas être aussi réjouissante qu'elle n'en a l'air vu l'identité et les intentions de nombre de passagers du convoi. La charité religieuse, cheval de Troie de la guerre de Syrie?
 
 
Des médicaments et des vivres acheminés avec la bénédiction de la presse occidentale vers la Syrie par des groupes religieux radicaux basés en Grande Bretagne en partenariat avec l'IHH, l'organisation caritative islamique turque qui défraya la chronique au plus fort de de la campagne contre le blocus de Gaza, c'est plutôt suspect.
 
 
On se rappellera que les médias mainstream n'avaient pas été aussi sympathiques avec l'IHH lors du massacre commis par Israël sur le "Mavi Marmara", l'un des bateaux affrétés par l'ONG islamique alors qu'en Palestine, cette ONG était en mission purement humanitaire.

Par ailleurs, des militants turcs des droits de l'homme rapportaient hier que parmi les 180 "humanitaires" venus de Grande Bretagne et accueillis par l'IHH dans des hôtels à Istanbul, se trouvaient plusieurs individus liés à des groupes takfiris proches d'Al Qaïda.

Notons justement que le président de l'IHH Bülent Yildirim en personne fait l'objet d'une enquête judiciaire en Turquie pour ses liens avec Al Qaïda (Radikal, 15 juin 2012).

L'absence à la conférence de presse organisée hier par l'IHH à Kazliçesme d'une cinquantaine d'"humanitaires" britanniques parmi lesquels Igbal Kasim, Hussein Haalem, Hussein Mouhammad Tashtayaq, Nasihi Adam, Niah Muhammad Taher, Arif Waqar, Dad Asgar Ali, Younis Rizwaan Qaissir pose question (Firatnews, 3 août 2013)

Les milieux kurdes de Turquie s'inquiètent de la "disparition" de ses "humanitaires" et de leur probable réapparition sur le front syrien aux côtés de l'Armée syrienne libre (ASL), du Front al Nosra ou de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EILL), trois groupes criminels qui mènent actuellement une véritable épuration ethnique contre les Kurdes à Rojava (Nord de la Syrie).

Affaire à suivre.


 










17:24 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | | |