14/11/2011

[Assawra] Résultats définitifs des élections en Tunisie g12l6

TUNISIE: La “révolution” avance ! Les révoltés tunisiens réclamaient du pain, du travail, la fin de l’esclavage ... Ils ont déjà obtenu ceci, c’ est-à-dire de quoi remplir leurs assiettes, de “démocratie”,  de “liberté”, sauce ricano-occidentale, et ... d’alternance (qui a comme principale caractéristique de remplacer la gauche par la droite et/ou la droite par la gauche, sans jamais rien changer de fondamental. Les gouvernements et les partis passent et se remplacent, sans jamais rien changer de fondamental au pouvoir économique et social en place. Bref: la particratie ... De quoi se révolter en effet ...
 
RoRo
 
 
Résultats définitifs des élections en Tunisie
 
 
 
lundi 14 novembre 2011, par La Rédaction
 
Les islamistes d’Ennahda ont remporté 89 des 217 sièges de l’Assemblée constituante tunisienne, suivis du parti de gauche CPR (29 élus) et de la "Pétition populaire" (26 sièges), selon les résultats définitifs du scrutin du 23 octobre annoncés officiellement lundi. Par ailleurs, le taux de participation aux premières élections libres en Tunisie a été de 54,1 %, a indiqué la commission électorale (Isie), précisant que quatre millions d’électeurs sur un corps électoral de 7,569 millions s’étaient rendus aux urnes.
Selon les résultats définitifs publiés trois semaines après le scrutin, Ennahda obtient 89 sièges, le Congrès pour la République (CPR, gauche nationaliste) 29 sièges, la "Pétition populaire" dirigée par Hechmi Haamdi, un homme d’affaires tunisien basé à Londres, 26 sièges. Pour l’Isie, les candidats élus sous la bannière de la "Pétition populaire" sont "classés parmi les indépendants", a précisé son président, Kamel Jendoubi. Des scissions sont apparues ces derniers jours parmi les élus de la "Pétition populaire", certains reniant leurs liens avec Hechmi Haamdi.
Ettakatol (centre gauche) obtient 20 élus, le Parti démocrate progressiste (PDP, centre gauche) 16 élus, le Pôle démocratique moderniste (PDM, gauche) 5 élus. Viennent ensuite l’Initiative (libéral dirigé par Kamel Morjane, ancien ministre de Ben Ali) avec 5 élus, Afek Tounes (libéraux) avec 4 élus, le PCOT (communistes) avec 3 élus, Achab (nationalistes arabes) 2 élus et MDS (centre) 2 élus. Les 16 sièges restants sont départagés entre petits partis et listes indépendantes. Le président de l’Isie a fait état de "lacunes dues au fait qu’il s’agissait d’une première expérience démocratique et à la complexité du bulletin de vote, notamment pour les votants illettrés". Kamel Jendoubi a rendu hommage à la collaboration des autorités en place pour l’organisation d’un scrutin sans incident, remerciant "les forces de sécurité, en particulier l’armée nationale". "Ce premier scrutin libre a réconcilié les Tunisiens avec les urnes et leur a permis de se montrer en peuple civilisé et prêt à l’exercice de la démocratie", a-t-il ajouté. Il a recommandé l’institutionnalisation de l’Isie "pour jouer un rôle de garantie de l’alternance au pouvoir" en Tunisie, une demande qui sera soumise à l’Assemblée constituante.
Cette Assemblée constituante se réunira pour la première fois le 22 novembre et aura pour principale mission de rédiger une nouvelle Constitution pour le pays, après la chute du président déchu Zine el-Abidine Ben Ali, chassé du pouvoir le 14 janvier par un soulèvement populaire. Elle devra également former un nouvel exécutif et légiférer jusqu’à la tenue d’élections générales.
Ennahda a déjà annoncé la candidature de son numéro deux, Hamadi Jebali, au poste de Premier ministre, alors que les tractations se poursuivent entre ce parti et le CPR et Ettakatol pour le choix du président de la République et celui de l’Assemblée constituante. Le président par intérim Fouad Mebazaa et le gouvernement provisoire de Béji Caïd Essebsi, formé un mois un demi après la fuite de Ben Ali, restent en fonction jusqu’à la passation de pouvoir à une nouvelle équipe.
 
(Lundi, 14 novembre 2011 - Avec les agences de presse)
 
From: Al Faraby
Sent: Monday, November 14, 2011 4:12 PM
To: Assawra
Subject: [Assawra] Résultats définitifs des élections en Tunisie
 
Résultats définitifs des élections en Tunisie
14 novembre 2011
 
Les islamistes d'Ennahda ont remporté 89 des 217 sièges de l'Assemblée constituante tunisienne, suivis du parti de gauche CPR (29 élus) et de la "Pétition populaire" (26 sièges), selon les résultats définitifs du scrutin du 23 octobre annoncés officiellement lundi. Par ailleurs, le taux de participation aux premières élections libres en Tunisie a été de 54,1 %, a indiqué la commission électorale (Isie), précisant que quatre millions d'électeurs sur un corps électoral de 7,569 millions s'étaient rendus aux urnes.
(...)
 
 
 
[Assawra]
 
 
--
"Résister à l'occupation, c'est vivre libre"
http://www.aloufok.net
Dédié à l'Intifada...

20:38 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

Commentaires

Bonjour,
je vous remercie de nous tenir informer des actualités. J'espère qu'avec les élections, la situation s'améliorera en Tunisie.

Adrienne

Écrit par : garde d enfant boulogne billancourt | 30/11/2011

Salutation,

merci pour votre article qui traite ainsi de l'actualité en Tunisie.

Écrit par : hotel 5 etoiles rome | 30/11/2011

Oui: en TUNISIE, un despote, grand ami des ricano-occidentaux est destitué. La révolte populaire a aussi gagné des élections "libres" et "démocratiques" ... Quant à voir, si le bulletin de vote et alternance au pouvoir vont remplir les assiettes, donner du travail aux jeunes, sortir les gens de l' esclavage, c'est autre chose... En Grève, en Italie, en Belgique, en France, en Espagne, en Irlande, ... plus l'on vote et plus les choses vont mal. Car les élus sont intégrés au régime capitaliste en place et les gouvernants font le travail de l'Euro-dictature des multinationales capitalistes... La "démocratie" capitaliste, c' est en réalité la particratie au service du pouvoir en place et des profiteurs. Merci du commentaire !
RoRo

Écrit par : RoRo | 30/11/2011

Oui: en TUNISIE, un despote, grand ami des ricano-occidentaux est destitué. La révolte populaire a aussi gagné des élections "libres" et "démocratiques" ... Quant à voir, si le bulletin de vote et alternance au pouvoir vont remplir les assiettes, donner du travail aux jeunes, sortir les gens de l' esclavage, c'est autre chose... En Grève, en Italie, en Belgique, en France, en Espagne, en Irlande, ... plus l'on vote et plus les choses vont mal. Car les élus sont intégrés au régime capitaliste en place et les gouvernants font le travail de l'Euro-dictature des multinationales capitalistes... La "démocratie" capitaliste, c' est en réalité la particratie au service du pouvoir en place et des profiteurs. Merci du commentaire !
RoRo

Écrit par : RoRo | 30/11/2011

Les commentaires sont fermés.