26/03/2010

15/03/10: Saïd et Khaled : des révolutionnaires palestiniennes...

Saïd et Khaled : des révolutionnaires palestiniennes


Sukant Chandan s’entretient avec les révolutionnaires palestiniennes Leila Khaled et Shireen Said, cette dernière étant de Gaza, pour la Journée internationale 2010 de la Femme.



Gaza, Shireen Said, du FPLP

L’oppression du peuple palestinien se poursuit, principalement à cause du soutien financier, diplomatique et militaire que l’Etat sioniste reçoit des USA, et aussi de sa connivence avec les Etats pro-occidentaux de la région. Après la chute du frère de l’Etat sioniste, perdu il y a longtemps - l’Etat de l’Afrique du Sud de l’apartheid -, le combat des Palestiniens reste peut-être le principal et le plus fort combat anti-impérialiste dans le monde. Il n’est pas surprenant, par conséquent, que les femmes palestiniennes soient un exemple essentiel du rôle que peuvent jouer les femmes dans le combat pour se libérer elles-mêmes, leurs familles, leurs communautés et leur nation, de l’impérialisme et du sionisme.


Leila Khaled a porté le combat palestinien à l’attention du monde avec deux détournements d’avions spectaculaires, en 1969 et en 1970, au cours desquels aucun de ses propres camarades ne fut tué, seul l’américain-nicaraguayen, Patrick Arghello, y a perdu la vie.
Kahled raconte le l’histoire du détournement dans son autobiographie, Mon peuple vivra (1973) où elle écrit :
« Patrick Arghello, 27 ans, père de trois enfants, citoyen nicaraguayen du monde, né à San Francisco, USA, fut déclaré mort. Qu’est-ce qui a poussé quelqu’un, à des milliers et des milliers de kilomètres de la Palestine, à entreprendre cette dangereuse mission ? Patrick était un communiste révolutionnaire. Son action héroïque fut un geste de solidarité internationale. Une flamme de vie qui s’est éteinte ; elle a éclairé le monde un moment ; elle a tracé la voie du retour pour la Palestine. Arguello vit, comme vit mon peuple, comme vit la révolution ! ».

Khaled reste l’une des femmes de la gauche anti-impérialiste la plus inspiratrice et la plus influente de l’après Deuxième Guerre mondiale.
Leila Khaled est toujours active aujourd’hui, à la direction de la révolution palestinienne, membre du comité central du Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP) et représentante du Conseil national palestinien
.

 

La venue du Hamas islamique dans la révolution palestinienne, dans le milieu des années 1990, a fait que beaucoup de gens ont associé le combat palestinien à l’islamisme du Hamas plutôt qu’au combat de Leila Khaled et d’autres révolutionnaires palestiniens et arabes, telle la combattante de la résistance communiste libanaise, Souha Bechara. Mais lors du récent rassemblement pour le 42è anniversaire du FPLP à Gaza, qui a attiré quelque 70 000 personnes, la gauche révolutionnaire palestinienne et aussi le rôle des femmes furent mis au devant de la scène quand une jeune femme, Shireen Said, du FPLP, s’est avancée sur l’estrade en saluant, en treillis militaire, laquelle en outre co-présidait le rassemblement du FPLP avec un autre camarade.

Lors d’un entretien avec l’auteur, Said a parlé un peu de ses origines, disant qu’elle était née en 1985 dans le camp de réfugiés de Jabalya, d’où les « enfants des pierres » ont déclanché la Première Intifada, « Mes souvenirs d’enfance, dit-elle, sont le plus souvent de la Première Intifada ». Au début de son adolescence, elle s’est impliquée dans l’un des mouvements étudiants liés au FPLP.


Said raconte encore sur elle-même, « J’ai préparé mon diplôme universitaire de Sport à l’université Al-Aqsa. J’ai travaillé au Front progressiste du travail étudiant avec beaucoup de camarades jusqu’à ce que j’obtienne le poste de secrétaire à l’Union des étudiants. J’étais la première jeune femme à Gaza à obtenir cette situation par des élections démocratiques à l’université. Après mon diplôme, j’ai travaillé dans les commissions de l’Union des Femmes palestiniennes qui participe au combat féministe progressiste pour la libération des femmes et les mettre sur un même pied d’égalité avec les hommes, dans tous les domaines de la réforme nationale et démocratique. Parallèlement à mon travail professionnel dans de nombreuses organisations non gouvernementales comme militante sur les problèmes de la jeunesse, je suis aujourd’hui membre du conseil de l’Union progressiste de la jeunesse palestinienne et je prépare ma maîtrise en Education à l’université d’Al-Azhar. »


Comme beaucoup de jeunes femmes dans le monde, Shireen Said est stimulée par l’exemple de Leila Khaled :
« Bien sûr, la camarade Leila Khaled, en tant que combattante nationale et internationale, inspire toutes les femmes qui veulent la liberté, la justice sociale et une patrie indépendante, prospère, pour elles-mêmes et pour les générations futures. »


Quand on demande à Khaled de réagir aux propos tenus par Said sur elle, elle répond à l’auteur :
« Je suis fière si on me voit comme un symbole de la résistance ; cela me donne plus de force pour la lutte. Voir une femme, où que ce soit, se battre pour une juste cause me donne de l’espoir et du courage pour mon peuple. Des femmes donnent leur vie pour la lutte, en Palestine et ailleurs. »


Leila Khaled est, pour de nombreuses jeunes Palestiniennes dont Said, un symbole d’engagement et de sacrifice pour la lutte de leur peuple :
« Mon histoire avec la camarade Leila a commencé à la maternelle, quand nous apprenions les chants nationaux sur l’Intifada, les martyrs et nos héros, comme Leila, Ghassan Kanfani et Wadi Haddad. En grandissant, mon intérêt et mon amour envers Leila a grandi en moi, je voulais tout savoir sur elle. Même si je n’avais pas eu la chance de la rencontrer, elle m’inspirait, et je me sentais fière d’elle. En tant que femme, elle a soutenu que nul ne saurait l’empêcher de participer avec les hommes, aux moments les plus difficiles du combat, la camarade Leila est un exemple pour moi, et pour beaucoup de femmes ».

 

Souha Bechara, combattante de la résistance communiste libanaise


Dans cette période historique que vivent les Palestiniens aujourd’hui, beaucoup de principes et pratiques de la gauche révolutionnaire palestinienne sont considérés par beaucoup dans cette société traditionnelle à majorité musulmane et arabe, comme venant de l’étranger ou importés inutilement d’idéaux et de standards occidentaux, ainsi la participation de Said au rassemblement du FPLP n’a pas été un choix facile :
« Alors que notre société reste conservatrice et traditionnelle, j’avais peur de me trouver face à une telle assistance, mais aussi parce c’était la première fois qu’une jeune femme palestinienne revêtait un treillis militaire à un tel rassemblement, et pourtant, j’ai tenu à en faire l’expérience. »


Said explique combien sa décision a été grandement motivée par le défi et la ténacité des foules dans Gaza, durant l’agression sioniste barbare au début de l’année dernière :
« Les massacres par les sionistes dans Gaza en janvier 2009 sont des souvenirs toujours vifs dans le cœur et l’esprit des gens, aussi, j’ai voulu proposer un message par lequel, malgré tous les morts, les destructions et le terrorisme de la guerre sioniste, nous affirmons que nos hommes et nos femmes se tiendront côte à côte dans la résistance, une résistance qui est notre seule voie vers la libération et la liberté. Lors du rassemblement lui-même, ça m’a fait plaisir que par moi, on ait pu transmettre ce message à des millions de personnes, grâce à la télévision et à Internet, à travers le monde. Ma famille aussi, a été très fière de moi. »

Khaled souligne l’importance de la défense des centaines de femmes palestiniennes qui sont emprisonnées :
« Je pense spécialement à ces femmes qui sont dans les prisons israéliennes, ces femmes sont la preuve des tortures et de l’oppression de l’occupation, elles sont en même temps des exemples de courage et de force. »


Quand on lui demande quel serait son message aux femmes du monde entier pour cette Journée internationale de la Femme, Said répond :
« D’abord, je voudrais adresser un bonjour à toutes les femmes qui se battent sous la bannière du combat contre le capitalisme et l’impérialisme, et leur dire que notre chemin est très long et difficile, et qu’il nécessite des stratégies bien élaborées. Nous ne devons pas oublier que le système capitaliste opprime et exploite les femmes et leur ôte leur dignité humaine. Aussi devons-nous adhérer à nos valeurs d’humanité et de politique progressiste, et rester unis et forts, dans la gauche révolutionnaire, unique moyen de parvenir à nos fins. C’est le seul chemin pour faire vivre la liberté, l’égalité et la justice sociale, pour nous, pour nos familles et nos enfants. »


A la fin, le message de Khaled se concentre sur les femmes de Palestine, surtout celles de Cisjordanie et de la bande de Gaza, dans leur rôle pour l’union des factions, spécialement Hamas et Fatah, un processus de réconciliation et d’union où le FPLP a joué un rôle central : « Dans ce moment politique, la question qui prévaut est d’unir notre peuple face au terrorisme de l’occupation, et la première base d’union doit être le combat contre l’occupation. Combattre l’occupation exige que les factions palestiniennes soient unies. Il est important de comprendre le rôle des masses palestiniennes dans la réalisation de cette union par leurs pressions, par des moyens démocratiques et civils, sur les factions palestiniennes, en se concentrant sur le Hamas et le Fatah. Les femmes palestiniennes sont lésées par ces divisons alors que beaucoup des familles sont divisées, et c’est pourquoi je suis catégorique, les femmes palestiniennes doivent reconnaître l’importance de l’unité dans le combat palestinien et leur rôle dans la réalisation de cette union. ».



Sukant Chandan est analyste politique, basé à Londres, et cinéaste.
Il tient le blog
, Sons of Malcom.
Il a rédigé cet article pour PalestineChronicle.com.
On peut le contacter à l’adresse :
sukant.chandan@gmail.com.

8 mars 2010 - The Palestine Chronicle - traduction : JPP
 
canemepchepasnicolas

15:09 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, actualite, courcelles, usa, presse, palestine, television, romain, colonialisme, fascisme, resistance, imperialisme, euro-dictature, liban, israel, silence, medias, information, nazisme |  Facebook | |  Imprimer | | | | |

Les commentaires sont fermés.